oct 11

Casio se lance dans l’impression 2.5D

imprimantecasio1

Alors que l’impression 3D a su, au fil du temps, faire son petit bout de chemin dans le monde des imprimantes, son comparse 2D continue cependant de satisfaire des millions de consommateurs dans le monde. Mieux encore, les deux formes d’impression arrivent même à coexister au point de créer de nouvelles possibilités relativement inédites.

Alors que la Da Vinci permet désormais à l’impression 3D et jet d’encre de faire équipe, un nouveau venu s’apprête à apporter sa contribution. C’est en effet la firme Casio qui propose une imprimante 2.5, la Mofrel, capable d’imprimer de façon originale. Jugez plutôt !

On ne parlera pas d’ici d’objet en relief, mais de feuilles comprenant une légère texture donnant l’impression, au toucher, de reproduire certaines matières tel le cuir. Pour cela, la machine utilisera une gamme de feuilles de format A4 en plastique (utilisant du PVC et du PET) , et la Mofrel se chargera alors de chauffer certaines zones de la feuille afin de créer ces fameux reliefs. Pour ce qui est de la colorisation, l’imprimante utilisera la bonne vieille technique du jet d’encre, tout en étant le plus proche possible du visuel de la matière imitée. Même si certains marqueurs demeureront absents (difficile par exemple de reproduite la chaleur ou le touché du cuir), le résultat demeure, aux dires de ceux l’ayant testé, assez bluffant.

imprimantecasio2

Au vu du coût assez exorbitant de la machine (près de 40 000 euros) , la Mofrel se destinera surtout aux professionnels œuvrant, par exemple, dans des domaines comme l’automobile.

Une jolie preuve que les différents formats d’impression peuvent cohabiter sans se parasiter, mais en donnant naissance à des projets originaux et ingénieux !

juin 09

Il fabrique son imprimante 3D à seulement 16 ans

felix

 

Il n’y a pas d’âge pour bien faire ! On a souvent vu des petits génies sortir des idées venant révolutionner le monde de l’impression, à l’image de Shubham Banerjee et de son imprimante braille à l’aide de Lego ! Pas besoin d’aller jusqu’aux USA pour trouver des têtes pensantes plutôt jeunes.

 

C’est ainsi un jeune lycéen de 16 ans, Felix Balmonnet qui se retrouve sur le devant de la scène avec son imprimante portative, imprimante 3D qui plus est ! Il a ainsi monté sa machine comme un grand, et les félicitations n’ont pas tardé à tomber, tant et si bien que le jeune inventeur s’est vu décerner le prix du concours « Science en vie Junior », à la cité des sciences et de l’industrie ce week-end. À noter que l’imprimante y sera d’ailleurs exposée. 

L’appareil en question, baptisé Chameleon one, possède un axe vertical permettant ainsi d’imprimer des objets pouvant être plus haut que l’imprimante elle-même. L’axe pourra se replier et rendre l’imprimante portative. On s’imagine que Felix est un féru d’informatique et de nouvelles technologies, mais ce n’est pas vraiment le cas. Le jeune homme se dit ainsi plus attirer par l’aspect mécanique et électronique de la chose, l’utilisation de l’informatique étant relativement secondaire.

 

Notre inventeur ne compte pas, en tout cas, s’arrêter en si bon chemin et pense déjà à une version 2.0 de son imprimante. Prochain objectif, rendre la Chameleon one plus compacte et y adjoindre un caisson métallique. Le meilleur reste donc à venir !

juin 05

L’imprimante 3D Neva fait tout exploser sur son passage !

neva printer

 

Nous vous avions parlé il y’a quelque temps de la Neva, une imprimante 3D qui vous facilitait grandement la vie. En effet, cet appareil s’est donné pour mission de faire de cette nouvelle forme d’impression une technique accessible à tout le monde. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’imprimante a su séduire le public !

En effet, la campagne Kickstarter de la marque Dagoma a été lancée vers la fin mai, et le succès ne s’est pas fait attendre. La compagnie devait atteindre les 50,000 dollars pour toucher au but, et cela est arrivé en l’espace de 4 heures ! Résultat, plus de 100,000 dollars amassés en une journée et 24 imprimantes vendues. En seulement 24 minutes ! On a connu pire comme lancement d’imprimante.

On est certes loin de la Blackbelt, qui avait exploser les records en réussissant à boucler sa campagne de financement en l’espace de 15 minutes, mais la firme française responsable de la Neva n’a pas à rougir de son petit exploit.

Comme dit plus haut, la Neva se veut être une imprimante 3D à la simplicité évidente. Ainsi, la machine dispose d’un bouton «impression » et d’un autre vous permettant de mettre pause durant une impression. Malgré sa facilité d’utilisation, l’appareil propose également des sympathiques possibilités, l’utilisateur pouvant imprimer des objets multicolores de180×200 mm, le tout à une vitesse d’impression allant jusqu’à 100 mm/s.

 imprimante neva

Petit détail amusant, la Neva a été conçue a été créé via d’autres imprimantes 3D, ces dernières ayant imprimé près de 50% des pièces !

juin 02

L’imprimante BlackBelt explose des records sur Kickstarter

blackbelt

 

Vous vous souvenez peut-être de la Blackbelt, cette imprimante 3D qui sortait de l’ordinaire avec son système de tapis roulant vous permettant de prendre de la largeur. En effet, il vous sera possible avec l’appareil d’imprimer de longs objets sans discontinuer et le tout à très bon rythme.

Il semblerait que le concept ait beaucoup plu à certains, à tel point que la campagne Kickstarter de la BlackBelt s’est vue compléter en l’espace de 15 minutes ! Un gros record, d’autant que le palier de financement était de 50,000 dollars. Alors qu’il reste encore 29 jours avant la fin de la campagne, les chiffres ne cessent de gonfler et gageons que les créateurs auront de quoi très largement financer la production de masse. Selon Stephan Schürmann, l’un des responsables derrière la création de l’imprimante, l’idée était de faire de la Blackbelt une sorte d’équivalent des imprimantes 2D actuelles. L’idée peut faire sourire, mais on devine (presque) où il veut en venir, même si cette machine 3D risque d’être un peu complexe à manier.

blackbelt2

Pour en revenir au financement, certaines contreparties ont déjà disparu, mais il reste encore beaucoup de récompenses. 6 500 € vous permettront, par exemple, de bénéficier d’un rabais anticipé, alors que vous pourrez, pour 7 500 €, obtenir une belle ristourne sur le prix de vente au détail. À noter que les récompenses devraient commencer à être expédiées en octobre de cette année.

La BlackBelt 3D demeure en tout cas un concept d’impression qui sort de l’ordinaire et, à en juger par le soutien énorme que la campagne a reçu en si peu de temps, d’aucuns sont impatients de l’essayer.

mai 31

Innovation : une future encre fabriquée à partir du bois !

bois

 

La cellulose, avec la lignine et l’hémicellulose, est l’un des constituants principaux du bois. Désormais, cette matière 100% naturelle va, peut-être, être utilisée comme une encre pour imprimante 3D. Elle serait ainsi respectueuse de l’environnement et utilisable dans de nombreux domaines, y compris la biomédecine.

Gilberto Siqueira et Tanja Zimmermann, de l’EMPA, ont réussi, avec des collègues de l’Université d’Harvard et de l’ETH de Zürich, à développer cette encre écologique fabriquée à partir de nanocristaux de cellulose. Selon Siqueira, le plus grand défi consistait à obtenir une consistance suffisamment élastique et visqueuse qui pourrait être pressée dans les buses de l’imprimante 3D sans que le tout coince. Les têtes pensantes de l’Empa sont convaincues que cette encre serait adaptée à une grande variété d’applications différentes, du fait des excellentes propriétés mécaniques que celle-ci, ainsi que de la possibilité de modifier sa composante chimique. Au niveau des applications possibles, on pourrait évoquer, entre autres, la fabrication de prothèses et d’implants, ainsi que son utilisation dans l’industrie automobile et les emballages.

Le principal attrait demeure cependant son impact minimal sur l’environnement, sans compter que l’on trouve très facilement du bois. La cellulose est le polymère naturel le plus fréquent sur Terre a ainsi déclaré Siqueira. Il ne se trouve pas seulement dans les arbres, mais aussi dans d’autres plantes et même dans les bactéries !

L’impression verte à de beaux jours devant elle et après l’impression à base de bois ou les encres magiques à base d’algues, on se demande ce que l’on nous réserve pour la suite !

mai 24

Imprimez désormais des objets en argile avec la Clay XYZ

clay-xyz

 

Vous avez toujours voulu être un potier et vous fabriquer de beaux objets ? Seul problème, vous n’êtes pas absolument pas doué au niveau de la manipulation d’argile ! Pas de soucis à vous faire, vous allez pouvoir garnir votre intérieur avec des nouveaux vases….imprimés !

En effet, une nouvelle imprimante 3D, utilisant de l’argile en guise d’encre vient de faire son apparition. Son nom, la Clay XYZ !

Nous devons la création de cette imprimante à un spécialiste de la céramique, John Frey, qui est tombé amoureux de l’impression en relief. Considérant cette nouvelle forme d’impression comme une petite révolution, permettant ainsi à tout un chacun de créer des objets de manière plus rapide et pratique ! Le modus operandi sera des plus simples, il vous suffira d’utiliser quel type d’argile de base, charger l’imprimante et le tour sera joué. Il vous faudra également avoir, préalablement, choisi le modèle ou l’objet à imprimer, dans une base de données prévue à cet effet.

La Clay XYZ doit sa facilité d’utilisation à un système d’intrusion des plus pratiques. L’utilisateur n’aura, en effet, qu’à remplir le tout d’argile et la machine fera alors le gros du travail.

clay-xyz2

 

Outre la précision de la Clay XYZ, l’imprimante comptera également sur sa vitesse pour séduire les éventuels acheteurs.

L’appareil est actuellement en cours de financement sur Kickstarter et a déjà largement dépassé la somme visée (le projet ayant récolté plus de 65,284 dollars sur les 10,000 requis).

Le nombre de matière pris en compte par les imprimantes 3D ne cesse d’augmenter. Alors que l’impression en céramique est également devenu possible, on se demande désormais qu’elle sera la prochaine matière à passer par la case impression !

mai 20

Une future peau imprimée pour les robots

peau-3d

 

Une peau imprimée pour robots. Voici la nouvelle petite trouvaille de chercheurs œuvrant dans le domaine de l’impression en relief. En effet, des ingénieurs de l’université du Minnesota ont développé une peau imprimable dotée de capteurs, destinée à aller garnir les squelettes de robot.

 

La raison de cette invention ? Aider les robots à acquérir le sens du toucher ! Ainsi, cette peau synthétique a été obtenue en associant différentes couches de produit : une de silicone, une composée à 75% d’argent et une dernière contenant 68% d’argent.Pour mettre au point leur création, les scientifiques sont même allés jusqu’à créer une imprimante spécifique, entièrement dédiée à ce but. Quid de l’utilité de cette peau spécial robot ? Les concepteurs espèrent ainsi permettre à des robots chirurgiens de ressentir le pouls ou la température du patient, mettant ainsi de côté les caméras conventionnelles.

Si le projet porte ses fruits, il se peut que cette peau soit utilisée pour les humains. De par sa solidité et son élasticité, elle pourrait ainsi recouvrir n’importe quel membre chez un individu. Les possibilités seraient assez nombreuses, entre un usage militaire pour protéger les soldats d’attaques chimiques ou industriel pour les travailleurs évoluant dans des environnements hostiles. Pourra-t-on également en faire une peau pour les grands brulés ? La question mérite d’être posée !

 

Des tests supplémentaires doivent encore être réalisés mais gageons que cette petite découverte risque de faire le bonheur de certains milieux spécialisés.

mai 15

Les fidgets spinners imprimés font leur apparition

3d-printed-fidget-spinners-black-and-pink-300x178

Si vous êtes amateurs de dernières tendances et de jouets, vous n’êtes pas sans savoir qu’un jouet du nom de fidget spinner fait actuellement des ravages dans les cours de récréation. Censés apaiser le stress de ceux y jouant, ces jouets se sont emparés des médias, ces derniers profitant de l’engouement pour en faire leur beurre, pour le plaisir de certains et au grand dam des autres. Quoi qu’il en soit, l’arrivée de ce, nouveau jouet aura permis de donner quelques idées aux personnes œuvrant dans le monde de l’impression.

Vous l’aurez deviné, il est désormais possible d’imprimer le fameux jouet, mais l’histoire derrière est assez étonnante. C’est une société basée en Californie, Airwolf 3D, qui s’est chargée de donner vie par impression au jouet en question. Rien d’extraordinaire en soi, si ce n’est que les instigateurs du projet n’étaient pas les têtes pensantes de la compagnie mais leurs enfants !

Ainsi, le premier fidget spinner à avoir été mis en vente se nomme Zoe, en l’honneur d’une petite fille de 10 ans dont le père officie à Axiom. Si vous trouvez l’idée originale, sachez néanmoins que ces jouets ne sont disponibles qu’en exemplaires limités, pour un prix de 30 dollars. Le tarif pourra faire en faire tiquer certains (un jouet de base coûtant moins de 10 dollars) mais l’intégralité des sommes touchées durant les ventes sera reversée à des œuvres caritatives.

 3d-printed-spinner-zoe-01-768x512

Que l’on soit amateur ou pas des fidget spinners, on ne peut nier que l’idée derrière cette vente est plutôt noble. Quand on sait que des sociétés comme Mattel se lance elles aussi dans l’impression 3D, le monde du jouet risque de connaître une petite refonte dans les années à venir ! En attendant, vous pouvez vous faire plaisir tout en faisant profiter la bonne cause !

avr 28

Un bâtiment imprimé qui va peut-être finir sur Mars !

maison-3d

Au rythme où l’impression évolue, votre prochaine maison pourrait être construite par une imprimante 3D !

Suite au récent départ en fanfare de la compagnie Apis Cor, l’imprimante mobile imprimant des maisons, une équipe de chercheurs du MIT a créé sa propre machine mobile et autonome. Pour prouver que le prototype fonctionne, l’équipe a construit un igloo de 3m de haut et 15m de large, le tout avec une mousse à prise rapide. Résultat, la plus grande structure de ce type réalisée par une imprimante, a ainsi vu le jour.

L’équipe a récemment publié son travail dans la revue Science Robotics, arguant que l’automatisation devrait aider à réduire les coûts de construction et à accélérer les temps de construction. Leur création, baptisée Digital Construction Platform, se compose d’un grand bras hydraulique, monté sur des bandes de chenilles. À la pointe de son bras, l’équipe a installé une attache, afin de pouvoir y mettre nombre d’outils différents, y compris des extrudeuses de mousse et thermoplastiques, un soudeur voire un tuyau d’arrosage !

Afin d’aller dans vers une impression encore plus verte, et plutôt que de compter sur des combustibles fossiles, l’imprimante n’est alimenté que par l’énergie solaire.

.maison-3d2

Selon Steven Keating, instigateur du projet, cette imprimante robotisée a un bel avenir devant elle. L’ingénieur voit ainsi un avenir fait de bâtiments imprimés, que ce soit sur Terre mais également sur Mars ! Réalité ou projet frôlant la science-fiction ? On est en droit d’être sceptiques, mais au vu des miracles actuels causés par les imprimantes 3D, il se peut que celles-ci aillent un jour à la conquête des étoiles.


Une maison imprimé en 24h ! par encros

avr 24

Une jeune violoniste handicapée obtient un bras imprimé

Girl Violin Prosthetic

 

Quand on pense à ceux jouant d’un instrument, on les imagine mal utiliser leur instrument sans l’aide de leur membres. C’était le cas de la petite Isabelle Nicola, qui est née avec un bras en moins. Difficile dans ce genre de circonstance de devenir un as de violon, mais c’était sans compter l’impression 3D, qui allait une fois de plus venir à la rescousse d’une personne handicapée.

Il y a un an, cinq étudiants de l’université de Mason ont décidé de mettre la main à la pâte afin de créer un bras entièrement imprimé pour la petite fille.

La petite équipe a ainsi passé près de 12 mois à travailler avec la fille pour mettre au point la prothèse parfaite, permettant ainsi à Isabelle d’avoir un nouveau bras le plus confortable possible. Une professeur de musique a même été utilisée lors de la conception du bras, afin qu’elle puisse fournir les informations nécessaire pour que la petite Isabelle puisse jouer confortablement. Cette dernière n’a d’ailleurs pas tari d’éloges concernant son nouveau bras, déclarant à la presse qu’elle était très reconnaissante de ce que l’équipe a réalisé pour elle. Sans ces gens, elle n’aurait absolument pas pu jouer au violon, ou aucune autre instrument, a-t-elle rajouté.

 Girl Violin Prosthetic

Les imprimantes 3D sont définitivement entrées dans l’air du temps, d’autant plus que l’on trouve désormais des prothèses imprimées made in France. Dans un avenir proche, le quidam pourra, peut-être, imprimer des pièces pour ses propres prothèses de chez lui, sans faire appel à des professionnels. Quand impression rime avec autonomie !