juil 25

L’impression 3D au secours des sexdolls

 

dolls

 

Les perspectives de création proposées par l’impression 3D sont quasi infinies, tant et si bien que certains domaines assez inattendus viennent se greffer à cette nouvelle forme d’impression. Ainsi, une compagnie chinoise du nom de DS Dolls a décidé de faire imprimer nombre de parties avec cette nouvelle méthode. Rien de surprenant à première vue, sauf que cette compagnie se spécialise dans un genre très particulier de poupée.

DS Dolls fabrique ainsi des sexdolls pour adultes, avec une clientèle se trouvant aux quatre coins du monde. Afin de booster la vitesse de création de ses machines tout en maintenant une qualité de production optimale, l’impression en relief a été choisie pour remplacer la technique de moulage autrefois utilisé.

Pour rappel, l’impression 3D a vu le jour dans les années 80 et même si cette technique depuis plus de trente ans, ce n’est que maintenant qu’elle commence à tirer son épingle du jeu. Ainsi, de l’industrie agroalimentaire ou l’aérospatiale, tout le monde, ou presque, se tourne vers les imprimantes 3D à des fins commerciales ou scientifiques.

Le but de DS Dolls est plus simple : uniformiser ses créations afin que l’ensemble de son armada soit 100% identique. À noter que la compagnie passe également par le scan intégral de corps humains afin de répliquer le tout.

Selon un certain Sam, employé de DS Dolls, cette technologie d’impression est particulièrement excellente pour leur business car elle permet, notamment, de donner un aspect très humain aux poupées. Il est inévitable, selon lui, que ce type d’industrie embrasse l’impression de manière encore plus prégnante à l’avenir.

Pour information, DS Dolls fabrique près de 400 modèles par mois, avec un tarif pouvant aller jusqu’à 5000 dollars.

 

                                       

juil 22

Il choisit une imprimante pour faire une sieste

 

chaton-noir-commissariat-fb-5b508710bf933

Peut-on dire qu’une imprimante est un endroit confortable ? On serait tenté de penser le contraire, tant ce genre d’appareil est surtout fait pour donner vie aux documents et autres photos. Cela-dit, certains « individus » y trouveront un endroit pour s’y détendre voire faire la sieste !

C’est le cas de ce petit chat qui s‘est retrouvé par hasard dans un commissariat du comté d’Alameda en Californie. Le félin n’est pas venu porter plainte mais a choisi l’imprimante des lieux pour venir se reposer. Selon les policiers présents sur place, le petit animal est tout bonnement apparu avant de se rendre dans le bureau du sergent afin d’aller se reposer. Les hommes de loi ont même plaisanté en disant que s’il y avait un poste de surveillant d’imprimante à pourvoir, le petit chat aurait décroché le poste sans difficultés.

Malgré cette adorable infraction, l’animal n’a pas fini derrière les barreaux mais chez un vétérinaire où il a été soigné et examiné. L’histoire ne se termine pas là car l’employée de bureau qui l’a amené chez le patricien a même décidé de l’adopter. Le félin ne pouvait sans doute pas rêver d’une meilleure fin à sa petite mésaventure.

Il semblerait que les animaux soient plutôt attirés par les imprimantes. On se souvient en effet de l’histoire de cette colombe qui avait décidé de venir faire son nid dans l’imprimante d’un maire en Turquie. L’histoire ne nous dit pas cependant si les animaux ont une préférence pour le jet d’encre ou les imprimantes laser !

 

                                    

juil 20

HP veut se mettre au vert !

recyclagecartouche2

 

Recyclage et impression font parfois bon ménage. Bien que les consommables ont la fâcheuse tendance de polluer l’environnement, de nombreuses solutions ont été trouvés au fil du temps pour contrer le tout. Si la recharge de cartouche est bel et bien d’actualité, les constructeurs veulent également mettre la main à la pâte pour réduire les déchets générés.

HP devrait se tourner de manière plus drastique vers le recyclage de plastique, grâce à l’impulsion du ministère de la Transition écologique, qui souhaiterait que certaines entreprises se mettent plus en avant sur le terrain de la protection de l’environnement.

La firme américaine est déjà familière des campagnes misant sur l’écologie. Elle a ainsi œuvré en Haïti, en 2017, où elle a distribué des cartouches d’encre fabriquées à partir de bouteilles en plastique recyclées.

Toujours en 2017, la marque a utilisé plus de 18000 tonnes de plastique recyclée post-consommation, tout en espérant faire augmenter ce chiffre d’ici 2020. On parle de 50% de plastique recyclé d’ici là.

Si HP veut montrer patte verte, ce sera également en adéquation avec d’autres acteurs tels que des fournisseurs, des clients et autres organisations de type industriel. À ce titre, la marque a également rejoint l’Institut de l’économie circulaire dans le but de partager, avec d’autres, son point de vue quant à ce modèle économique plus vert.

Reste désormais à savoir si d’autres marques suivront la tendance, même si certains constructeurs font de l’écologie l’une des pierres angulaires de leur modus operandi. On se souvient ainsi de Brother qui avait reçu un prix en 2016 pour ses efforts écologiques.

 

                                  

juil 19

Saisie d’armes imprimées aux USA !

armes

 

L’impression d’armes est sous le feu des projecteurs ces derniers temps. En effet, la justice américaine vient de déclarer que les armes imprimées étaient désormais légales, sous certaines conditions. De ce fait, il faudra s’attendre à ce que des faits-divers liés aux armes 3D fassent de plus en plus la une des médias.

Ainsi, un homme a été interpellé cette semaine après que la police ait fait quelques belles trouvailles à son domicile. Sean Patrick Murphy, 27 ans, cachait en effet chez lui des fausses cartes de crédit et permis de conduire, sans doute créés via une imprimante et un scanner. La police a également trouvé des armes à feu conçus par impression et parfaitement capables de faire feu. Les autorités ont déclaré en avoir trouvé trois, qui aurait été imprimées durant les trois derniers mois.

Selon l’officier Daren Edwards, ces armes pouvaient très bien faire du mal à autrui et ce de manière sévère. Selon lui, à partir du moment où un tel objet était créé et opérationnel, il ne restait plus qu’à trouver quelques petits éléments supplémentaires pour la rendre mortelle. L’officier a également mis le doigt sur le fait que leur composition en plastique les rendait plus difficile à détecter que leurs comparses en métal.

L’accusé passera devant la cour à la fin du mois d’aout.

armes2

Si la réglementation des armes, conventionnelles ou imprimées, est de plus en plus souple aux USA, la loi demeure particulièrement stricte en Europe, où il est strictement interdit de faire circuler ce type d’objet.

 

                                   

juil 18

Ventes d’imprimantes en Europe : les derniers chiffres

cartouchesencre-800x410

 

L’impression reprend du poil de la bête en Europe de l’Ouest. En effet après avoir connu un recul considérable durant ces derniers trimestres, les imprimantes connaissent un regain d’intérêt chez le public. À qui doit-on cette hausse des ventes ?

Tout d’abord, cette évolution nous vient des imprimantes de type MFP laser et jet d’encre qui ont vu leurs ventes augmenter de 7% pour la première catégorie et de 4% pour son pendant jet d’encre.

Chez le grand public, la tendance est toujours au beau fixe pour le jet d’encre, et on notera une hausse de près de 2% dans le secteur. Cela représente une bien meilleure hausse que du côté du laser. La cause de ce changement dans le marché ? Les particuliers ont pu profiter d’une baisse des coûts au niveau des produits d’impression. Le son de cloche est cependant différent du côté des professionnels qui ont dû faire face à une hausse de 7%.

Même si les particuliers ont pu profiter d’une amélioration au niveau des tarifications, ils ont surtout privilégié des imprimantes à la qualité moindre, tournant des 15 ppm (pages par minute) voire moins. En tout et pour tout, ces appareils prennent une belle part du gâteau, leur vente représentant près de 75% des systèmes d’impression jet d’encre présent sur le territoire européen.

Pour ce qui est du laser, on notera, au final, qu’une baisse de livraison de 3% a affecté le marché des toners. Pour se consoler, le secteur du laser a pu profiter d’une hausse de 4% du côté de ses produits proposant des formats A3

 

                                   .

juil 11

Petite histoire des polices d’impression

 

police

 

Lorsque l’on décide d’imprimer un document, on choisit parfois soigneusement sa police d’écriture avant de lancer l’imprimante. Mais que sait-on vraiment de ces fameuses polices au design parfois farfelu ?

C’est entre 1440 et 1450 que l’imprimerie moderne voit le jour, grâce à l’inventeur Gutenberg. Au niveau des caractères, c’est le gothique qui prévaut, tandis que l’italique fera son apparition vers la fin des années 1400, sous l’égide de Fransceso Griffo.

Le style Garamond sera, cocorico, créé par un Français, mais pas celui que l’on croit ! En effet, si on attribue la création de cette police à Claude Garamond, ce serait un certain Jean Jannon, qui se serait vu confisquer son matériel !

D’autres polices célèbres apparaitront par la suite, donc la très connu Times New Roman, qui nous vient d’Angleterre et qui voit le jour en 1932.

Si l’histoire est bien souvent plutôt calme, l’une d’elles aura fait couler beau d’encre ! En effet, la Comic Sans MS est généralement conspuée sur le Web. Créée par Vincent Connare, qui s’appuya sur des romans graphiques comme Watchmen pour son inspiration, cette police sera la cible de bien du monde, accusant notamment son auteur d’avoir trop fricoté avec Microsoft (d’où le MS) . D’aucuns diront également que le côté enfantin ferait perdre beaucoup de crédibilité à un texte. Critique fondée ou non, à vous d’en être les juges !

bancomicsans

 

Si vous êtes attentif à vis dépenses liées à l’impression, sachez que l’utilisation de certaines polices à la place d’autres vous fera faire des économies sur vos cartouches. À bon entendeur.

 

 

                                    

juil 09

Imprimez-vous des messages sur le sable !

Capture

 

Quand on cherche à imprimer des choses, on pensera de prime abord au papier, voire des t-shirts ou même des CD. Avec le temps, et l’avènement de l’impression en 3D, on a pu voir des imprimantes donner lieu à des variantes assez improbables.

On a vu des imprimantes pouvant fonctionner sur l’herbe, nous voici venir une imprimante pouvant être utilisée sur du sable. Répondant au doux nom de Miranda, cet appareil vous permettra ainsi d’imprimer des messages originaux au bord de la plage.

S’inspirant grandement des imprimantes de type matricielles, qui ont surtout eu le vent en poupe dans les années 80-90, la Miranda dispose d’une grosse tête d’impression qui circulera d’au milieu de larges roues pour inscrire le message sur le sol.

Même si elle est loin d’être discrète, cet imprimante somme toute originale pourrait servir pour différentes raisons. Les publicitaires seraient peut-être tentés, par exemple, de l’utiliser pour tracer divers slogans à même le sable. Pour les plus romantiques, ce serait un beau moyen de déclarer sa flamme à leur moitié. Il sera certes plus long et fastidieux d’imprimer quelque chose sur du sable, à contrario d’une simple imprimante jet d’encre, mais l’effet généré serait sans doute du plus bel effet !

video-imprimante-sable

On ignore si cette imprimante des plus originales sera un jour commercialisée mais cela pourrait donner des idées à certaines marques ! En attendant, si vous souhaitez imprimer sur des surfaces qui sortent de l’ordinaire, vous pourrez toujours vous vous rabattre sur l’impression de motifs sur votre tapis !

 

                                   

juin 23

La Mint : l’imprimante photo pour les amateurs de selfie

polaroidmint

Nous vivons à une époque où l’une des meilleures manières de se faire voir et de se prendre en photo, en selfie pour être plus précis. On ne compte plus ainsi le nombre de photos fleurissant sur le net, avec des jeunes et des moins jeunes souhaitant garder un souvenir de leur faciès.

Souhaitant surfer sur cette tendance qui a la côte, la célèbre marque Polaroid propose désormais un nouvel appareil, la Mint.

Ainsi, l’appareil, qui intègre une imprimante Zink, est constamment configuré en mode portrait, pour que les utilisateurs puissent se prendre en photo à loisir. Mieux encore, la Mint intègre un petit miroir qui vous permettra de cadrer vos clichés de la meilleure des manières.

Le design se veut à la fois sobre et efficace et la Mint intègre une caméra de 16 mégapixel. Différents modes, allant des couleurs vives en passant par l’effet vintage, le noir et blanc voire la photo avec le fameux cadre si caractéristique des clichés des Polaroid.

Pour ce qui des photos elles-mêmes, vous pourrez imprimer des images en moins d’une minute et vous pourrez également les charger sur une clé USB ou une carte micro SD pour les imprimer autre part. Pour information, l’appareil aurait une autonomie de 40 impressions photo avant qu’elle ne nécessite une petite recharge

La Mint devrait être disponible durant le troisième trimestre de 2018, pour un tarif de 99 dollars, soit 89 euros. Une autre version, implémentant le WIFI (mais sans caméra) devrait aussi sortir, pour un tarif de 112 euros.

 

                                     

juin 06

HP part en guerre contre les cartouches contrefaites

hp guerre

 

L’impression doit, au même titre que de nombreux autres produits, est parfois soumis aux affres e la contrefaçon. Sans doute excédé par le nombre de méfais commis autour du trafic lié aux consommables jets d’encre ou laser, certaines compagnies ont décidé de sévir !

Ainsi, HP a mis en place un programme de lutte contre ces contrefaçons (ACF), en Afrique notamment où une importante saisie a eu lieu durant les derniers mois. Ce ne sont pas moins de 12 000 cartouches laser qui ont été trouvé en Côte d’Ivoire, sans compter les 12000 composants d’impression illicites qui ont également été saisis.

Ce succès est dû à un travail de longue haleine qui a notamment visé de nombreux magasins ainsi que des entrepôts suspects.

HP s’est exprimé après cette importante saisie, arguant qu’il est important de stopper toute activité liée à la contrefaçon de compatibles, car cela pourrait avoir des graves conséquences sur les performances d’impression chez l’utilisateur. Les porte-parole de la marque ont également ajouté que l’utilisation de cartouches factices pourrait empêcher la mise en place de la garantie en cas de mal fonctionnement.

hp guerre.2jpg

Il va sans dire que la firme américaine ne va pas lâcher l’affaire et Glenn Jones, directeur du Programme mondial de la lutte contre la contrefaçon, a déclaré que HP poursuivait ses efforts afin de mettre un terme définitif à ce genre d’agissement.

Pour information, ce sont près de 12 millions de contrefaçons qui ont été saisis ces cinq dernières années, et HP aurait également mis en place plus de 4500 audits et inspections jugés suspects. Entre impression de faux billets et contrefaçon, les constructeurs ont encore fort à faire !

 

                                 

juin 04

Des récifs imprimés à Monaco !

 

monaco1

L’impression 3D est en passe de devenir le meilleur moyen de redonner vie à des personnes ou des habitats. Alors que l’on construit désormais à tour de bras des prothèses et autres maisons en 3D, cette nouvelle forme d’impression en vient même à donner un coup de pouce à la nature !

En effet, la principauté de Monaco a décidé de faire appel à des imprimantes pour sauver son récif. C’est un travail de longue haleine qui a donné lieu à cette petite innovation, fruit d’une collaboration entre de nombreux acteurs, que ce soit des écologistes spécialisés dans les fonds marins, divers instituts de recherche ainsi que des experts en impression. Pour ce qui est de la conception visuelle des récifs imprimés, c’est l’université de Nice qui s’est chargé de la tâche, tout en respectant au maximum la topologie des fonds marins.

Il a fallu se rendre aux Pays-Bas pour imprimer ces impressionnants blocs, avec une imprimante conçue pour imprimer des unités pouvant aller 2500 kilos au niveau du poids.

Les récifs imprimés finiront ainsi leur carrière à 27m de profondeur, afin de redonner vie à la flore sous-marine locale. Selon Bernard Fautrier, vice-président de la Fondation Albert II, ce dispositif a tout d’innovant et cela pourrait être le premier pas vers une réhabilitation de la faune marine sur d’autres sites.

 monaco2

Les fonds marins risquent ainsi d’avoir une fière chandelle envers l’impression, cette dernière étant devenu au fil des années une solution verte efficace, allant même jusqu’à utiliser les algues pour nourrir intelligemment les imprimantes.