juin 26

Un jeune homme arrêté pour détention d’arme imprimée

3d gun

 

Cela faisait un bout de temps que l’on n’avait pas entendu parler d’une affaire impliquant des imprimantes 3D et des armes. Après le Japon, c’est en Angleterre qu’un petit fait divers impliquant un revolver créé par une imprimante a eu lieu.

Au vu de la situation, on peut même parler de première outre-manche. En effet, c’est la première fois que la police se retrouve face à ce genre de situation. Le principal intéressé, un jeune homme de 26 ans, a ainsi vu les forces de l’ordre débarquer chez lui afin de rechercher des éventuelles traces de drogue.

Ils ont alors découvert tout un attirail pour imprimer en toute impunité un pistolet 3D. L’accusé, qui ne dispose pas de permis de port d’arme, s’est défendu en affirmant que cette arme était prévue pour un projet universitaire. Il a également ajouté qu’il ne savait absolument pas que le pistolet pouvait être létal.

La culpabilité du jeune homme a cependant été prouvée lorsque les policiers ont inspecté son ordinateur. Son historique a ainsi dévoilé des heures de visionnages de vidés montrant comment utiliser ce type d’arme.

On ignore encore quelles étaient les véritables motivations du jeune homme, qui aura droit à son jugement en août prochain.

On se souvient des diverses polémiques causées par l’impression d’armes 3D, notamment aux USA où Cody Wilson avait défrayé la chronique en mettant au point le Liberator. Pire encore, il avait mis à disposition du grand public les plans d’impression, et près de 100 000 personnes avaient pu récupérer le tout.

 

                                         

juin 12

Cartouches d’encre : leur impact sur l’environnement

 

green-printing

 

On parle souvent de l’environnement lorsque l’on évoque les cartouches et les imprimantes. Quid de l’impact de ces appareils sur notre nature ? Voici quelques informations pour parfaire vos connaissances sur la question.

 

On retrouve divers ingrédients dans la conception d’une cartouche d’encre bon nombre d’éléments pas vraiment écologiques : des colorants notamment, contenant bien souvent du soufre ou de la cyclohexanone, qui aide l’encre à adhérer aux polymères.

Mais même avant d’être créée, une cartouche peut se révéler néfaste pour l’environnement. Lorsqu’une cartouche laser est construite, près de 3 litres de pétrole seront nécessaires à la conception (moins pour une cartouche jet d’encre), générant près de 4,8 kilos de CO² par unité. La poudre de toner contenue dans un consommable de 1500 pages générera à elle seule 3,2 kilos de CO2. Même vide, un consommable continuera à provoquer de sérieux dégâts si jamais elle est tout bonnement jetée, polluant ainsi la terre et les nappes phréatiques.

De telles pratiques pourraient mettre la puce à l’oreille à certains, mais ce sont hélas pas moins de 375 millions de cartouches qui finissent leur carrière la poubelle chaque année, soit 11 cartouches jetées par seconde. Quand on sait qu’il faudrait 1 millier d’années pour qu’une cartouche se décompose complètement, on vous laisse imaginer l’étendue de la catastrophe.

 

Cette grande quantité de déchets peut être réduite ou pratiquement éliminée par la réutilisation et la recharge de cartouche. La démocratisation des smartphones et des liseuses aide grandement à la réduction de l’impression intempestive, mais les imprimantes demeurent encore des appareils très largement utilisés au quotidien. A la charge de l’utilisateur d’imprimer de façon plus responsable !

 

                                    

juin 08

Kodak dévoile son nouvel appareil hybride photo-imprimante

 

kodak

Les photos et les imprimantes : une belle histoire d’amour qui semble durer depuis des lustres désormais. En effet, il ne se passe pas une année sans qu’un constructeur se décide d’associer impression et photographie, pour le plus grand bonheur des photographes en herbe. Ainsi, après Polaroid, c’est le géant Kodak qui s’est décidé à rajouter une nouvelle pierre à l’édifice.

Le spécialiste américain de la photographie, et de l’impression désormais, a dévoilé au monde un nouvel appareil photo numérique comprenant une imprimante Bluetooth, le tout accompagné d’une application compatible iOS.
Cette nouvelle gamme, nommée Kodak Smile, se présente avec un appareil photo de 10 Mpx, avec en prime un écran LCD. L’appareil sera capable d’imprimer des photos de 2 pouces par 3 avec la technologie sans encre Zink, et vous pourrez ainsi d’imprimer vos clichés en un rien de temps. La Smile disposera également d’une glissière permettant de conserver l’objectif à l’abri lorsque l’appareil n’est pas utilisé, et de dévoiler les boutons de contrôle qu’au moment de l’utilisation.

Pour les plus méticuleux d’entre vous, sachez que l’appareil dispose d’un minuteur de 10 secondes, d’un flash intégré et d’un logement pour une carte micro SD. Histoire de parfaire le tout, Kodak a également prévu une mini imprimante Bluetooth fonctionnant sous Zink, se passant d’appareil photo et disposant d’une application iOS et Android.
Vous pouvez déjà vous procurer ces deux appareils, au prix de 99,99 et 119,99 euros, avec le choix entre différentes couleurs. Les cartouches Zink de Kodak sont commercialisées par pack de 20 ou 50 feuilles à 14,90 et 24,99 euros.

 

                                     

mai 27

La Eclipse Dual Printer – l’imprimante qui n’a pas de secrets !

eclipse-dual-printer

SI vous lisez ce blog depuis longtemps, vous avez sans doute remarqué que nous aimons particulièrement les concepts d’imprimantes sortant de l’ordinaire. En effet, de nombreux designers et autres inventeurs farfelus s’évertuent régulièrement à nos imprimantes jet d’encre et laser des apparences plus originales que la normale.

Nouvelle imprimante à sortir des sentiers battus : la Eclipse dual printer. Le moins que l’on puisse dire à la vision de cet appareil, c’est qu’il attire le regard. Avec son design ultra-futuriste, ce concept d’imprimante aurait bien plus sa place dans l’univers de Star Trek plutôt que dans un bureau lambda.

Cela dit, au-delà de son aspect, cette imprimante a surtout pour vocation de montrer aux utilisateurs le procédé d’impression et de scan. Selon le concepteur de l’appareil, David S. Hong, l’idée véhiculée par la Eclipse Dual Printer est de briser les conventions actuelles liées à l’impression et de faire quelque chose de radicalement différent, tout en respectant les limites de la forme au-delà de la fonction.

Ainsi, au lieu de l’objet rectangulaire auquel nous avons régulièrement droit, cette imprimante aura la forme d’un demi-cercle. Mieux encore, comme dit plus tôt, au lieu de masquer tout le processus de création entre la feuille blanche et le document imprimé, on pourra tout voir en temps réel.

eclipse_printer7_thumb

Comme la plupart des concepts d’imprimante, on ignore si celle-ci finira un jour sur nos bureaux. Au-delà de son design audacieux, l’Eclipse pourrait donner un peu plus de vie et d’intérêt à nos longues sessions d’impression de papiers administratifs !

 

                                         

mai 20

Le retour inattendu de la Little Printer

little printer

 

Little Printer, une adorable imprimante connectée à Internet nous avait malheureusement quittés après la cloture du projet et de ses serveurs en 2014. La « mort » de l’imprimante aura été de courte durée car Nord Projects, une compagnie basée à Londres, l’a ramené à la vie grâce à une toute nouvelle application, et elle a même ajouté la possibilité d’envoyer des messages entre les appareils. Pratique !

 

Un groupe de passionnés de la petite imprimante a ainsi collaboré pour remettre le périphérique en ligne via un serveur open-source appelé Sirius. Nord Projects a ensuite conçu une application iOS pour pouvoir (re)utiliser le tout. D’anciennes fonctionnalités particulièrement appréciées telles que les polices d’affichage sont également de retour, même tout en ajoutant quelques touches plus modernes.

Configurer la messagerie sur l’application sera plutôt « aisé » : vous devrez créer un nom d’utilisateur et une clé de périphérique, qui est une URL unique qui permet aux imprimantes d’accéder aux messages, comme un numéro de téléphone. Vous pouvez créer autant de clés que vous le souhaitez et révoquer l’accès à tout moment s’il parvient à une personne à qui il n’était pas destiné. Les clés de périphérique pourront être imprimées sous forme de codes QR afin que les visiteurs puissent facilement ajouter votre imprimante.

 

Seul petit problème dans l’équation : arriver à trouver des imprimantes ! En effet, il sera difficile d’en trouver une sur le marché et estimez-vous heureux si vous avez préféré à l’époque le garder plutôt que de le mettre à la poubelle !

 

                                         

mai 16

Une incroyable machine hydride imprimante et PC !

printer-laptop-feat

 

Des projets autour des imprimantes, il y en a un paquet et certains sortiront parfois de l’ordinaire ! Il va sans dire qu’une imprimante et un ordinateur vont souvent de pair. Quoi de plus normal dans ce cas que de créer un appareil mariant le meilleur des deux mondes !

C’est ce qu’a fait Mason Stooksbury. Imaginez un instant un appareil combinant un PC et une imprimante / scanner ? Vous en rêviez, cet inventeur en puissance l’a fait.

C’est grâce à ses amis que Mason a pu mettre son projet à exécution. En effet, ses amis lui ont donné de vieux ordinateurs portables ainsi qu’une vieille imprimante de marque Kodak. Après avoir examiné les différents composants, Mason a jeté son dévolu sur un appareil Dell qui a ainsi servi de PC « de base ». Il a ensuite dépiauté le tout afin de construire le tout.

Une fois les deux appareils assemblés, l’inventeur y a même rajouté neuf ports USB pour compléter le tout.

Au final, ce sont près de 12 qui furent nécessaires à la mise en place de cet appareil des plus farfelues. Si la machine hybride ne paye pas de mine au premier abord, il suffira alors de soulever le tout pour découvrir tout le savoir-faire de l’ensemble.

Gros inconvénient et non des moindres, l’imprimante n’est pas en mesure d’imprimer ! Mason a cependant tenu à préciser que l’imprimante ne fonctionnait pas dès le départ. Le tout aurait fonctionnel dans le cas contraire.

Un petit indice quant à une version prochaine de son invention ? Le temps nous le dira !

 

                                  

avr 20

Un cœur imprimé en 3D voit le jour

copeur imprimé

On n’arrête plus les innovations liées à l’impression 3D et des scientifiques viennent à nouveau de prouver toute l’étendue et la portée de cette nouvelle technologie.

C’est cette fois un cœur qui s’est vu créer par ce procédé. Une équipe israélienne a ainsi mis au point un cœur en prélevant des cellules à même un patient. Le procédé est encore à ses balbutiements mais cela pourrait faire avancer traitement des maladies cardiovasculaires et la médecine en général.

Selon le professeur Tal Avir, qui était l’une des têtes pensantes derrière ce projet, ce cœur imprimé est parfaitement compatible avec le patient concerné, sans qu’il y ait de risques de rejet.

L’élément imprimé ne paye à première vue pas de de mine, sa taille avoisinant celle d’un petit fruit, mais cela n’enlève en rien la technicité déployée pour sa création. Pour ce qui est justement de la taille du cœur imprimé, il est fort possible que ceux-ci soient plus importants par la suite. On risque ainsi de voir un cœur de taille humaine arriver dans un futur que l’on espère proche.

Pour ce qui est d’une greffe à même un véritable patient, il faudra attendre que la technique soit plus au point avant qu’une telle opération soit possible. Le professeur Tal Avir évoque, à ce titre, une bonne dizaine d’années avant qu’une telle opération ne soit possible.

copeur imprimé2

L’explosion de l’impression en relief profite de plus en plus au monde médical, avec notamment les prothèses et autres parties du corps reconstruits via une imprimante. Gageons que l’on trouvera bientôt une imprimante 3D dans chaque hôpital !

 

                                  

avr 01

Quand l’impression redessine le paysage urbain !

 

mobilier-urbain-chien

La lutte contre la pollution et la prolifération des déchets n’est pas récente et tous les moyens sont bons pour lutter contre ce fléau actuel. Contre toute attente, l’impression 3D est venue apporter son petit soutien à la lutte en proposant des solutions innovantes et efficaces.

Ainsi, des projets d’aménagement urbains faisant appel aux imprimantes ont vu le jour, à l’image du projet Print Your City, projet visant à donner un nouveau visage aux espaces urbains à l’aide de mobiliers créés par impression. Le premier objectif de ce projet fut la création du parc Hanth, situé dans la ville de Thassalonique en Grèce, où tout le mobilier fut créé par impression. De quelle manière ? C’est très simple !

Des déchets plastiques sont récupérés et fondus, avant de se retrouver colorés et imprimés grâce à un bras robotique chargé de donner vie au mobilier.Outre l’aspect éminemment écologique et pratique de cette opération, ce projet, créé par une boite néerlandaise, du nom de The New Raw, a également pour vocation d’interpeller les masses, et cela a porté ses fruits pour le moment.

The-New-Raw-Print-Your-City-Zero-Waste-Lab-43

Ce ne sont pas moins de 3000 habitants qui auraient participé à la collecte, ces derniers ayant même été invités à donner leur avis sur la couleur à utiliser pour le mobilier. Histoire de bien faire les choses et de donner aux curieux une idée du travail effectué, une petite plaque affichant le nombre de kilos de déchets utilisé pour chaque mobilier est ainsi visible à tous.

Un joli projet d’impression à la fois écolo et citoyen qui mérite de prendre de l’essor et qui donnera peut-être des idées à d’autres villes d’Europe et d’ailleurs.

 

                                         

mar 22

HP renforce sa position au niveau de l’écologie

gree

 

Le géant de l’impression HP a annoncé la mise en place d’un nouveau programme de développement durable pour sa division d’impression. En effet, la firme souhaite que chaque page imprimée via la société soit « verte », assurant ainsi une neutralité carbone et utilisant des matériaux conçus pour réduire l’impact sur la planète.

La société a annoncé hier qu’elle avait atteint son objectif de garantir à son papier une déforestation de 100% zéro et ce deux ans plus tôt que prévu.

Les responsables ont également ajouté que toutes ses imprimantes grand public étaient déjà «favorables à la forêt», arguant que plus d’arbres seraient plantés qu’abattus afin de permettre des opérations d’impression plus efficaces pour le bien-être de l’environnement.

« Nous redéfinissons le pouvoir de l’impression pour créer un changement positif et durable pour la planète, ses habitants et nos communautés », a ainsi déclaré Enrique Lores, président de l’activité d’imagerie et d’impression de HP. « L’engagement de HP en matière de développement durable guide notre activité commerciale et détermine la manière dont nos imprimantes sont conçues, fabriquées et utilisées. Aujourd’hui, HP a franchi une étape supplémentaire en promettant de rendre chaque page imprimée durable. »

Le constructeur a également annoncé hier qu’elle avait franchi « une étape ambitieuse » dans sa vision de l’impression « neutre en carbone » avec l’introduction de la nouvelle imprimante éco-énergétique EcoSmart LaserJet et du toner noir EcoSmart, qui offre une température de fusion plus basse, réduisant ainsi la consommation des imprimantes HP.

La société a également réitéré son engagement en faveur d’une utilisation accrue des plastiques recyclés, notant qu’elle avait récemment réinventé sa gamme d’imprimantes pour inclure les plastiques recyclés en boucle fermée et avait collecté plus de 550 000 livres de plastique jetées à l’océan pour être utilisé dans ses produits.

 

                                   

mar 13

Les sushis se font désormais aussi imprimer

 

sushi

De nombreuses personnes se font toujours une joie de manger des sushis, ce délicat met nous venant du Japon et qui a envahi les assiettes de notre pays depuis longtemps. L’air de créer des sushis soi-même demeure cependant assez complexe, et il faut parfois de l’aide extérieure pour arriver à ses fins. Et c’est là que l’impression entre en jeu.

En effet, une société japonaise du nom d’Open Meals a eu pour idée de mettre au point une imprimante vous fabriquant des sushis en moins de deux.

Outre la forme si caractéristique de ces plats, les sushis se voudront aussi particulièrement nutritifs pour les dégustateurs. En effet, pour pouvoir apprécier les sushis, il faudra tout d’abord donner de votre personne, en fournissant un peu de salive ou d’urine. L’imprimante pourra ainsi déterminer ce qu’il vous manque en matière de nutriments et vous imprimer des sushis « healthy » qui siéront à votre régime. Une bonne manière en somme d’allier l’utile à l’agréable.

La compagnie semble en tout cas croire en sa création et elle compte ouvrir un restaurant proposant ses sushis imprimés l’année prochaine. Difficile de savoir à l’heure actuelle si une telle idée comblera le palais des Japonais, mais l’impression 3D s’évertuant activement ces temps-ci à percer dans le monde de la cuisine, gageons que cette nouveauté risque au moins d’intriguer les gourmets nippons.

sushi2

Rappelons que certaines compagnies ont décidé d’embrasser l’impression culinaire à pleines dents, à l’image de Barilla qui nous avait présenté il y’a quelques temps ses pâtes imprimées.