mar 09

La plus grande chaussure imprimée au monde est là !

 

chaussure 3D

Quand on ne trouve pas chaussure à son pied, il faut parfois faire appel à des solutions innovantes, comme l’impression 3D !

A 19 ans, Broc Brown souffre du syndrome de Sotos, ou gigantisme cérébral, faisant de lui le plus grand adolescent au monde. Pas évident donc de trouver des chaussures conventionnelles, à moins de passer par la case impression. C’est une compagnie du nom de Feetz, basée en Californie, qui est intervenu pour aider le jeune homme. En effet, l’entreprise de chaussures utilise une application pour convertir des photos de pieds en modèle 3D, avant qu’une imprimante 3D ne vienne créer des chaussures en forme sur mesure.

La présidente de Feetz, Lucy Brown Beard, a ainsi livré une paire de chaussures noires et rouges la semaine dernière au domicile du jeune homme, à son grand bonheur. Petit détail et non des moindres, les chaussures étaient les couleurs de l’équipe de basket-ball préféré de Brown, les Bulls de Chicago.

Beard a déclaré n’avoir jamais fait une chaussure de cette taille, mais qu’elle était heureuse d’avoir permis à Broc d’obtenir des chaussures confortables

chaussure 3D2

Quid du prix de cette paire de chaussures imprimée ? Elle serait autour de 250 $, alors que des chaussures sur mesure coûtent généralement un minimum de 400 $ à 500 $.Avec ses nouvelles chaussures imprimées, Broc pense qu’il peut même entrer dans le Livre Guinness des Records du Monde, au même titre que ses chaussures qui sont assurément les plus grandes de leur genre.

Au rythme où vont les choses, sortir de l’ordinaire en faisant imprimer ses chaussures risque de devenir une habitude !

fév 16

La FabPocket : maitrisiez l’impression 3D en un rien de temps

fabpocket printer

 

Vous voulez vous initier à l’impression 3D ? La Fabpocket va venir vous donner un joli coup de pouce !

Cette Box est la première de son genre, permettant au quidam d’en apprendre plus sur cette technologie en train de prendre de l’essor. Aussi ludique que pratique, cette boite nous vient d’une petite startup : Le Tarmack. Comment « fonctionne » le tout ? Petit tour du propriétaire.

Dans un premier temps, trois modules vous permettront d’étayer vos connaissances sur le sujet, que ce soit au travers des matériaux utilisés pour l’impression et des objets que l’on peut créer avec une imprimante. Les deux autres modules vous permettront, de leur côté, de fabriquer votre propre imprimante 3D. Le tout sera également composé de divers jeux et fiches pédagogiques vous permettant de donner vie. Un beau moyen en somme de vous prendre pour un petit inventeur avec un kit complet.

Afin de démocratiser au mieux cette Fabpocket, la société derrière sa création a décidé de lancer une campagne de crowdfunding afin de financer sa petite création. Le but espéré est de récolter la coquette somme de 30 000 euros afin de créer une plateforme Web et éventuellement se lancer à l’international.mini printer

Dans la mesure où tout se passerait bien, la FabPocket serait disponible pour le mois de juillet.

L’idée mérite d’être démocratisée, l’impression en relief étant restée, durant des années, une technologie réservée à une certaine frange de la population plus au fait des nouvelles avancés et des innovations.

fév 09

L’impression 3D métallique s’apprête à débarquer en force

metal-3d

 

Un nouvel acteur du monde de l’impression 3D s’apprête à faire son entrée fracassante !

En effet, la compagnie desktop Metal vient de récolter la coquette somme de 45 millions de dollars, portant son investissement total à 97 millions de dollars, depuis sa fondation en octobre 2015.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce sont des cadors qui ont décidé de se joindre à l’aventure : GV (anciennement Google Ventures) BMW i Ventures et Lowe’s Ventures ont ainsi répondu présents. Parmi les investisseurs précédents figurent NEA, Kleiner Perkins Caufield & Byers, Lux Capital, GE Ventures, Saudi Aramco et l’un des acteurs principaux de l’impression 3D Stratasys.

Selon Ric Fulop, PDG et cofondateur de Desktop Metal, l’impression métallique aura un impact profond sur la façon dont les entreprises conçoivent et produisent en masse des pièces dans toutes les grandes industries. Il va sans dire que l’apport massif des investisseurs devrait ainsi permettre de donner un sérieux coup de pouce à cette technique.

Bien qu’il ait moins d’un an et demi d’ancienneté, Desktop Metal possède déjà une riche expérience et une équipe bien rodée : 75 ingénieurs se spécialisant en science des matériaux, ingénierie et logiciels. Fulop lui-même connait déjà l’industrie de l’impression 3D , l’homme ayant participé la conception d’entreprises comme MarkForged, OnShape, ProtoLabs et SolidWorks.

metal-3d2

L’impression métallique s’apprête ainsi à débarquer en force, d’autant plus que nombreuses industries risquent de profiter de cette technique. Imprimer des voitures ou des avions ? Une lubie qui risque de devenir bientôt réalité.

jan 23

Innovation : Ricoh s’essaye désormais au monde de l’impression 3D

 

ricoh imprimante

Même s’il ne fait pas partie des grands cadors de l’impression, Rico a depuis longtemps fait son petit bonhomme de chemin dans le monde de l’impression laser. Néanmoins, la demande en imprimantes n’est pas au beau fixe, et le constructeur japonais s’est tourné vers une solution dans l’air du temps : l’impression 3D.

Le constat de Colin Weaver, qui supervise une usine de Ricoh au Royaume-Uni, est assez édifiant. Selon lui, plus personne n’imprime vraiment, surtout avec l’émergence des tablettes et autres gadgets. Cependant, selon lui, tout ce qui se trouve dans une pièce peut être imprimé : chaises, tables, etc… De ce fait, les têtes pensantes de Ricoh ont commencé à chercher des alternatives pour relancer la machinerie de l’entreprise.

L’usine de Ricoh à Telford a déjà pris de l’avance, et la branche a obtenu un contrat avec une société privée en Espagne, cette dernière utilisant la technologie d’impression 3D pour produire des membres prothétiques personnalisés.  Ainsi, Ricoh envisage d’introduire un hydrogel pour impression 3D, qui pourrait être utilisé pour imprimer des répliques d’organes pour des opérations pratiques. Une jolie aubaine pour les hôpitaux qui souhaiterait expérimenter sur de nouveaux types de soin à administrer aux patients.

imprimante ricoh

Ricoh rejoint ainsi des compagnies comme Canon ou HP qui s’essayent désormais à une forme d’impression révolutionnaire. Un changement d’orientation qui pourrait remettre la société sur les rails. Pour information, le marché de la 3D a généré près de 310 millions de dollars en 2015, tandis que le marché a connu une croissance de 104%

jan 04

Dubaï se prépare à l’avènement de l’impression 3D

dubai-imprimante

L’impression 3D connaît un bel essor depuis ces dernières années et parmi les pays embrassant cette technologie, Dubaï se hisse dans le haut du panier. Depuis que la ville-état des Émirats arabes unis a annoncé sa stratégie, visant à les transformer en leader mondial de l’impression 3D d’ici 2030, d’aucuns sont curieux de voir les idées qui seront mis en place pour que cette place forte de l’innovation arrive à ses fins

Néanmoins, les Dubaïotes sont également bien conscience qu’un tel projet comporte certaines difficultés, au niveau de la sécurité notamment.

L’’impression 3D étant de plus en plus connectée et répandue, les risques de piratage augmentent, ainsi que la prolifération de produits contrefaits représentant une véritable menace pour certains secteurs. La police de Dubaï a ainsi établi un partenariat avec la firme des sciences de la sécurité Underwriters Laboratories (UL), pour tenir un atelier de deux jours sur l’industrie de l’impression 3D et comment se préparer à ses effets, positifs et négatifs, sur l’industrie locale.

Selon le conférencier Khalid Rafi, l’impression 3D est une technologie qui détient beaucoup de pouvoir, et son influence est de plus en plus prégnante dans de nombreux secteurs et industries. Un nombre disproportionné de personnes, cependant, ne comprend toujours pas l’impression 3D, ce qui pourrait avoir un effet négatif sur l’industrie, a-t-il ajouté.

dubai-imprimante3d

Dubaï espère ainsi donner un bon exemple en encourageant les autres pays à s’intéresser de manière plus sérieuse à l’impact de l’impression 3D. Ayant récemment adopté cette procédé pour l’élaboration de bâtiments imprimés, l’émirat compte plus que jamais faire de cette technique d’impression l’un de ses chevaux de bataille pour les années à venir.

déc 28

Il fabrique sa propre imprimante 3D, ce qu’il va en faire est incroyable !

 

imprimer-batiment-chine

On n’est jamais mieux servi que par soi-même ! C’est ce qu’a dû se dire M. Wang, un fermier chinois, habitant dans le comté de Jingning, dans la province de Gansu. En effet, l’homme a utilisé son temps libre pour se créer une imprimante 3D, rien de plus !

L’imprimante 3D, mesurant 6 mètres de longueur pour 1,5 mètre de largeur et 3 mètres de hauteur, est capable de créer des murs imprimés. En connectant la machine à son ordinateur, M. Wang a pu imprimer des structures à paroi creuse en 3D, couche par couche, en utilisant un matériau mixte, constitué de ciment et de sable fin. L’imprimante 3D maison, qui fonctionne comme n’importe quelle imprimante de ce type, extrude le mélange de ciment couche par couche à travers une buse. Selon les personnes ayant pu voir le résultat fini, le mur 3D imprimé est parfaitement solide ! Ainsi, en confectionnant des parois creuses, l’agriculteur a pu les remplir de matériaux isolants, les rendant non seulement forts, mais également bien isolés.

Revenant en détail sur sa création, M. Wang explique que son imprimante offre beaucoup d’avantages par rapport aux méthodes traditionnelles de construction. Premièrement, En créant la structure directement à partir d’un modèle numérique, de nombreuses étapes sont éliminées dans le processus de construction, ce qui rend le cycle de production plus court. Deuxièmement, l’imprimante réduit la quantité de travail nécessaire à la construction. Troisièmement, les matériaux utilisés avec l’imprimante 3D ne sont pas chers et facilement accessibles. Et enfin, et non des moindres, plus aucune limite au niveau de la taille et du design !

imprimer-batiment

Fier de sa création, M. Wang veut légitimement faire breveter son invention. Même si les imprimantes fabriquant des maisons sont déjà une réalité, voilà une nouvelle preuve qu’un procédé d’impression révolutionnaire peut faire ressortir l’inventeur sommeillant en chacun !

déc 12

Saisie d’armes imprimées par la police australienne

gun-3d

 

Depuis l’arrivée de l’impression 3D dans le monde des imprimantes, les innovations n’ont cessé de fleurir, et divers secteurs ont su embrasser cette nouvelle technologie.

Néanmoins, l’impression d’objets a également donné lieu à des dérivés moins glorieux, à l’image de la création d’armes à feu via imprimantes 3D. Les cas se multiplient désormais et la police australienne a récemment démantelé un réseau de malfaiteurs, saisissant chez eux des armes dont certaines avaient été imprimées.Outre l’argent et la drogue trouvés sur les lieux, une imprimante a également été saisie.

La surintendante de la police de Victoria, Amy Gladden, a déclaré que l’utilisation d’une imprimante 3D pour fabriquer des armes à feu était en train de devenir une mode plutôt inquiétante chez les gangs locaux.  «C’est une technologie relativement nouvelle», a-t-elle rajouté. «C’est la seule fois où nous avons saisi une imprimante 3D à Victoria».

La police est, à l’heure qu’il est, en train de voir si les armes imprimées possèdent oui ou non un fort potentiel létal. Elle a d’ores et déjà déclaré qu’elles représentaient en tout cas un fort risque en cas d’usage.

 gun-3d2

Rappelons que d’autres cas impliquant des cas d’armes créés par impression ont déjà eu lieu, au Japon mais surtout aux USA, où la libre circulation de plans visant à créer des pistolets avait causé un véritable tollé.

Si aucune victime n’est pour l’instant à déplorer, gageons cependant que la création d’engins de mort risque, hélas, de prendre de l’essor.

déc 03

Une nouvelle oreille imprimée pour une fille handicapée

oreille-imprimée

 

La petite Anya Storie est née avec une malformation à l’oreille, la microtie, lui causant un certain degré de surdité. Afin de lui venir en aide, des chercheurs ont décidé de passer par l’impression 3D, afin de lui créer une réplique de son oreille droite !

Selon Ken Stewart, qui va réaliser l’opération à l’hôpital pour enfants malades d’Edinburgh, recréer une oreille est une opération, mais le timing ne pouvait pas être plus parfait. Ainsi, grâce à un scanner et une imprimante, il va être possible d’offrir un beau cadeau de noël à la petite de neuf ans , a-t-il rajouté.

Cette opération pourra d’une part aider la malade à recouvrir une meilleure ouïe, tout en lui donnant un coup de pouce au niveau de sa confiance en elle et de son apparence. La petite fille s’est également exprimée, affirmant qu’elle était plus qu’heureuse de recevoir son oreille imprimée.

À noter que l’imprimante a été financée grâce à une donation d’une association, la Sick Kids Friends Foundation, donation qui se chiffrait à pris de 32,000 Livres.

L’impression 3D n’a pas cessé depuis son implémentation dans notre quotidien de venir en aide aux personnes handicapées. Pour rappel, cette nouvelle technologie d’impression aura permis à des victimes d’amputations et de malformations de reprendre une vie normale.

oreille-imprimée2

Avec le bioprinting en parallèle, la médecine compte utiliser les imprimantes de façon plus poussé dans les années à venir, en imprimante, pourquoi pas, des tissus humains résistants voire des organes.

nov 18

La nouvelle console de Nintendo est là…imprimée en 3D !

switch2

 

Si vous êtes un gamer avide, vous n’êtes pas sans savoir que Nintendo a annoncé la sortie prochaine de sa console. En attendant de pouvoir tenir le Saint Graal entre vos mains, vous pouvez toujours vous amuser à imprimer une réplique de celle-ci depuis chez vous.

Avec l’émergence, ces dernières années, de l’impression en relief, les geeks en tous genres se sont amusés à créer des goodies et ses objets rappelant leurs univers de prédilection. Entre sabre laser 3D et autre costumes de personnages de Marvel, il ne manquait plus que les consoles next gen !

Ayant buzzé en mars après avoir fait croire à la sphère internet qu’il possédait la manette de la nouvelle console de Nintendo, Frank Sandqvist refait parler de lui avec son modèle 3D du prochain bébé de la firme japonaise, la Switch.

Il a en effet utilisé son imprimante 3D pour créer une manette de bout en bout, reproduisant un modèle quasi parfait de l’objet. Il a même poussé le mimétisme jusqu’à reproduire les étiquettes de sécurité de la manette. On peut saluer l’exploit, surtout que Sandqvist n’avait à sa disposition que la vidéo de présentation de la Switch. Gageons ainsi que certaines parties de la manette imprimée sont du fait de l’extrapolation du jeune homme

. switch1

Pour information, notre inventeur a utilisé une imprimante Formlabs pour l’opération, tout en faisant appel à de la colle  forte pour fixer les différents éléments. Au rythme où vont les choses, nous devrions voir une version imprimée de la console entière. La console, elle, est prévue pour mars2017.

juil 27

Impression 3D : quel plastique pour ne pas polluer ?

PLA_plastique2

 

Impression et pollution font, hélas, bon ménage depuis des années, les cartouches d’encre étant un véritable fléau pour la nature. L’apparition des imprimantes 3D a légèrement changé la donne, au vu de certains matériaux utilisés lors de l’impression. À ce titre, la question suivante mérite d’être posée : quels sont les matériaux susceptibles d’être utilisés dans une imprimante en relief, sans polluer outre mesure ?

Deux plastiques reviennent régulièrement dans l’impression, l’ABS et le PLA. Ce sont tous les deux des thermoplastiques, les rendant plus aisés à la fonte Au niveau du duel écolo, c’est le PLA qui sort son épingle du jeu ! La raison ? Celui-ci est issu de produits recyclables (maïs, tapioca). Même si la matière n’est pas dénuée de défauts, il est, contrairement aux autres plastiques, non issue du pétrole, le rendant plus vert et moins polluant à créer. Mieux encore, il produira moins de fumée lorsqu’il sera fondu.

Même si celui-ci n’est pas compatible pour toutes les utilisations, les amateurs de produits verts devraient l’adopter à bras ouverts.

 PLA_plastique

De son côté, l’ABS peut faire office de bête noire, mais n’est pas dénué de qualité. Outre sa solidité (en témoignent les blocs de LEGO sur lesquels on a tous marché un jour), c’est un produit qui résiste au temps. Même s’il est issu de l’industrie pétrolifère, il n’en demeure pas moins un produit recyclable.

D’autres types de plastiques existent également (le PVA, le polycarbonate…), et les autres matières ne sont pas en reste (le bois, le verre…). On est encore loin de l’impression entièrement verte, mais l’impression 3D a su apporter des petites subtilités qui risquent de damer le pion aux détracteurs.