mai 29

L’impression 3D vient en aide à nos genoux

543993570

Vous avez des problèmes de genou ? Dans un avenir proche, ce ne sera peut-être plus qu’une formalité ! En effet, l’impression 3D risque de venir changer la donne ! En effet, un nouvel hydrogel pourrait aider les patients à se faire soigner à moindre coût.

 

Les implants que l’on utilise aujourd’hui pour soigner les genoux comportent deux problèmes : ils ne présentent pas une élasticité nécessaire et sont peu résistants. C’est là que l’hydrogel interviendrait. Pour rappel, cette matière est un polymère insoluble capable de se composer à 99,9% d’eau. Avantage de la matière : outre son excellente flexibilité, elle peut aussi se mêler à l’organisme sans causer de rejets. Des chercheurs ont ainsi réussi à mettre au point un cartilage suffisamment souple et solide pour imiter le cartilage des genoux. Histoire d’affiner le tout, ils ont également ajouté une argile faite de nanoparticules afin de rendre le tout un peu plus souple.

Il suffira ensuite d’imprimer le tout, en se basant sur la structure du genou du patient (en utilisant un IRM pour scanner le corps du patient). Le coût de l’impression ne serait que de 300 dollars et devrait être utilisable après seulement une journée. Une jolie avancé médicale qui n’en est qu’à ses balbutiements et qui devrait connaitre des améliorations à l‘avenir. En effet, les chercheurs veulent désormais mettre au point des hydrogels se rapprochant au maximum du tissu humain.

 

Après la possibilité de se voir offrir des prothèses imprimées, l’impression 3D ajoute une nouvelle corde à son arc.

avr 27

Angela Merkel se fait imprimer !

merkel 3d2

On aimerait tous avoir une copie de soi conçue par impression 3D ! En effet, certaines firmes proposent désormais aux personnes lambda de se faire imprimer le portrait, sous forme de figurine ou de buste. Cette petite tendance a le vent en poupe, à tel point que les grands de ce monde ont désormais droit à ce privilège !

Souvenez-vous, Barack Obama était devenu le premier président imprimé de l’histoire, l’ancien homme d’Etat recevant un buste entièrement conçu par une imprimante. C’est au tour de la chancelière Angela Merkel d’avoir ce privilège.

Cette dernière, accompagnée de son homologue polonais Beata Szydlo, s’est rendue à Hanovre, où se déroulait le salon de l’industrie. En guise de cadeaux, les deux sommités ont reçu des miniatures à leurs effigies, fraichement sorties d’une imprimante 3D. Ce cadeau a eu le don d’amuser la chancelière, d’autant plus que Joe Kaeser, instigateur du cadeau et actuel PDG de la firme Siemens, a plaisanté en déclarant avoir dû deviner les proportions des dirigeantes. La présidente polonaise a également un bouquet de fleurs artificielles, imprimées également.

 merkel 3d

Le patron de Siemens a par la suite déclaré que ces petits cadeaux marquaient le début d’une industrie 5.0 en Allemagne, menée par Siemens.

On ignore ce que la firme nous prépare de plus, d’autant plus qu’elle s’est très peu exprimée sur ce sujet brulant qu’est l’impression 3D. L’avenir semble nous réserver de belles surprises, surtout outre-Rhin !

mar 20

L’impression 3D à la rescousse des récifs de coraux

coraux-3d

 

Environnement et impression vivent depuis longtemps une relation amour / haine. Nous avons d’un côté des cartouches s’entassant par centaines dans la nature, mais nous avons également des solutions venant redorer le blason des imprimantes.

Ainsi, l’impression 3D est en train de venir à la rescousse des récifs de coraux australiens. Une compagnie du nom de Reef Design Lab s’est donné pour mission de créer des coraux artificiels, afin de remplacer ceux ayant connu les affres du réchauffement climatique ou des étoiles de mer parasites.

Pour parer à la situation, les têtes pensantes de la compagnie ont mis au point une imprimante mobile générant des coraux avec un mélange composé de sable. Une fois la machine chargée, elle pourra alors imprimer des récifs se rapprochant au maximum des coraux, avec leurs irrégularités et leurs aspérités. Outre l’esthétisme, c’est également un moyen de leurrer la faune locale afin qu’elle ne fasse pas la distinction entre les coraux naturels et ceux imprimés.

Cette méthode d’impression, qui était en test depuis deux ans déjà, montre des signes encourageants, la faune semblant adopter ces coraux imprimés sans trop de difficultés.

Outre leur portée écologique, ces coraux pourraient aussi encourager les plongeurs à venir explorer les zones concernées, dopant ainsi le tourisme et l’économie de la région. Un beau moyen de joindre l’utile à l’agréable en somme.

coraux-3d2

Après l’imprimante D-Shape qui avait prévu de faire des vagues au niveau de l’impression écologique, il semblerait que les machines 3D soient plus que jamais mises à contribution pour sauver notre planète. Un juste retour des choses après des années de pollution.

mar 09

La plus grande chaussure imprimée au monde est là !

 

chaussure 3D

Quand on ne trouve pas chaussure à son pied, il faut parfois faire appel à des solutions innovantes, comme l’impression 3D !

A 19 ans, Broc Brown souffre du syndrome de Sotos, ou gigantisme cérébral, faisant de lui le plus grand adolescent au monde. Pas évident donc de trouver des chaussures conventionnelles, à moins de passer par la case impression. C’est une compagnie du nom de Feetz, basée en Californie, qui est intervenu pour aider le jeune homme. En effet, l’entreprise de chaussures utilise une application pour convertir des photos de pieds en modèle 3D, avant qu’une imprimante 3D ne vienne créer des chaussures en forme sur mesure.

La présidente de Feetz, Lucy Brown Beard, a ainsi livré une paire de chaussures noires et rouges la semaine dernière au domicile du jeune homme, à son grand bonheur. Petit détail et non des moindres, les chaussures étaient les couleurs de l’équipe de basket-ball préféré de Brown, les Bulls de Chicago.

Beard a déclaré n’avoir jamais fait une chaussure de cette taille, mais qu’elle était heureuse d’avoir permis à Broc d’obtenir des chaussures confortables

chaussure 3D2

Quid du prix de cette paire de chaussures imprimée ? Elle serait autour de 250 $, alors que des chaussures sur mesure coûtent généralement un minimum de 400 $ à 500 $.Avec ses nouvelles chaussures imprimées, Broc pense qu’il peut même entrer dans le Livre Guinness des Records du Monde, au même titre que ses chaussures qui sont assurément les plus grandes de leur genre.

Au rythme où vont les choses, sortir de l’ordinaire en faisant imprimer ses chaussures risque de devenir une habitude !

fév 22

Une classe d’école primaire victime de l’incendie d’une imprimante 3D

imprimante-incendie

 

Les imprimantes impriment depuis quelques années nos rêves les plus fous et les objets les plus insolites ! Néanmoins, ces appareils nouvelle génération peuvent également se révéler être un pur cauchemar pour certains.

En effet, une l’école primaire du Michigan a dû temporairement fermer ses portes suite à un incendie causé dans l’une des salles scientifiques du bâtiment. En effet, une imprimante 3D se trouvant sur les lieux a causé le sinistre, suite à un court-circuit. Fort heureusement, aucun blessé n’est à déplorer. L’incendie lui-même n’a endommagé qu’une seule classe (réservée aux cours de science) les salles alentour n’ayant été que légèrement touchées.

Selon Carol Selby, concierge dans l’établissement, les produits chimiques de la salle n’ont pas été touchés par les flammes, ce qui aurait pu causer un plus gros incendie. Les travaux pour remettre la salle d’aplomb sont en cours et aucun chiffre concernant le montant des dégâts n’a été divulgué.

Même si les incidents impliquant des imprimantes demeurent très rares, il arrive parfois que ces machines fassent quelques dégâts, tuant même des personnes dans la foulée. En début d’année, une imprimante 3D a été à l’origine de la mort d’une famille de Berkeley en Californie.

imprimante-incendie2

Alors que tout le monde a les yeux rivés vers les armes imprimées, une mauvaise utilisation ou un mauvais branchement de votre imprimante peut ainsi s’avérer dangereux, voire mortel. L’impression 3D, un danger pour notre santé ?

On est encore très loin de la panique totale mais il est bon de bien installé son imprimante comme il se doit pour éviter tout incident.

fév 17

Une imprimante 3D qui règle les problèmes de surplomb

surplomb-3d

Nous le savons déjà, les imprimantes 3D peuvent sont capables de nous faire des objets de formes diverses et variées. Cela dit, nos chers appareils possèdent une petite faille : le surplomb.

En effet, si les imprimantes 3D à base de filaments créent des objets une couche à la fois, en partant de la base. Si l’objet que vous imprimez a des surplombs qui dépassent à des angles de plus de 45 degrés, l’imprimante est (généralement) incapable de faire l’objet sans structures de soutien, et doit donc imprimer de petits échafaudages en plastique pour maintenir l’objet pendant qu’il imprime. Problème, la machine utilise alors du plastique supplémentaire, laissant souvent des bavures et des imperfections sur l’objet lorsque les supports sont enlevés.

Fort heureusement, deux étudiants de l’Université des Sciences Appliquées de Zurich (ZHAW) ont trouvé une parade à ce petit souci.

Oliver Tolar et Denis Herrmann ont développé un prototype d’imprimante 3D qui utilise un lit basculant, afin imprimer des objets avec un surplomb marqué, le tout sans avoir besoin de filament supplémentaire

L’imprimante elle-même peut pivoter avec un total de six axes: trois contrôlant la tête d’impression, et trois autres qui contrôlent le lit d’imprimante. Résultat : une large gamme de mouvements impossibles à reproduire à l’aide d’une imprimante 3D conventionnelle ! La nouvelle Rolls-Royce des imprimantes 3D est-elle née ?

Entre le gain de temps et l’aspect pratique, une telle imprimante ferait des heureux, même si on ignore si les créateurs comptent commercialiser leur création. Quand on sait que les deux compères n’ont pas eu le temps nécessaire de créer un logiciel digne de ce nom, nous risquons bel et bien d’attendre un peu.

jan 30

Faits divers : une imprimante 3D à l’origine de la mort d’une famille ?

3d printer

 

Curieuse affaire que celle impliquant une famille de Berkeley, en Californie, ainsi que leur imprimante 3D. En effet, la famille en question a été retrouvée morte dans leur appartement, et le responsable serait leur appareil.

Suite à une autopsie, il a été révélé que les Morash, ainsi que leurs deux chats, ont été empoisonnés au dioxyde de carbone. Après la découverte de leurs corps, la police a promptement fait évacuer leur immeuble, afin de prévenir tout autre accident. Après enquêtes des forces de l’ordre, l’imprimante a été mise en cause, celle-ci ayant lentement mais surement diffusé son gaz mortel dans la maison. Aucun autre élément toxique n’a été découvert dans l’appartement.

D’autres sources ont mentionné que c’était non une imprimante 3D, mais une imprimante à faisceau laser découpant et gravant, qui aurait causé l’accident. La police n’a pas encore publié son rapport complet, et tout le monde attend de voir quel produit aurait provoqué ce triste accident. Quoi qu’il en soit, il est très important de respecter quelques règles de sécurité lorsque l’on utilise une imprimante 3D : veillez à toujours bien ventiler la pièce où se trouve votre appareil et si vous en avez la possibilité, mettre un détecteur de dioxyde de carbone chez vous. Pensez également à lire le manuel de votre machine avant de l’utiliser.

 http://www.daimg.com<br />
大图网提供高品质设计素材下载

Cette triste affaire nous rappelle celle du jeune garçon étant mort suite à un incendie causé par une imprimante. Malgré leur indéniable ingéniosité, ces versions 2.0 de nos jets d’encre et laser peuvent , hélas, faire bien des dégâts.

déc 12

Saisie d’armes imprimées par la police australienne

gun-3d

 

Depuis l’arrivée de l’impression 3D dans le monde des imprimantes, les innovations n’ont cessé de fleurir, et divers secteurs ont su embrasser cette nouvelle technologie.

Néanmoins, l’impression d’objets a également donné lieu à des dérivés moins glorieux, à l’image de la création d’armes à feu via imprimantes 3D. Les cas se multiplient désormais et la police australienne a récemment démantelé un réseau de malfaiteurs, saisissant chez eux des armes dont certaines avaient été imprimées.Outre l’argent et la drogue trouvés sur les lieux, une imprimante a également été saisie.

La surintendante de la police de Victoria, Amy Gladden, a déclaré que l’utilisation d’une imprimante 3D pour fabriquer des armes à feu était en train de devenir une mode plutôt inquiétante chez les gangs locaux.  «C’est une technologie relativement nouvelle», a-t-elle rajouté. «C’est la seule fois où nous avons saisi une imprimante 3D à Victoria».

La police est, à l’heure qu’il est, en train de voir si les armes imprimées possèdent oui ou non un fort potentiel létal. Elle a d’ores et déjà déclaré qu’elles représentaient en tout cas un fort risque en cas d’usage.

 gun-3d2

Rappelons que d’autres cas impliquant des cas d’armes créés par impression ont déjà eu lieu, au Japon mais surtout aux USA, où la libre circulation de plans visant à créer des pistolets avait causé un véritable tollé.

Si aucune victime n’est pour l’instant à déplorer, gageons cependant que la création d’engins de mort risque, hélas, de prendre de l’essor.

oct 24

Ils piratent une imprimante 3D afin d’imprimer des pièces de drone défectueuses

3d-drone-attack-1

 

Lorsque l’on parle de piratage informatique, on pense généralement aux PC se faisant détourner afin de récupérer des fichiers importants ou toute autre activité à visée néfaste. On a découvert, ces dernières années, qu’il était également possible de pirater des imprimantes, et certains chercheurs ont découvert qu’il était possible de faire de même avec les appareils 3D.

D’aucuns s’imaginent qu’on pourrait prendre le contrôle d’une imprimante 3D à distance afin de lui faire faire imprimer ce que bon nous semble, mais dans le cas d’une imprimante en relief, cela peut être bien plus pernicieux. Des chercheurs issus de différents établissements, dont l’université de Singapour et celle du sud Alabama, ont réussi à modifier les informations d’une imprimante, en y cachant des données erronées, afin que la machine imprime des hélices défectueuses. Résultat, le drone qui les a utilisés s’est écrasé après quelques minutes de vol.

Une telle découverte a de quoi faire peur, a déclaré Yuval Elovici, l’un des scientifiques ayant pris part à l’expérience. Selon lui, si un tel cas de figure avait lieu sur le moteur d’un avion de ligne, les résultats pourraient être catastrophiques en termes de pertes humaines. L’attaque se déroule de manière subtile, la « victime » recevant un email contenant un malware capable de modifier les fichiers STL de l’imprimante. Résultat, un objet modifié se voit alors imprimé, sans que les modifications soient perceptibles sur le moment.

 3d-drone-attack-4

Une telle découverte devrait inciter les entreprises à utiliser des systèmes de protection nouveaux, capables de décrypter toute tentative d’intrusion sur les fichiers d’impression. Cette nouvelle forme de cyber attaque risque, hélas, de faire parler d’elle à l’avenir.

juin 27

Presque aveugle, elle revoit grâce à une surprenante intervention

 

oeil-3d

Il arrive parfois que l’impression 3D fasse de beaux miracles. Nous sommes habitués à entendre de nombreuses histoires impliquant des objets fabriqués grâce à des imprimantes, et il se trouve que la vie de gens ordinaires se retrouve également bouleversée par ces appareils nouvelle génération.

C’est le cas de Patricia, une femme de 55 ans, résidant dans l’Ain. Celle-ci a été victime d’un grave accident de moto en 2015. Non content de se retrouver dans le coma pendant 10 jours, la victime apprend, quelques mois plus tard, qu’elle est également victime d’une fracture du plancher de l’orbite. De ce fait, son œil était tout bonnement en train de tomber.

Fort heureusement, une intervention chirurgicale complexe a été réalisée, afin que la femme puisse recouvrer une vue adéquate. C’est le docteur Jean-Thomas Bachelet, chirurgien œuvrant à l’hôpital de la Croix-Rousse, qui s’est chargé de l’opération.

Pour cela, le praticien a dû utiliser une prothèse en titane, qui a été préalablement imprimée. Avantages de cette technique : une prothèse parfaitement adaptée à la morphologie de la patiente, et un gain de temps considérable. En effet, le temps de pose n’a été que d’une heure, alors qu’il aurait pu durer trois fois plus.

operation-imprimante-3D

Les suites de l’opération ont été très bénéfiques pour Patricia, qui voit depuis parfaitement bien, et peut désormais se passer de gouttes à se mettre dans les yeux. Mieux encore, ses derniers tests de vue lui donnent un score parfait.

Un nouvel exploit à mettre sur le compte de l’impression, et qui sera loin d’être le dernier.