nov 18

La nouvelle console de Nintendo est là…imprimée en 3D !

switch2

 

Si vous êtes un gamer avide, vous n’êtes pas sans savoir que Nintendo a annoncé la sortie prochaine de sa console. En attendant de pouvoir tenir le Saint Graal entre vos mains, vous pouvez toujours vous amuser à imprimer une réplique de celle-ci depuis chez vous.

Avec l’émergence, ces dernières années, de l’impression en relief, les geeks en tous genres se sont amusés à créer des goodies et ses objets rappelant leurs univers de prédilection. Entre sabre laser 3D et autre costumes de personnages de Marvel, il ne manquait plus que les consoles next gen !

Ayant buzzé en mars après avoir fait croire à la sphère internet qu’il possédait la manette de la nouvelle console de Nintendo, Frank Sandqvist refait parler de lui avec son modèle 3D du prochain bébé de la firme japonaise, la Switch.

Il a en effet utilisé son imprimante 3D pour créer une manette de bout en bout, reproduisant un modèle quasi parfait de l’objet. Il a même poussé le mimétisme jusqu’à reproduire les étiquettes de sécurité de la manette. On peut saluer l’exploit, surtout que Sandqvist n’avait à sa disposition que la vidéo de présentation de la Switch. Gageons ainsi que certaines parties de la manette imprimée sont du fait de l’extrapolation du jeune homme

. switch1

Pour information, notre inventeur a utilisé une imprimante Formlabs pour l’opération, tout en faisant appel à de la colle  forte pour fixer les différents éléments. Au rythme où vont les choses, nous devrions voir une version imprimée de la console entière. La console, elle, est prévue pour mars2017.

juil 27

Impression 3D : quel plastique pour ne pas polluer ?

PLA_plastique2

 

Impression et pollution font, hélas, bon ménage depuis des années, les cartouches d’encre étant un véritable fléau pour la nature. L’apparition des imprimantes 3D a légèrement changé la donne, au vu de certains matériaux utilisés lors de l’impression. À ce titre, la question suivante mérite d’être posée : quels sont les matériaux susceptibles d’être utilisés dans une imprimante en relief, sans polluer outre mesure ?

Deux plastiques reviennent régulièrement dans l’impression, l’ABS et le PLA. Ce sont tous les deux des thermoplastiques, les rendant plus aisés à la fonte Au niveau du duel écolo, c’est le PLA qui sort son épingle du jeu ! La raison ? Celui-ci est issu de produits recyclables (maïs, tapioca). Même si la matière n’est pas dénuée de défauts, il est, contrairement aux autres plastiques, non issue du pétrole, le rendant plus vert et moins polluant à créer. Mieux encore, il produira moins de fumée lorsqu’il sera fondu.

Même si celui-ci n’est pas compatible pour toutes les utilisations, les amateurs de produits verts devraient l’adopter à bras ouverts.

 PLA_plastique

De son côté, l’ABS peut faire office de bête noire, mais n’est pas dénué de qualité. Outre sa solidité (en témoignent les blocs de LEGO sur lesquels on a tous marché un jour), c’est un produit qui résiste au temps. Même s’il est issu de l’industrie pétrolifère, il n’en demeure pas moins un produit recyclable.

D’autres types de plastiques existent également (le PVA, le polycarbonate…), et les autres matières ne sont pas en reste (le bois, le verre…). On est encore loin de l’impression entièrement verte, mais l’impression 3D a su apporter des petites subtilités qui risquent de damer le pion aux détracteurs.

juin 27

Presque aveugle, elle revoit grâce à une surprenante intervention

 

oeil-3d

Il arrive parfois que l’impression 3D fasse de beaux miracles. Nous sommes habitués à entendre de nombreuses histoires impliquant des objets fabriqués grâce à des imprimantes, et il se trouve que la vie de gens ordinaires se retrouve également bouleversée par ces appareils nouvelle génération.

C’est le cas de Patricia, une femme de 55 ans, résidant dans l’Ain. Celle-ci a été victime d’un grave accident de moto en 2015. Non content de se retrouver dans le coma pendant 10 jours, la victime apprend, quelques mois plus tard, qu’elle est également victime d’une fracture du plancher de l’orbite. De ce fait, son œil était tout bonnement en train de tomber.

Fort heureusement, une intervention chirurgicale complexe a été réalisée, afin que la femme puisse recouvrer une vue adéquate. C’est le docteur Jean-Thomas Bachelet, chirurgien œuvrant à l’hôpital de la Croix-Rousse, qui s’est chargé de l’opération.

Pour cela, le praticien a dû utiliser une prothèse en titane, qui a été préalablement imprimée. Avantages de cette technique : une prothèse parfaitement adaptée à la morphologie de la patiente, et un gain de temps considérable. En effet, le temps de pose n’a été que d’une heure, alors qu’il aurait pu durer trois fois plus.

operation-imprimante-3D

Les suites de l’opération ont été très bénéfiques pour Patricia, qui voit depuis parfaitement bien, et peut désormais se passer de gouttes à se mettre dans les yeux. Mieux encore, ses derniers tests de vue lui donnent un score parfait.

Un nouvel exploit à mettre sur le compte de l’impression, et qui sera loin d’être le dernier.

juin 13

Vous pouvez faire imprimer vos becs de saxophone

bec-saxophone-imprimé

Qui aurait cru que musique et impression auraient fait bon ménage un jour. On imprime désormais des instruments, et les plus tatillons peuvent même doper leur saxophone à l’aide de cette nouvelle technologie.

En effet, une petite start-up s’est mise en tête de créer des becs spécialisés pour l’instrument. En effet, les joueurs de saxophone peuvent avoir un élément personnalisable à volonté, que ce soit au niveau de la couleur, mais aussi du côté du timbre dégagé. Même si l’apparence relativement sobre des becs ne paye pas de mine, leur intérêt est bien réel.

Comment faire pour avoir un bec imprimé ? Rien de plus simple. Il suffit de se rendre sur le site de la société SYOS («  shape your own sound ») et de remplir un petit formulaire avec vos différentes exigences. Les mélomanes pourront ainsi renseigner leur style de prédilection ou le timbre qu’ils souhaitent insuffler.

Les têtes pensantes derrière SYOS vont ensuite se charger d’imprimer le bec désiré, avant de l’envoyer au musicien. Mieux encore, le musicien peut même renvoyer ledit objet et le faire peaufiner, jusqu’à ce que le son émis soit au goût de l’artiste.

saxophone-3d

Avec le temps, les créateurs de SYOS veulent perfectionner leur système de formulaire, afin que celui-ci puisse traduire directement les recommandations des clients en spécificités géométriques. Ainsi, le musicien pourra avoir plus rapidement un bec imprimé répondant à ses attentes, sans avoir à faire des renvois.

Dans un proche avenir, il ne s’agira plus d’acheter son archet ou son médiator, mais de faire imprimer le tout.

mar 05

HP veut révolutionner le monde de l’impression 3D

imprimante-hp-3d

HP n’a peut-être pas encore lancé ses imprimantes 3D, mais la célèbre marque américaine a déjà de très belles ambitions quant à leur arrivée. Les responsables pensent que ses futurs appareils vont tout simplement la firme à la tête de la prochaine révolution industrielle. Une affirmation qui fait monter la pression, que ce soit pour HP même et les consommateurs.

 

C’est lors de la Morgan Stanley Technology, Media and Telecom Conference qui s’est tenu le mois dernie, que le constructeur a lâché quelques infos supplémentaires. Cathie Lesjak,directrice financière chez HP , a ainsi déclaré que les premières imprimantes 3D allaient enfin apparaître dans le courant de l’année. Pour rappel, le leader de l’impression avait déjà annoncé son entrée fracassante dans l’univers des imprimantes en relief il y a deux ans,, mais les informations sont arrivées au compte-gouttes depuis.

Les choses se sont semble-t-il accéléré ces derniers mois, le fabriquant d’imprimantes ayant embauché de nombreux expert en la matière. Néanmoins, vous n’êtes pas prêts de voir une imprimante 3D estampillée HP trôner chez vous, la marque visant les entreprises plutôt que les particuliers. La raison ? La récente chute des parts de marche de vendeurs comme Stratatys, qui ciblent surtout les particuliers, aurait sérieusement refroidi HP quant au fait de lancer des imprimantes 3D grand public. Pour le moment du moins.

 HP_logo

Peu d’informations sont pour le moment disponibles sur les spécificités de la future imprimante d’HP, si ce n’est qu’elle utilisera une technologie dites de projection de liant, ou Binder Jetting. Quant on au nom de l’imprimante, rendez-vous dans les mois prochains pour en savoir plus !

jan 11

Polaroïd fait son entrée fracassante dans le monde de l’impression

polaroid1

Les nouvelles imprimantes 3D sortent à tire-larigot toutes les semaines et si certains se sont bien ancrés dans le domaine ( Makerbot en tête) alors que d’autres jouent encore aux abonnés absents (un certain HP qui joue les arlésiennes depuis plusieurs mois), il arrive parfois que certaines marques relativement inattendues débarquent dans le monde de l’impression.

 

Ainsi, si l’on connaissait surtout Polaroïd pour ses appareils photos légendaires, on ne pensait pas voir arriver de sitôt une imprimante arborant le nom de la marque. Profitant du salon du CES qui se déroule chaque début d’année à Las Vegas, le constructeur a ainsi dévoilé son imprimante, la Modelsmart 2505.

A contrario de certaines machines nécessitant un doctorat pour en comprendre le fonctionnement, Polaroïd a opté pour une facilité d’utilisation à tous les étages, afin que le possesseur s’en sorte en un rien de temps. Par exemple, s’il vous faut imprimer un objet nécessitant une plus grande densité de résine, vous pourrez effectuer la manipulation en un rien de temps. Mieux encore, la Modelsmart vous permettra d’imprimer avec du bois et non qu’avec du plastique, tout en vous annonçant le temps estimé nécessaire pour imprimer.

polaroid2

Pour ce qui est des autres spécificités de l’imprimante, voici un petit résumé de son CV :

  • Au niveau de la résolution d’impression, l’imprimante planchera sur du 50 à 350 microns
  • La vitesse d’impression tournera autour de 20 à 100mm/s
  • Une caméra WiFi vous permettra de suivre l’évolution de vos impressions

Au grand dam du reste du monde, Polaroid a annoncé que son nouveau bébé sortira dans 15 pays d’Europe, pour un tarif qui devrait se situer aux alentours de $2,200. Nous y reviendrons.

déc 03

Apple s’apprête à lancer une imprimante 3D

 

appel printer

 

Alors que l’on connaît la marque de feu Steve Jobs pour ses innovations en matière de téléphonie et de tablettes numérique, voilà qu’Apple s’intéresserait désormais aux imprimantes. Pas question bien sûr de s’attaquer aux machines jet d’encre ou toner, la firme à la pomme préférant se tourner vers le système d’impression qui monte qui monte, les imprimantes en 3D.

Nous n’avons certes pas encore de prototype sous les yeux mais il se dit que la compagnie aurait acheté un brevet cette semaine, brevet tournant autour d’une application permettant d’imprimer des objets en 3D et en couleur.

Si ce le nom de la marque devrait affoler certains fans, l’imprimante d’Apple ne semble pas proposer quoi que ce soit de révolutionnaire. On notera cependant que la plupart des imprimantes 3D existantes seront axées sur une utilisation professionnelle tandis que celles réservées au grand public, quoi qu’« accessibles » coûteront généralement un bras. Est-ce qu’Apple va essayer de chambouler tout ça ? Cela reste à voir. Pour ce qui est de la future imprimante elle-même, on sait d’ores et déjà qu’elle disposera de deux têtes d’impression,l’une pour imprimer l’objet tandis que l’autre servira pour apposer la couleur. A ce titre, différentes méthodes pourront être utilisées, allant du jet d’encre en passant par l’aérographie.

ipad-hp-printer

Les informations demeurent pour le moment assez floues sur cette imprimante et selon le brevet, il se pourrait en tout cas que celle-ci soit réservée pour le grand public, avec possibilité d’imprimer des jouets. Quand pourra-t-on voir le premier iPrinter ? Les paris sont ouverts !

 

nov 30

La Rever 3D : la future imprimante favorite de votre enfant!

 

imprimante enfant

Vous souhaitez faire découvrir les joies de l’impression en relief à votre bambin ? Si la démarche sera honorable, il ne sera pas évident au premier abord de faire le tri parmi la kyrielle d’imprimantes permettant de donner vie à des objets. Rassurez-vous, les appareils visant les plus jeunes existent bel et bien, à l’instar de la Rever qui espère bien sortir son épingle du jeu.

 

Cette imprimante pour têtes blondes ne laisse pas indifférente et son design des plus futuristes devrait en ravir plus d’un ! Si son apparence évoque plus un casque qu’une imprimante lambda, ce n’est pas pour de simples raisons esthétiques, mais surtout pour des raisons de sécurité. En effet, un jeune enfant sera peut-être tenté de mettre sa main à l’intérieur durant l’impression, mais le « casque » sera ainsi présent pour empêcher toute intrusion intempestive.

Que faire sinon avec cette imprimante ? Votre enfant pourra se fabriquer ses propres jouets, notamment des blocs évoquant des Lego qui permettront de donner à leur tour vie à d’autres créations. Quoi de mieux en somme pour donner un coup de pouce à l’inventivité de votre tête blonde.

rever 3D

La Rever, qui doit son existence à une compagnie nommée Qubea, n’est pas encore sur les étagères et espère que sa campagne sur Kickstarter sera effective. A ce jour, ce sont près de 40,000 dollars qui ont été récoltés sur les 120,000 espérés ! Le prix de lancement est quant à lui fixé à 399 dollars ( contre 299 pour ceux participant à la campagne).  Quoi qu’il en soit, acheter des jouets pour votre enfant devrait être, dans un avenir proche, plus qu’un lointain souvenir !

oct 26

Nike veut se lancer dans l’impression de chaussures

 

Nike-Free-Flyknit-780x440

L’impression 3D avance à grands pas, à tel point que les constructeurs de chaussures veulent à leur tour se lancer dans l’aventure. Ainsi, un certain géant de la basket du nom de Nike cherche à proposer à ses fans des futures chaussures imprimées. Fini les longues queues dans les magasins, les imprimantes viennent à votre rescousse !

Lors de la récente conférence du Geek Summit, l’un des responsables de la marque, Eric Sprunk, a déclaré qu’il ne faudrait pas attendre très longtemps avant que la compagnie ne cède aux sirènes de l’impression en relief.

Un client pourrait par exemple décider de la chaussure qu’il voudrait en ligne, choisissant les spécificités diverses comme la couleur, le style ou la pointure exacte. A noter que Nike utilise depuis quelque temps des fichiers numériques pour créer certaines de ses chaussures en usine. Le passage à la phase impression en 3D ne serait donc qu’une suite logique dans le modus operendi de la marque. Il faudra ceci-dit attendre quelques années avant que tout le monde puisse le faire chez soi, le temps que les imprimantes 3D s’implantent de manière plus conséquente dans les foyers.

L’idée de la chaussure imprimée à grand échelle semble en inspirer plus d’un et Adidas voudrait aussi se lancer dans l’aventure. La marque allemande développe de son côté un projet du nom de Futurecraft 3D, permettant au porteur de la chaussure de profiter d’une semelle entièrement imprimée s’adaptant aux pieds de l’individu.

Float-652960_401_E_PREM_hd_1600

Vous avez toujours rêvé d’avoir une paire de chaussures entièrement personnalisée ? Votre rêve risque de devenir réalité dans les années qui viennent !

juin 19

L’Oréal fait désormais les yeux doux à l’impression 3D

peau 3D

 

On connaît tous la marque L’Oréal et son slogan qui nous veut du bien. La célèbre firme cherche désormais à sortir de son domaine de prédilection pour se frotter à une technologie particulièrement en vogue, l’impression 3D !

Si cette nouvelle forme d’impression s’attaque depuis longtemps au domaine de la médecine, celui de la beauté est en passe à son tour d’y jeter son dévolu. Les têtes pensantes du géant de la beauté ont récemment fait équipe avec la boîte américaine Organovo afin de mettre au point de la peau imprimée en relief. Ce serait ainsi un moyen pour L’Oréal de faire des tests dermatologiques avant de commercialiser un produit.  Cela fait des années désormais que la firme utilise ce type de procédé, histoire de suivre à la lettre les lois contre les tests sur animaux en laboratoire.

Néanmoins, créer des souches de peau en laboratoire est un procédé long et fastidieux, et c’est là que l’impression 3D entre en jeu. Ce serait non seulement un moyen d’aller plus vite mais également un beau moyen de créer des souches de peau plus résistantes.

Imprimer des éléments comme  la peau n’est pas vraiment nouveau, mais se servir de ce procédé à des fins cosmétiques serait ainsi une première. Il faudrait cependant se montrer patient, près de cinq ans serait nécessaire avant que le processus ne soit viable. Cela serait dû la délicate tâche d’imprimer des cellules vivantes, procédé loin d’être évident et totalement maitrisé.

 

peau 3D2

 

Le soleil est au beau fixe pour les imprimantes 3D et il ne serait pas étonnant d’entendre d’autres grands noms de la cosmétique essayer ces machines. Affaire à suivre !