sept 27

Le premier bâtiment imprimé français voit le jour

Capture

 

L’impression 3D de bâtiments gagne désormais l’Europe ! Alors que cette mode commence à faire parler dans des pays tels la Chine ou Dubai, c’est au tour de la France de goûter aux joies de l’impression à très grande échelle.

C’est sur le Campus de Dassault Systèmes, à Vézily-Villacoublay, dans le 78, qu’a eu lieu le petit exploit, en présence du fondateur de la compagnie Dassault et de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France. La mise en place de ce petit bâtiment est le fruit d’une collaboration entre Dassault et XtreeE, une start-up se spécialisant dans la mise au point d’imprimantes 3D de taille XXL.

L’impression a été possible grâce à un béton spécial, qui a été soumis à une batterie de tests avant d’effectuer son baptême du feu. Quid du modus operandi ? On a d’abord imprimé les parois, d’un seul trait, avant que le toit ne soit rajouté par la suite.

maison3d

 

Les ingénieurs ayant travaillé à la conception de ce bâtiment n’ont pas tari d’éloges quant à cette nouvelle technologie, que ce soit au niveau de la rapidité et du coût de construction. Valérie Pécresse n’a pas manqué de saluer les qualités de l’impression 3D, déclarant que cette nouvelle technique représentait une nouvelle étape dans le monde de l’industrie, évoquant justement une nouvelle révolution faisant la part belle à la 3D, dans toutes ses formes.

 

L’avenir s’annonce radieux pour l’impression 3D, et malgré l’aspect assez archaïque de la bâtisse imprimée, l’idée risque de faire des émules et de se démocratiser à l’avenir.

sept 21

Amputé d’un bras, il imprime son propre bras bionique

bras imprimé

 

Depuis que l’impression 3D s’est démocratisée, on n’a eu cesse de voir des innovations apparaitre dans tous les domaines, qu’elles soient culinaires ou médicales. L’ingéniosité des têtes pensantes est telle qu’imprimer des prothèses est devenu une formalité un peu partout, et les Russes se joignent désormais à fête, grâce à l’un de ses ingénieurs.

 

Le jeune Maxim Lyashko, un jeune ingénieur nous venant de Sibérie, vient en effet de mettre au point le premier bras bionique imprimé nous venant de la patrie de Dostoïevski.
Loin de vouloir garder sa création pour lui, Lyashko a utilisé avec succès le crowdfunding pour que son bébé fasse le tour de la planète. On peut d’ailleurs dire que le jeune homme est particulièrement concerné par la question, celui-ci s’étant fait arracher le bras il y a quelques années. Incapable de se payer les prothèses de luxe disponibles sur le marché, l’ingénieur s’est tourné vers le monde de l’impression pour donner vie à son projet.

Avec une abnégation qui force le respect, le jeune va arriver à produire ses premières ébauches, pour un tarif défiant toute concurrence.
Le résultat est d’ailleurs assez impressionnant, la prothèse imprimée arrivant à reproduire les mouvements du bras et de la main, aidée par une batterie de servomoteurs et de câbles électriques !

 

bras imprimé 1

 

Le MaxBionic hand est encore en phase de test et Lyashko espère améliorer certains éléments avant d’en faire profiter le plus de monde possible. Une belle histoire prouvant qu’un accident, aussi grave soit-il, n’atteint pas toujours la combativité et l’ingéniosité d’un individu.

sept 12

HP rachète la section impression de Samsung !

Samsung (1)

 

HP vient de faire une belle acquisition en cette rentrée, s’octroyant la filiale impression du géant coréen Samsung. En effet, pour la coquette somme d’un 1,5 milliard de dollars, le leader du marché des imprimantes rajoute une corde de plus à son arc.

Afin de contrer les baisses du chiffres d’affaire de la firme américaine, le directeur exécutif Dion Weisler a décidé de contre-attaquer en élargissant son champ des possibles, visant notamment la section A3 de Samsung.

Cette acquisition permettra également à HP d’obtenir le mécanisme de fonctionnement se trouvant à l’intérieur des imprimantes laser coréennes, la compagnie d’outre-Atlantique étant obligée jusque-là de se tourner vers des fournisseurs externes pour fabriquer ses propres machines. À ce titre, l’acquisition devrait permettre au nouveau propriétaire d’acquérir plus de 6500 brevets. 6000 nouveaux employés iront également chez “l’ennemi”, dont 1,500 ingénieurs.

Cette acquisition devrait permettre d’une part à HP d’avoir un meilleur portfolio de produits, tandis que Samsung pourra se concentrer sur les branches les plus solides de l’entreprise. Gageons ainsi que le géant coréen préfère canaliser ses forces dans le secteur de la téléphonie pour contrer Apple.

printinsamsung

Selon l’analyste Amit Daryanani, le catalogue de Samsung a permis à la marque de générer plus d’un milliard de dollars de revenues chaque année. De quoi réjouir HP si ses têtes pensantes arrivent à émuler la recette.

Avec ses imprimantes A3 et tout l’arsenal produit par les Coréens, HP compte assoir sa domination sur le monde de l’impression de manière encore plus probante. On attend désormais la contre-attaque de la concurrence !

sept 06

L’imprimante OLO devient la ONO 3D

ono3d

 

Souvenez-vous, nous évoquions il y a quelques mois de cela la venue d’oLO, une imprimante 3D assez originale, qui utilise la lumière générée par votre Smartphone pour créer des objets 3D. L’imprimante est toujours d’actualité, et vient de connaitre un léger petit changement.

En effet, OLO 3D vient de faire place à ONO 3D, en raison d’un problème de droit avec une autre marque. Passé ce léger petit problème de dénomination, qui a retardé la production des appareils, l’imprimante s’apprête à venir nous émerveiller dans les mois qui viennent.

Pour rappel, la compagnie responsable de la ONO avait rencontré un beau succès sur Kickstarter, générant près de 2,3 millions de dollars en donations de la part des internautes. La ONO devrait faire plaisir aux utilisateurs, son prix de départ, 99 dollars (soit environ 88 euros) étant toujours le même.

Pour ce qui est de l’imprimante même, son type d’utilisation ne bouge pas d’un iota, ce sera toujours votre Smartphone qui sera au cœur de l’action, qu’il soit sous Android, Windows ou iOS. L’imprimante fonctionnera avec quatre piles, faisant d’elle un appareil relativement peu gourmand en énergie. Une application se chargera de son côté de donner vie à vos modèles, les calibrant même pour vous.

olo-smartphone-3D-printer-3

Cette imprimante 3D est pour le moment l’une des plus abordables du marché, et il sera intéressant de voir à quel point ce nouveau type d’impression bon marché arrivera (ou pas ) à trouver son public.

Aucune date de sortie n’est encore prévue en Europe.