avr 10

Imprimer du liquide : bientôt une réalité ?

 

liquide

 

On vit à une époque où il est quasi possible d’imprimer des centaines de choses différentes, en partie à l’impression 3D, il semblerait que les chercheurs arrivent toujours à trouver une petite astuce pour utiliser l’impression à des fins inédites.

Ainsi, des scientifiques américains ont pour vocation de créer, dans un jour qu’ils espèrent proches, des appareils électroniques particuliers : ils seraient faits à base de liquide.

Des scientifiques américains espèrent pouvoir un jour fabriquer des appareils électroniques liquides. Pour l’instant, ces derniers sont déjà capables d’imprimer en 3D des structures entièrement faites de liquide.

Loin d’être une simple lubie, cette curieuse idée a déjà faites des émules à l’université de Lawrence-Berkeley aux USA, où des scientifiques affirment avoir créé des tubes d’eau mesurant à peine 1 millimètre d’épaisseur, tout en étant étirables. Comment en sont-ils arrivés là ? Les chercheurs ont utilisé une imprimante 3D classique pour l’opération, équipée d’une seringue modifiée permettant d’imprimer dans de l’huile de silicone.

L’eau utilisée pour l’opération était quant à elle truffée de nanoparticules d’or et de polymères ligands, offrant au final une vitrification créant ainsi des tubes à la fois liquides et solides.

Dans l’eau utilisée pour l’expérience, les chercheurs ont ajouté des nanoparticules d’or ainsi que des polymères ligands, c’est-à-dire ayant des atomes s’associant à un atome de métal. Ainsi, les ligands se collent à l’or, créant une gaine de nanoparticules empêchant l’eau de se transformer en gouttelettes. Selon les chercheurs, ce « supersavon nano particulaire » est un tensioactif, réduisant les tensions de surface des liquides avec lesquels ce dernier entre en contact.

Même si tout ceci est encore au stade expérimental, les chercheurs se voient déjà imprimer des outils médicaux grâce à cette méthode. À suivre.

 

                                 

avr 06

Picolor : devenez maitre de vos couleurs

picolor2

Jouer avec des couleurs n’est pas forcément une mince affaire, surtout quand on est un artiste dans l’âme. Cependant, il arrive parfois que certaines inventions donner un petit coup de pouce à tous ceux voulant apporter un petit peu de couleurs à leurs créations.

C’est le cas de la Picolor, une invention nous venant de l’esprit de Max Vovk, un jeune ukrainien ayant de la suite dans les idées. Son invention, qui n’est pas sans rappeler une imprimante jet d’encre, vous proposera de mélanger du cyan, du magenta, du jaune et autre à votre convenance. Car la particularité de la Picolor réside dans son champ des possibles quasi infini.

En effet, à l’aide d’une application dédié, vous pourrez ainsi vous créer des nuances de couleur à votre bon vouloir. Idéal ainsi quand on cherche à créer des couleurs très spécifiques quand on dessine. Fini de passer des heures à mélanger des couleurs sur une palette, la Picolor devrait vous être d’une grande aide.

N’importe qui peut utiliser cet appareil au vu de la simplicité du modus operandi. Ainsi, après avoir choisi vos coloris, un simple envoie de l’application à la machine via bluetooth vous offrira le résultat voulu .

Picolor

L’idée semble en tout cas avoir plu au grand public, au vu du succès rencontré par la Picolor sur la plateforme Kickstarter. Ce ne sont pas moins de 32,152 euros qui ont été récoltés sur les 16 000 voulus, de quoi galvaniser un peu plus les têtes pensantes derrière le projet.

Avis aux artistes en herbe ou accomplis !

 

                                   

avr 04

Quand l’impression 3D sensibilise autour des prothèses imprimées

Capture

Les imprimantes qui peuvent parfois se retrouver au cœur du buzz ! En effet, une image a fait le tour du net en ce début de mois, mettant en scène une certaine œuvre d’art fort connue. La Venus de Milo s’est ainsi retrouvée au cœur de l’information, à cause d’un détail assez cocasse.

La photo en question mettait en scène la célèbre sculpture, arborant les deux prothèses imprimées aux bras. Le cliché a été réalisé dans le cadre d’une opération nommée « Body can’t wait », organisée par Handicap International. Au-delà de la simple photo, des statues situées dans les quatre coins de Paris ont également été affublées de prothèses imprimées, avec un but précis : sensibiliser le grand public autour de ces fameuses prothèses en provenance des imprimantes. Il faut savoir que près de 100 millions de personnes dans le monde souffrent d’un handicap et n’ont pas accès à des prothèses adéquates.

Ainsi, Handicap International veut passer par le biais de l’impression pour offrir des prothèses à ceux qui en ont besoin, même si passer par les imprimantes serait plus cher, quoi que plus rapide.

Durant les derniers mois, 19 personnes ont pu être appareillées de la sorte, et Handicap International voudrait faire équiper une centaine de personnes de la sorte en Inde.

Un joli moyen d’utiliser les imprimantes, d’autant plus que l’impression en relief n’a eu cesse d’aider de nombreuses personnes au fil des années. En attendant que les prothèses imprimées soient accessibles au plus grand nombre dans un avenir proche.                     

             

                                         

mar 27

Un logement social imprimé à Nantes

nantes imprimante 3D

La ville de Nantes vient d’accueillir un logement social d’un genre nouveau. En effet, la cité portuaire a vu l’arrivée d’une maison construite par imprimante 3D. Un nouveau pas dans l’implantation de l’impression 3D dans l’Hexagone, cette technique d’impression proposant de plus en plus de solutions à différents secteurs.

Cette première maison imprimée sera en mesure d’avoir quatre pièces le tout pour une surface de 95m². L’imprimante utilisée fut un robot muni d’un bras éjectant de la mousse, le tout couche par couche, afin de créer une structure solide de près de 4m de haut.

Une jolie première qui pourra ouvrir ses portes dès le mois de juin et avant l’arrivée de la première famille, le grand public pourra venir admirer les prouesses de l’impression 3D.

Il aura fallu près de sept mois entre le lancement du projet et l’apparition de cette maison imprimée. L’un des points forts de ce chantier hors normes fut l’aspect minimaliste de ce dernier. En effet, fait rare, aucun échafaudage n’a été utilisé sur celui-ci. Les instigateurs ont également fait remarquer que ce projet avait été moins dépendant des conditions météorologues, sans compter que les performances énergétiques de l’ensemble furent bien plus positives qu’un chantier lambda. Bien que terminé, l’habitat sera bardé de capteurs divers et variés afin de suivre l’évolution des matériaux au fil du temps.

nantes imprimante 3D2

Une première qui ne devrait sans doute pas tarder à faire des émules, de nombreux pays commençant à dépendre de l’impression 3D pour construire des immeubles de plus en plus grands.

                      

                              

mar 21

La Beer Ripples : l’imprimante pour amateurs de bière

beer1

Imprimer sur du papier est devenu tellement commun que cela n’impressionne plus grand monde. Depuis l’avènement de l’impression 3D et autre, nos imprimantes sont revenues sur le devant de la scène, des machines de plus en plus originales se décidant à bouleverser notre quotidien !

Ainsi, on peut désormais trouver des imprimantes pouvant officier sur des tranches de pain voire du café, et voilà qu’on peut désormais imprimer ce que l’on veut…sur des verres.

Si vous êtes amateur de boissons houblonnées, vous serez ravi de savoir que votre pinte pourra désormais s’affubler d’un joli motif, grâce à la magie de l’impression.

Selon le créateur de cette petite merveille, Yossi Meshulam, la Beer Ripples ( le nom de l’imprimante ) est une machine capable d’imprimer des images en haute résolution et des images grâce à un simple bouton. Pas la peine ainsi d’avoir un bac + 5 pour faire fonctionner l’appareil, un écran tactile ne sera ainsi présent pour faciliter la vie aux utilisateurs. Apporter un peu de personnalité à votre verre de bibine sera ainsi un véritable jeu d’enfant.

Petite ombre au tableau, l’imprimante coutera la coquette somme de 3000 dollars, sans compter l’abonnement annuel de 1500 dollars qui vous donnera droit à suffisamment d’encre maltée pour imprimer sur 6000 pintes.

Au vu du prix, il est évident que la Beer Ripples s’orientera surtout vers les bars et autres restaurants, d’autant plus que certaines grosses boites comme Facebook, Google ou IBM, se sont servis de l’imprimante pour donner un petit plus à leurs évènements mondain.

Attendons de voir désormais si vous pourrez bientôt savourer une bière personnalisée dans le bistrot du coin.

 

                                     

mar 16

L’impression 3D au secours des sans-abris

3d-printed-house-sxsw-austin

 

Imprimer des maisons et autres habitats n’est plus vraiment de la science-fiction et nous pourrons même bientôt utiliser ce procédé pour faire construire des habitations sur la Lune.

Utiliser l’impression à des fins plus « humanitaire » est également en train de devenir une réalité, sous l’impulsion d’association comme New Story, qui lutte pour l’instauration de maisons pour les personnes dans le besoin.

S’associant à la compagnie Icon, une compagnie localisée à Austin au Texas, New Story a ainsi démontré qu’il était possible de fabriquer une maison en moins de 24 heures, un gain de temps non négligeable. Au vu de leur premier test concluant, les deux compagnies souhaitent désormais se rendre dans des pays pauvres tels Haïti ou l’El Salvador pour imprimer des habitats pour les personnes précaires.

Pour ce qui est de la maison imprimée qu’ils ont réussie à créer, c’est un petit cocon de 74m² qui est né de leur collaboration, la petite maison coutant la bagatelle de 10,000 dollars à produire. Cependant, les instigateurs du projet veulent faire baisser le coût de fabrication à seulement 4,000 dollars. Mieux encore, l’imprimante Vulcan utilisée pourrait donner vie aux maisons en seulement six heures. De nombreux tests doivent cependant encore être effectués, seule une maison type ayant été imprimé jusque-là.

À l’avenir, Icon souhaiterait mettre au point un robot qui permettrait d’installer automatiquement les fenêtres tandis qu’un autre engin se chargerait de la peinture.

Un beau moyen, en tout cas, de faire d’une pierre deux coups, à savoir permettre à des gens dans le besoin d’avoir un logis, tout en proposant de nouvelles possibilités d’impression.

 

                      

mar 14

Incroyable : Une imprimante fonctionnant avec un stylo

pen1

On vous parlez il y’a peu d’une imprimante qui utilisait les crayons en guise de tête d’impression. Il se trouve qu’il existe également des imprimantes utilisant des stylos pour donner vie à leurs documents.

Des étudiants californiens ont ainsi eu l’idée de fabriquer une imprimante 2D avec trois fois rien, avec comme élément d’impression des stylos. Exit donc les cartouches d’encre trop exorbitant, place à une alternative bien plus économique et ingénieuse.

Petite particularité et non des moindres, l’imprimante en question est capable d’imprimer des textes en utilisant une police se rapprochant d’une police manuscrite à la main. Un beau moyen de donner une plus-value à votre feuille de papier !Pour ce qui est des photos, il faudra cependant ne pas trop compter sur cette imprimante pour vous sortir une photo de haute volée. Le système de l’imprimante ne pourra ainsi pas vous permettre d’avoir des nuances de couleurs, comme le ferait une imprimante 2D conventionnelle.

Même si l’appareil transpire et le fait maison et est à des coudées des performances d’une imprimante jet d’encre normale, celui-ci nous démontre que les plus futés cherchent systématiquement des solutions pour imprimer à moindre coût.

pen2

Ce genre d’innovation nous rappelle également que le monde de l’impression est en plein tumulte actuellement, l’affaire de l’obsolescence programmée chez les imprimantes étant sur toutes les lèvres.

À voir désormais si les solutions d’impression alternatives finiront par avoir plus de poids avec le temps, le coût exorbitant des cartouches devenant au fil du temps un véritable problème pour les utilisateurs.

                                

mar 10

Un squelette imprimé qui prend vie !

squelette

 

Grâce à l’impression, on peut imprimer haut, très haut ! En effet, depuis que les imprimantes 3D ont vu le jour, de nombreux projets aussi inventifs que farfelus n’ont eu cesse d’apparaitre un peu partout. Après les bâtiments, les voitures et les vêtements, les têtes pensantes se dirigent aussi, désormais, vers des impressions plus artistiques.

Ainsi, lors d’un récent festival s’étant déroulé à Guadalajara au Mexique, un gigantesque squelette a été imprimé pour l’occasion. C’est un service d’impression local du nom de Moti Digital qui s’est chargé de donner vie à l’œuvre de taille XXL. Résultat, une belle œuvre qui frôle allégrement les 8 mètres de long et 3 mètres de hauteur.

Le but derrière la création de l’œuvre était simple, en mettre plein la vue aux différents participants et le résultat semble avoir été atteint, au vu du résultat final. Il aura néanmoins fallu près de quatre jours pour donner corps au gigantesque squelette, avant que ce dernier ne soit peint et exposé dans une fontaine se trouvant sur la Plaza Tapiata.

Pour information, l’imprimante utilisée a été une Massivit 1800, une belle machine qui n’en est pas à son premier exploit. En effet, une belle statue du héros de bande dessinée Corto Maltese avait été imprimé en grandeur nature.

 squelette3d

Les imprimantes en relief ne cessent de donner aux têtes pensantes de nouvelles opportunités de créations. Quand on sait qu’elles pourront bientôt voler, voire imprimer dans l’espace, on se dit que ces appareils n’ont pas fini de nous dévoiler leur potentiel.

                                  

mar 06

Une imprimante 3D qui donne vie au chocolat

chocolat1

Des universités de l’université de Lund, en Suède, ont développé une imprimante 3D capable d’imprimer du chocolat. Si vous nous lisez régulièrement, vous n’êtes pas sans savoir que nous avons souvent parlé d’imprimantes donnant vie à du chocolat. Celle-ci a cependant une petite astuce dans son sac.

 

En effet, cet appareil utilise un lit d’eau pour refroidir le chocolat imprimé, d’où son nom qui lui sied à merveille : la Hydro 3D Printer. Le concept est venu à l’esprit des étudiants de l’université après qu’on leur ait demandé de mettre au point une imprimante pour chocolat faisant refroidir ce dernier en un rien de temps. Après un intense brainstorming, l’idée de l’eau comme élément de refroidissement est intervenu.

Quid du fonctionnement ? L’idée de la Hydro est de déposer une première couche de chocolat sur le plateau. Une fois que la couche est imprimée, de l’eau est versé dans un container, jusqu’à atteindre la hauteur du chocolat. Le système est également conçu pour que l’eau ne déborde pas sur le chocolat ! Par la suite, une seconde couche sera alors imprimée et de l’eau viendra à nouveau refroidir le tout.

Afin de donner naissance au projet, 5 étudiants ont potassé sur le sujet, avec comme seule base une imprimante 3D lowcost

.chocolat2

Les essais étant encore à leurs prémices, de nombreuses améliorations sont encore à prévoir mais l’enthousiasme des étudiants devant le projet n’a pas manqué de galvaniser Olaf Diegel, professeur à l’    université. Une belle façon en somme d’allier l’utile à l’agréable !  

 

                                 

mar 02

La nouvelle imprimante HP met le paquet niveau sécurité

hp-designjet-t1700

HP vient de dévoiler sa nouvelle gamme d’imprimantes de la famille des Designjet, destinée à ceux travaillant dans le milieu de la conception assistée par ordinateur ou de système d’informations géographiques.

La HP Designjet T1700 s’armera de six cartouches d’encre couleurs (avec du cmj, du noir photo, du noir mat et du gris) et si les concepteurs ont mis les petits plats dans les grands au niveau de la qualité d’impression, un autre aspect de cette imprimante a été particulièrement travaillé : la sécurité.

On parle depuis longtemps de piratage d’imprimante, et ce fléau prend de plus en plus d’ampleur depuis quelques temps. Cela n’a pas échappé à Guayente Sanmartin, directrice générale d’impression grand format pour la firme américaine. Selon elle, les violations de données se multiplient à un rythme alarmant. Au cours du premier semestre 2017, le Breach Level Index indiquait une progression de plus de 160 % des violations de données dans le monde. La gamme d’imprimantes HP DesignJet T1700 intègre des technologies de sécurité avancées qui doivent protéger en permanence les imprimantes en réseau des entreprises, ainsi que leurs documents et leurs données, a-t-elle ajouté.

hp-designjet-t17002

De ce fait, la nouvelle imprimante se pare d’un disque dur à cryptage automatique, qui ne sera lu que par l’imprimante. Le système de sécurité assurera la protection du BIOS et un système dit de Whitelisting permettra de filtrer les micrologiciels afin d’installer que ceux « valides » .

Une belle initiative d’HP qui cherche à prévenir plutôt que guérir, à une époque ou récupérer des informations illégalement depuis une imprimante est une réalité.