fév 22

Une classe d’école primaire victime de l’incendie d’une imprimante 3D

imprimante-incendie

 

Les imprimantes impriment depuis quelques années nos rêves les plus fous et les objets les plus insolites ! Néanmoins, ces appareils nouvelle génération peuvent également se révéler être un pur cauchemar pour certains.

En effet, une l’école primaire du Michigan a dû temporairement fermer ses portes suite à un incendie causé dans l’une des salles scientifiques du bâtiment. En effet, une imprimante 3D se trouvant sur les lieux a causé le sinistre, suite à un court-circuit. Fort heureusement, aucun blessé n’est à déplorer. L’incendie lui-même n’a endommagé qu’une seule classe (réservée aux cours de science) les salles alentour n’ayant été que légèrement touchées.

Selon Carol Selby, concierge dans l’établissement, les produits chimiques de la salle n’ont pas été touchés par les flammes, ce qui aurait pu causer un plus gros incendie. Les travaux pour remettre la salle d’aplomb sont en cours et aucun chiffre concernant le montant des dégâts n’a été divulgué.

Même si les incidents impliquant des imprimantes demeurent très rares, il arrive parfois que ces machines fassent quelques dégâts, tuant même des personnes dans la foulée. En début d’année, une imprimante 3D a été à l’origine de la mort d’une famille de Berkeley en Californie.

imprimante-incendie2

Alors que tout le monde a les yeux rivés vers les armes imprimées, une mauvaise utilisation ou un mauvais branchement de votre imprimante peut ainsi s’avérer dangereux, voire mortel. L’impression 3D, un danger pour notre santé ?

On est encore très loin de la panique totale mais il est bon de bien installé son imprimante comme il se doit pour éviter tout incident.

juil 05

La Pam : la Rolls Royce des imprimantes 3D

pam printer

Si les imprimantes 3D sont tranquillement en train de prendre d’assaut le monde de l’impression, on retrouve peu d’appareils sortant du lot avec leur design. Une nouvelle venue, la PAM, conçue par une boîte française du nom de Pollen, cherche à casser le moule habituel des imprimantes en proposant un look steampunk du plus bel effet.

En effet, fini les designs ternes et communs, cet appareil s’offre une patine rétro futuriste qui flatte la rétine, et qui devrait faire plaisir aux esthètes. Mais au-delà de son simple aspect, la Pam promet des propriétés des plus attrayantes.

Ainsi, les concepteurs ont mis au point un appareil capable d’imprimer à l’aide de quatre matières différentes, sans oublier les couleurs. À titre d’exemple, vous pourrez utiliser de la silicone, voire certains métaux, la machine pouvant générer des températures pouvant aller jusqu’à 348 degrés.

Mieux encore, vous pourrez même imprimer des objets transparents, sans compter que vous pourrez aussi faire des expériences diverses avec les matériaux dont vous disposez. Un véritable terrain de jeu s’offre donc à vous !

Pam3Dprinterhead

L’imprimante possède aussi son propre logiciel, Honeyprint, qui va vous permettre de gérer vos impressions à distance, depuis votre appareil mobile. Au vu de ses capacités, la Pam se destine avant tout aux entreprises et aux utilisateurs chevronnés, cherchant le nec plus ultra en terme d’impression.

Un tel concentré de technologie n’est, d’ailleurs, pas à la portée du premier venue, et le prix de lancement est de 8000 euros, avant de passer au double lors de son lancement définitif, en 2017. La qualité a un prix !

fév 03

L’Arke : l’imprimante 3D qui utilise du papier

1

 

Ce n’est un secret pour personne, les imprimantes auront pour habitude d’utiliser du papier pour l’impression. Cependant, les imprimantes 3D auront plutôt tendance à utiliser des éléments comme l’ABS ou le PLA, à quelques exceptions près. En effet, la nouvelle trouvaille de la compagnie Mcor a décidé de combiner allègrement les deux.

L’Arke, l’imprimante présente ainsi deux spécificités : utiliser du papier pour donner vie à des objets et imprimer ces derniers en couleurs ! A ce titre, les têtes pensantes de Mcor affirment que c’est l’unique imprimante répondant aux normes colorimétriques de l’ICC (le comité international de la couleur) . L’appareil repose sur un principe de lamination de papier, où une pile de feuilles A4 se verra découper et « polie » pour donner vie à l’objet désiré.

Au niveau des performances, l’Arke sera en mesure d’imprimer à une résolution de 4800 x 4800 DPI pour un volume d’impression de 240 x 205 x 125 mm . L’imprimante est compatible avec les PC et les Macs et vous aurez aussi droit à une application smartphone gratuite qui vous permettra de manager vos impressions via les systèmes Android et iOS. A noter que la connectivité via WIFI, Bluetooth et USB seront également de mise.

2

 

L’Arke vient en six coloris différents et devrait être disponible pour 8995 euros pour une sortie dans le courant de l’année. Selon le docteur Conor MacCormack, le but de Mcor est de démocratiser l’impression 3D et de placer une imprimante dans chaque salle de classe ou maison. Une nomble entreprise pour une imprimante qui risque de faire bouillonner les esprits les plus créatifs !

juin 14

La Freaks3D : l’imprimante 3D qui réconcilie tout le monde

elecfreaks

Depuis l’apparition de l’impression 3D, il y a fort souvent eu (et c’est toujours le cas) quelques petits débats autour des qualités et défauts de cette forme d’impression. Nous avons ainsi d’un côté des imprimantes qui changent le monde, mais qui sont terriblement longues à imprimer. Nous avons également des imprimantes capables de nous imprimer tout et n’importe quoi, mais qui ne sont pas vraiment ergonomiques/économiques.

Afin de faire plaisir à tout le monde, une compagnie du nom d’Elecfreaks a décidé de mettre au point une imprimante qui passerait outre les défauts précédemment cités. C’est ainsi que la Freaks3D a fait son apparition. Avec un prix de lancement de 600 dollars, la machine ne sera certes pas abordable pour toutes les bourses, mais on est quand même loin des imprimantes frôlant parfois le millier de dollars. Autre avantage de la Freaks3D, son poids des plus raisonnables. Celle-ci pèsera à peine moins de 3 kilos et vous pourrez ainsi la porter où bon vous semble.

Outre le prix et la taille, d’autres petits éléments viennent pimenter le tout. Vous trouverez par exemple un lecteur de cartes SD dans l’imprimante et cette dernière pourra même fonctionner sur batterie. Du côté des matériaux d’impression, on retrouvera les habitués, le PLA et l’ABS, tandis que le PTU pourra également être utilisé.

freaks

Pas de chichis du côté du design de l’imprimante, celle-ci se contentera d’aller à l’essentiel, à savoir l’impression pur et dur. Reste à savoir désormais si les utilisateurs vont adopter cette nouvelle-venue ou pas. Réponse dans les prochains mois !

fév 18

Un père et un fils s’impriment une planche de surf!

S’il est fort possible de surfer sur le Net, il est désormais possible de surfer à l’aide de son imprimante, littéralement ! En effet, l’impression 3D vous offre désormais la possibilité d’imprimer ce que bon vous semble, allant de la petite babiole anodine à la…planche de surf.

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir glisser sur les vagues de l’océan à l’aide de la planche adéquate ? C’est ainsi qu’un père et son fils ont décidé de se construite une planche de surf en s’aidant de leur imprimante en relief. S’attachant dans un premier temps à imprimer un modèle « réduit » , Jody Roth, le père en question,  s’attaqua par la suite à la mise en place de la véritable bestiole. Celui-ci a dans un premier temps trouvé le design qui lui convenait le mieux avant de l’uploader dans son imprimante. Cette dernière a alors mise au point de nombreuses structures en forme de diamant, structures qui ont ensuite été collées à l’aide d’une bonne colle forte.

Si l’ensemble de l’impression se passa sans problèmes, la partie impliquant la vitrification de l’ensemble ainsi que le ponçage fut un véritable casse-tête. Fort heureusement pour les deux compères, ils virent enfin le bout du tunnel, même si l’expérience a semble-t-il laissé un gout amer au père.

En effet, ce dernier s’est plaint du nombre d’heures passées sur le projet (près de 164 !!), sans compter le coût assez important de l’opération. Selon lui, il aurait été bien plus simple et économique d’aller acheter une planche de surf à la boutique du coin. Gageons qu’il se servira désormais de son imprimante pour faire des petits objets de décoration.

août 27

Les imprimantes 3D luttent désormais contre le cancer

 

On n’arrête plus le progrès et encore moins ceux concernant l’impression en relief! Après les différentes applications médicales qu’on pouvait prêter à ces nouveaux types d’imprimantes, voila que ces dernières s’apprêtent à devenir des armes redoutables dans la lutte contre le cancer.

C’est un jeune chinois de 12 ans du nom de Minghao qui a eu la chance d’expérimenter les possibilités des imprimantes à ce sujet. On avait en effet détecté un cancer au niveau de la moelle épinière de celui-ci suite à un accident survenu durant un matche de foot.  Afin que le tumeur ne se repende pas, il était devenu indispensable d’enlever l’une des vertèbres du patient pour ensuite la remplacer par un implant. C’est par la suite que l’impression en relief est entré en lice.

Il a ainsi été possible d’imprimer un élément s’adaptant à la perfection à la morphologie du garçon, tant et si bien  qu’aucune visse ou autre n’a été nécessaire pour soutenir le tout. L’opération (qui a durée 5 bonnes heures) a été un succès sur toute la ligne.  Selon le docteur  Liu Zhongjun, officiant dans l’un des hôpitaux universitaires de Pékin, c’est la première fois qu’une imprimante en relief sert à résoudre un tel problème. Il souligne également les avantages de ce mode d’impression qui permet  aux patient de passer par une phase de rémission bien moins contraignante qu’à l’accoutumée.

imprimante 3d

Minghao est pour le moment dans l’incapacité de parler mais affiche une belle forme selon les médecins. Il va rester sous observation dans les trois mois qui viennent , ce qui permettra ainsi de voir à quel point ce procédé aura été efficace. En attendant une démocratisation encore plus massive de l’impression en 3D dans le monde médical.

juil 07

Le futur de l’impression viendrait….d’un garçon de 15 ans

Bien que se démocratisant à vitesse grand V, l’impression 3D rencontre encore bien des soucis, notamment au niveau de la vitesse d’impression. Alors que des ingénieurs s’échinent chaque jour à trouver des nouvelles solutions pour améliorer les imprimantes, voila qu’un dénommé Thomas Suarez prétend pouvoir mettre au point une imprimante encore plus rapide et performante que celles actuellement disponibles.  Rien de fulgurant en soi, sauf que le Suarez en question n’a que 15 ans!

Cet inventeur en puissance n’en serait pas à son premier exploit. En effet, Suarez n’a eu cesse depuis ces dernières années de mettre au point des application pour Smartphone , attirant l’attention sur lui après avoir conçu un petit jeu mettant en scène le chanteur Justin Bieber. Moins intéressé par les artistes pour adolescents désormais, il a commencé à s’intéresser à l’impression en relief après avoir rencontré les têtes pensantes de MakerBot, l’une des grosses pointures de l’impression.  Histoire de prouver à son père incrédule la portée de plus en plus importante de ces imprimantes, le petit Suarez va alors faire un tour dans les locaux de MakerBot et son enthousiasme ne s’arrêtera pas là, le jeune ayant déjà pas mal d’ambitions.

Il voudrait ainsi mettre au point une imprimante 10 fois plus rapide que celles actuellement trouvables, allant même jusqu’à déposer un brevet pour une future imprimante révolutionnaire. Si on ne peut que saluer l’enthousiasme du jeune homme, d’aucuns restent circonspects quant à ses capacités à réussir là ou de nombreux créateurs peinent encore à réussir. Néanmoins, Suarez compte passer la grosse majorité de son été à travailler sur son premier prototype.

 

Il se peut donc que les mois à venir nous mettent face à la naissance d’une nouveau génie de l’impression, même si la course à la perfection ne se fera pas sans peine. En effet, d’autres compagnies telles que CarrotCorp prétendant être sur le point de sortir une imprimante 3D qui va révolutionner le monde. Affaire à suivre!

juil 03

Le créateur des imprimantes 3D se voit récompensé

Alors que ce nouveau type d’impression que nous propose les imprimantes 3D bat son plein ces derniers temps, il n’était que justice de récompenser celui qui avait redéfini le monde des imprimantes et c’est désormais chose faites. En effet, Charles Hull, créateur et instigateur de cette nouvelle technologie, s’est vu remettre le prix de meilleur inventeur  de l’année (dans la catégorie non européenne) lors d’une cérémonie s’étant déroulée à Berlin le mois dernier.

Hull s’est écrié “eureka”  dans les années 80 alors qu’il cherchait un nouveau moyen de fabriquer des pièces essentiels à la mise en place de nouveaux prototypes. Après avoir conçu la mère de toutes les imprimantes, Hull déposa tout naturellement son brevet et ce ne sont pas moins de 76 qui suivirent en Amérique (plus 18 et 14 brevets en Europe et au Japon respectivement).Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, Hull utilisa à bon escient cette forme d’impression révolutionnaire en mettant sur pied sa propre firme, 3D Systems, en1986 et celle-ci connue un sacré essor, tant et si bien que sa compagnie affiche désormais un beau chiffre d’affaire annuel de 700 millions de dollars. Cerise sur le gâteau, 3D Systems est également côté au Nasdaq désormais et compte plus d’un millier d’employés.

L’apport de l’invention de Hull est plus que vivace et on ne compte plus désormais les divers secteurs faisant appel à cette forme d’impression pour sortir moult objets. De la médecine à la cuisine en passant par l’aérospatiale, les nouvelles applications de l’impression en relief ne cessent de nous tomber dessus et gageons que les prochaines années nous réservent encore bien des surprises à ce niveau.

juil 02

L’impression 3D fait honneur au chocolat

Si vous êtes un fondu de chocolat, vous n’êtes pas sans savoir que la compagnie Choc Edge avait lancé il y a plusieurs mois de cela une imprimante 3D spécialement conçu pour imprimer votre met favori. Comme si ce n’était pas suffisant, une nouvelle mouture de leur imprimante, encore plus performante cette fois, est en train de pointer le bout de son nez.

Amateurs de PLA, passez votre chemin, cette imprimante sera surtout destinée aux plus gourmands d’entre vous.  La Choc Creator V2 se veut ainsi comme une version remaniée de sa grande sœur, avec quelques améliorations pas piquées des hannetons.

Tout d’abord son design s’est vu grandement amélioré. Avec ses belles lignes épurées et son noir profond, cette imprimante évoquera au premier abord une des nombreuses machines à café s’entassant dans nos cuisines. La Choc Creator V2 posséde également une seringue plus large et un élément chauffant particulier conçu pour garder le chocolat à bonne température pour une impression optimale. Seul petit bémol, si l’imprimante permet d’imprimer de plus gros objets, il faudra se montrer un peu plus patient cette fois.

Dévoilée pour la première fois la semaine dernière lors d’une conférence sur l’impression 3D s’étant déroulée en Chine, la Choc Creator V2 est déjà en prévente en Afrique, en Asie ainsi qu’en Europe! Vous voulez à votre tour imprimer des objets en chocolat toute la journée? Nous vous conseillons alors de commencer à mettre vos sous de côté car le prix de lancement est annoncé aux alentours de 4800 euros. Le prix à payer en somme pour pouvoir assouvir sa gourmandise!

mai 29

La MOD-T Printer : l’imprimante 3D pour les petites bourses

Quand un nouvel appareil fait son apparition sur le marché, son problème immédiat sera bien souvent son prix fort onéreux. L’impression en relief ne déroge pas à la règle et bien que les modèles d’imprimantes ne cessent d’apparaitre régulièrement sur le marché, peu de gens peuvent encore se permettre d’en acheter une.

Les choses sont bien heureusement amenées à changer avec l’arrivé notamment de la MOD-T. Cette imprimante 3D présente tout d’abord la particularité d’être moins massive que ses comparses. Le design de cette machine, conçue pour une compagnie du nom de Frog Design, joue la carte de la simplicité et de l’ergonomie mais ses lignes épurées attirent quand même le regard.  Tout l’attirail habituel prévu pour l’impression sera présent comme la pointe permettant l’extrusion de filaments mais l’imprimante se limitera à l’impression d’objets en PLA (un polymère biodégradable).

Ses capacités seront également “au rabais” par rapport aux monstres de guerre présents sur le marché ( celle-ni ne pouvant imprimer des objets d’une couche maximum de 02 mm ) mais ce sera un bon moyen de se familiariser avec cette nouvelle forme d’impression, d’autant plus que son tarif devrait justement  intéresser plus d’une personne. Affichant un prix de lancement de 199 dollars, les moins fortunés d’entre nous  auront ainsi plus de chance de s’en procurer une.

La machine est pour le moment bien partie pour être commercialisée courant 2015 et termine actuellement sa phase de financement sur Kickstarter. On pourra d’ors et déjà saluer les têtes pensantes derrière cette machine  qui proposent une imprimante 3D accessible au plus grand nombre même si celle-ci possèdera des capacité plus limités. En attendant que les cadors de l’impression en relief proposent à leur tour des machines moins couteuses!