déc 12

Un sac spécial pour transporter son imprimante 3D !

migo

Qui n’a jamais rêvé de prendre son imprimante sur son dos pour aller imprimer où bon lui semble ! Curieuse idée mais on a remarqué, ces dernières années, que les imprimantes conventionnelles et même 3D ont connu une nette baisse au niveau de leurs dimensions.

C’est le cas de la Migo, une nouvelle imprimante portative qui essaye de percer dans le monde de l’impression. Afin de rendre l’appareil un peu plus nomade, ses concepteurs ont décidé de mettre au point un sac à dos des plus pratiques, permettant de porter l’imprimante facilement.

Tout a été fait pour que l’appareil 3D entre à la perfection dans le dit sac, ce dernier étant même transparent, si jamais vous souhaitez avoir un œil sur votre précieux bien ! MakeX, la compagnie ayant créé la Migo, et le sac, a voulu faire à la fois simple et pratique, et gageons que cet objet, au premier abord cocasse, arrivera à trouver son public.Pour rappel, l’imprimante Migo joue aussi la carte de la simplicité et de l’efficacité, utilisant à la fois le PLA et l’ABS pour donner vie à des objets divers. La petite bête pèse dans les deux kilos et son gabarit de 100x120x100 mm permettra l’impression de petits objets telles des figurines.

Il ne reste plus que quelques heures avant que la campagne Kickstarter de MakeX et l’imprimante est d’ores et déjà certaine de sortir en grande pompe, la campagne ayant récolté plus de 116,000 dollars.

À noter que le prix du sac de transport devrait avoisiner les 70 dollars, pour un tarif de 499 dollars pour l’imprimante.

déc 07

Un tatouage imprimé à base de bactéries !

Bacteries1

Une équipe du MIT a réussi à créer des cellules bactériennes génétiquement modifiées, développant par la même occasion une nouvelle technique d’impression 3D pour créer un «tatouage vivant» capable de réagir à une variété de stimuli.

Ce genre de tatouages et d’encre nouvelle génération pourrait permettre l’émergence de nouvelles formes d’appareils de détection portables

Pour mettre au point cette technique, l’équipe a créé un patch de cellules bactériennes imprimé en 3D, le tout sur une couche d’élastomère conçue pour ressembler à un arbre. Les bactéries présentes sur chaque branche de l’arbre ont été conçues afin de répondre à un stimulus chimique spécifique, permettant aux chercheurs d’en étudier les conséquences. Lorsque le patch a été testé sur une main humaine, qui avait été appliquée de différents produits chimiques cibles, la bactérie a alors illuminé avec succès ses branches lorsqu’elles se sont retrouvés en contact avec le produit chimique correspondant.

Au niveau des utilisations que l’on pourrait tirer de cette découverte, il est possible que l’on développe des autocollants d’avertissement contenant des cellules « conçues » pour réagir à un certain environnement ou stimuli chimiques. On pense ainsi à des dispositifs portables de surveillance pour la santé qui activeraient leurs signaux en fonction d’une variation de température ou de pH spécifique.

Bacteries2

Une fois de plus, l’impression 3D nous montre toute l’étendue de son champ d’action, tout en ouvrant une fois de plus des portes vers des avances techniques jusque-là insoupçonnées. Entre redonner vie à des lieux en ruine et créer des objets de tous types, il semblerait que les imprimantes en relief n’aient pas encore montré toute l’étendue de leur potentiel.

 

                                

déc 02

La Migo : une nouvelle imprimante 3D portative débarque !

Migo-3D-Printer-1

 

L’un des « problèmes » ayant toujours dérangé les propriétaires d’imprimantes est le poids relativement élevé de ces dernières. Nous avons, cela dit, vu durant ces dernières années, l’émergence de nouvelles gammes d’imprimantes se voulant plus légères et surtout transportables !

C’est le cas de la Migo, une toute nouvelle imprimante 3D qui risque de faire plaisir aux plus nomades d’entre vous. La petite bête dispose ainsi de dimensions minimales, l’appareil mesurant « seulement » 155x195x270 mm. Le design se voudra également élégant et pratique, l’imprimante disposant d’une forme rectangulaire facilitant sa prise en main et son transport. Mieux encore, les concepteurs ont désigné le tout de sorte à ce que les pièces détachables se rangent facilement dans un sac à dos. Au niveau des autres options, on retrouvera un port USB et surtout la possibilité de lancer une impression depuis un ordinateur à distance.

Au vu de sa taille miniature, les impressions seront elles aussi de petite facture, celles-ci ne dépassant pas les 100x120x100 mm. Pas de quoi fabriquer de grandes statues, mais assez pour imprimer des petits objets.

La Migo fait déjà des envieux, celle-ci ayant réalisé un joli score lors de sa campagne de financement. En effet, MakeX, la compagnie responsable de sa création, a engrangé plus de 100,000 euros sur les 80,000 nécessaires. Un futur engouement pour les imprimantes 3D portatives serait-il en train de naitre ?

À noter que le prix de lancement serait de 219 dollars si jamais vous passez par le co-financement sur Kickstarter, à la place des 499 dollars requis pour sa future sortie.