jan 31

Comment fabrique t-on du toner?

 

Vous vous êtes surement demandé un jour comment cette encre à l’aspect évoquant le poivre voyait-elle le jour.  Loin d’être une partie de plaisir, la fabrication du toner doit suivre une méthodologie stricte afin de garantir aux utilisateurs une encre de qualité apte à fournir les meilleures impressions possibles.

Tout d’abord de quoi est fait le toner? Vous y trouverez des fines particules de résine et de l’oxyde de fer tandis que  du noir de carbone viendra donner sa couleur à la poudre (noir en l’occurrence, même si  d’autres couleurs sont également disponibles). Une fois ce beau mélange effectué, le tout est porté à grande température et mélangé pour en faire une pate qui sera par la suite séparé en fils avant de finir en poudre.

Cette dernière étape est loin d’être anodine car elle déterminera la qualité du toner qui finira dans les cartouches. Au départ, les particules de toner avoisinaient les 14 à 16 microns mais afin d’augmenter la qualité et la résolution des impression, la taille des particules a été réduite et avoisine désormais les 8 à 10 microns. Pour ce qui est de la “dissolution” des filaments, la technique la plus communément utilisé consiste à faire passer le tout au jet d’air afin d’obtenir la poudre de toner mais cette technique comportant quelques inconvénients (une non-uniformisation au niveau de la taille des particules) , certaines firmes optent désormais pour un procédé chimique qui  confèrent à toutes les particules une taille similaire.

Une fois tout ce processus accompli, il ne restera plus qu’à charger la cartouche adéquat avec le produit et vous voila avec une cartouche toner prête à l’emploi!

jan 30

Besoin d’une manucure? Faites vous imprimer vos ongles!

 

ongle manucure gel uv

Nous vous avions parlé,il y a quelques temps de cela, d’une imprimante qui vous permettait de vous faire votre manucure. Il semblerait que cette idée ait faites des émules, car voila que l’impression 3D se mêle à la danse, par l’entremise de deux créatrices ayant de l’imagination à revendre.

Les Laser Grils,comme elles se font appeler, ( leurs vrais noms étant Sarah C. Awad et Dhemerae Ford ) proposent ainsi aux plus coquettes d’entre nous des faux ongles nouvelle génération, conçues grâce à l’impression 3D.  Leur conception serait des plus simples. En effet, grâce à du plastique de nylon et à une imprimante Form 1 de la société Formlabs, les deux créatrices proposent toute une variété de faux ongles, aux couleurs et aux formes différentes, afin de plaire à tout un chacun.

C’est après avoir exposé leurs petites créations au musée d’Art et de Design de New-York que les deux amies se sont fait connaitre , causant un engouement tel qu’elles ont décidé, dans la foulé, d’ouvrir leur petite  boutique en ligne, afin de toucher le maximum de personnes.  Une occasion spéciale pointe à l’horizon? Vous pourrez ainsi choisir les sets d’ongles disponibles, les couleurs et les tailles variant, tout comme les prix, allant de 5 à 50 dollars.

Alors qu’on vient d’apprendre que les imprimantes 3D permettront bientôt l’impression de vêtements, il semblerait que la mode fasse de plus en plus les yeux doux à cette technologie qui est en train d’envahir toutes les strates de notre existence!  Besoin de se refaire une beauté? N’hésitez plus à investir dans une imprimante 3D!


Une imprimante spéciale pour les manucures par encros

jan 29

Imprimante à l’eau : une solution d’avenir

 

Difficile d’imaginer une imprimante sans encre.  Des scientifiques chinois sont cependant en train de revoir notre manière d’imprimer un planchant sur une solution aussi inédit qu’écologique : l’imprimante fonctionnant à l’eau et non plus à l’encre!  Une idée des plus intrigante mais qui ne manque pas de susciter la curiosité.

Entre le prix bien souvent exorbitant de l’encre et une utilisation parfois abusive du papier, il va sans dires qu’imprimer résulte parfois à un certain gaspillage, gaspillage que  Sean Xiao-An Zhang et son équipe tentent d’éradiquer en proposant une solution de remplacement bien plus avantageuse.
Comment fonctionnerai concrètement ce type d’imprimante? Il faut tout d’abord se concentrer sur la feuille de papier utilisée. Au premier abord assez anodine, la feuille a tout d’abord était recouverte d’une couche de réactif coloré invisible à l’œil nu. Il suffira ensuite d’y déposer de l’eau pour que les pigments de couleur se présentent à nos yeux, dévoilant ainsi texte ou dessin. Une fois l’eau évaporée, la feuille reprend son aspect normale et pourra être utilisée à plusieurs reprises histoire de la rentabiliser au maximum.

Une telle découverte pourrait révolutionner notre utilisation des imprimantes et surtout nous permettre d’économiser une fortune en consommable, d’autant plus que selon les dires de Xiao-An Zhang , la technologie serait peu couteuse et facile à mettre en place.Seul bémol dans ce tableau idyllique, il faudra se contenter pour le moment d’impressions monochromes même si l’équipe de scientifiques planche activement sur la mise au point d’une feuille regroupant différentes palettes de couleurs.

On ignore quand cette technologie débarquera dans notre salon mais gageons que nous sommes plus d’un à attendre le jour où il suffira d’amener notre cartouche d’encre au robinet pour la recharger!

jan 23

La TM-P80 d’Epson : petite mais costaude

Epson a récemment dévoilé l’une de ses dernières créations, une imprimante aux dimensions plus que minimes (140 x 110 mm et pesant à peine 500g) mais qui possède néanmoins de jolis petits atouts technologiques qui feront le bonheur des propriétaires de commerces.

La TM-P80 se destine en effet aux professionnels à la recherche d’un appareil capable d’imprimer des tickets en un rien de temps. Vu la taille de la bête, vous vous doutez bien que ce sera assez compliqué d’imprimer votre roman favori avec celui-ci! Ce seront ainsi des petites feuilles mesurant 50 mm qui pourront passer par la case impression grâce à la technologie thermique, tandis que la vitesse d’impression avoisinera les 100 mm/s, un score qui est loin d’être anodin!

Comme bon nombre d’imprimantes actuelles, la TM-P80 accueille à bras ouvert la connectivité et vous pourrez trouver deux modèles différents, l’un carburant à la WIFI et l’autre s’axant sur la technologie Bluetooth. Les plus pointilleux d’entre vous pourront même protéger la transmission de données histoire d’être plus tranquille. Il sera bon de noter néanmoins que la durée de vie des deux modèles sera assez différente, la version Bluetooth pouvant tenir jusqu’à 40 heures tandis que sa comparse WIFI arrivera jusqu’à 20 heures d’autonomie. A vous donc de choisir scrupuleusement le modèle qui vous siéra le mieux!

Epson-TM-P80_article_full_image

Epson a également mit en avant la solidité de l’appareil qui pourrait selon leurs dires résister à une chute d’un mètre sans risquer la moindre égratignure. Vous êtes cordialement invités à ne pas tester la solidité de l’appareil si vous voulez éviter d’avoir de mauvaises surprises!
Malgré son prix assez conséquent (près de 510 euros), la TM-P80 semble en tout cas être l’imprimante parfaite pour les commerçants exigeants et pressés.

jan 22

Donnez naissance à votre fœtus avec une imprimante 3D

Non, il n’est pas encore possible de créer un humain de toutes pièces en vous servant de votre imprimante 3D ( pour l’instant du moins) mais si vous êtes impatient de tenir votre enfant dans vos bras avant même qu’il soit née , une société américaine vient de mettre au point un concept qui vous permettra de cajoler non pas une poupée quelconque mais bel et bien une version imprimée de votre fœtus!

Derrière cette idée assez saugrenue se cache  un couple de parents,  Gérard et Katie Bessette, qui ont récemment fondé leur petite start-up sous le soleil californien. 3D Babies a ainsi pour mission de donner “vie” a une réplique grandeur nature ou customisable de votre futur bébé. Pour ce faire rien de plus simple, il vous suffira d’envoyer une photo de votre dernière échographie via le site de la compagnie et le tour est joué! Bien évidemment une telle opération aura son petit cout et dépendant de la taille de “l’enfant”, vous paierez entre 200 et 400 dollars la sculpture! Histoire de  pousser la customisation jusqu’au bout, vous pourrez même choisir le teint que vous souhaitez donner à votre réplique.

Plus qu’enthousiastes à l’idée de créer des répliques de futurs nouveaux-nés, les deux parents, qui se sont payés une imprimante 3D à 15 000 dollars l’an dernier, ont ainsi expliqué que cela permettait aux parents de partager leur joie et leur attente avec leurs proches et leurs amis. On a connu procédé moins iconoclaste mais loin de vouloir s’arrêter en si bon chemin, le couple propose même à la vente des répliques de fœtus provenant de couples célèbres comme Kim Kardashian et Kanye West.

bebe-imprimante

Si vous voulez en tout cas voir trôner sur votre étagère (voir dans un bocal) une réplique de votre futur bébé en attendant de pouvoir tenir l’original dans vos bras, vous savez ce qu’il vous reste à faire!

jan 17

Fujifilm présente son imprimante pour Smartphone Share SP-1

 

 

Même si l’édition 2014 du CES de Las Vegas a surtout vu l’apparition des futures monstres de guerre en terme d’impression 3D, certains autres constructeurs en ont également profité pour présenter quelques petits appareils non dénués d’intérêt, à l’image de la firme Fujifilm qui a dévoilé au grand public sa Share SP-1.

S’il y a une tendance qui n’a eu cesse de gagner en grade ces dernières années, ce serait la démocratisation des imprimantes nomades, à l’image des différents constructeurs comme Polaroid  ou LG qui tentent de remettre au gout du jour nos imprimantes des plus encombrantes. Fujifilm a décidé de surfer sur cette mouvance avec sa SP-1 qui sera l’allié idéal pour les afficionados de Smartphones, avec une petite touche de vintage néanmoins. En effet, pas de sublimation thermique sur l’appareil mais une impression sur papier argentique via un procédé appelé “light pen”.

Pas de jaloux en ce qui concerne la connectivité,  la SP-1 se connectera avec votre téléphone, qu’il soit sous Android ou iOS afin que vous puissiez imprimer portraits et paysages en un rien de temps. Vu la taille assez succincte de l’appareil, vous pourrez avoir des clichés faisant dans les 62 x 46 mm, le tout agrémenté d’effets divers comme le sépia ou le noir et blanc.  Il vous sera même possible d’accoler à vos photo un petit numéro de série, histoire de rendre chaque cliché vraiment unique. La batterie quant à elle vous garantira près d’une centaine de tirages avant de passer par la rechargement.

La SP-1 est déjà sur les starting-blocks et  devrait débarquer sur les rayons en avril 2014 avec un prix avoisinant les 150 euros. Le petit lot de papier spécial coutera quant à lui 13 euros! Avis donc à ceux souhaitant imprimer au plus vite leurs photos de vacance.

jan 15

Impression 3D : Epson prépare son avenir

 

Difficile de ne pas entendre parler des imprimantes 3D ces derniers temps mais chose curieuse, les grandes marques semblent pour l’instant se tenir à l’écart de cette nouvelle technologie, se focalisant toujours sur les valeurs sures comme le jet d’encre ou le toner. Histoire de montrer que les grands constructeurs gardent quand même l’œil ouvert sur l’impression  en relief, le président de la firme Epson a récemment déclaré que la marque comptait entrer dans la course d’ici 5 ans.

Présent durant le CES 2014 pour présenter leurs derniers joujoux (notamment au niveau des…montres), Epson via son PDG Minoru Usui, a ainsi exprimé le plan d’attaque de la firme qui consistait à attendre quelques années avant de se mettre à produire des imprimantes 3D. Citant entre autres la fiabilité encore discutable de certains matériaux, Usui a aussi mentionné que le temps d’impression et la précision des machines actuelles laissaient encore à désirer, les quelques expériences menées par la firme confirmant selon lui ses dires.
Histoire d’enfoncer un peu plus le clou, le président a aussi déclaré que l’engouement actuel pour les imprimantes 3D était juste bon à alimenter le buzz et que peu de personnes avaient actuellement besoin d’imprimer des morceaux de plastique chez elles.  Il reconnait néanmoins que dans les années à venir l’impression 3D pour le grand public allait connaitre un certain essor, même si Epson compte dans un premier temps se focaliser sur l’impression industrielle, visant notamment l’industrie automobile. Une machine imprimant des voitures serait-elle en cours de conception?

On ignore si l’entrée tardive de la marque dans la course à l’impression 3D ne causera pas plus de préjudice à celle-ci qu’autre chose, surtout quand on voit le nombre de petites compagnies bombardant systématiquement le marché de nouveaux concepts.  Gageons que le géant nippon possède plus de ressources que l’on ne croit et rendez vous est pris aux alentours de 2019 pour voir l’un des cadors de l’impression enfin présenter son bébé.

jan 13

Les imprimantes au secours des mal-voyants

 

Alors que tout les regards sont rivés vers l’impression 3D qui est en passe de devenir un allié inattendu dans le monde médical, l’impression jet d’encre n’est pas en reste et continue de surprendre en proposant des applications sortant de l’ordinaire.

Après les circuits électriques, ce seront peut-être les mal-voyants qui bénéficieront  des bienfaits d’une imprimante grâce à une équipe de l’université de Cambridge travaillant sur un procédé visant à aider les personnes souffrant de dégénérations et autre maux au niveau des yeux. Pour cela, les scientifiques se sont servis de l’appareil  pour imprimer différentes couches de cellules extraites de la rétine de rats.  Si l’impression de cellule n’est pas non plus toute nouvelle, c’est la première fois que des neurones adultes survivent à ce type de test. Les scientifiques sont d’ailleurs les premiers surpris des résultats de l’expérience, incrédules dans un premier temps quant à la fiabilité d’une imprimante pour ce type de test, surtout au vu de la fragilité du matériau de base.

Les tests sont néanmoins encore au stade expérimental et si l’impression s’est dans un premier temps bien passé, il faut désormais étudier le comportement des dites cellules sur le long terme. Dans un avenir qu’ils espèrent proche, les chercheurs espèrent ainsi pouvoir imprimer d’autres éléments de l’œil comme les photorécepteurs.  Vu l’extrême complexité de l’opération (l’œil étant selon leurs dires un véritable micro-ordinateur biologique), il est donc encore trop tôt pour pouvoir sabrer le champagne et espérer pouvoir guérir tous les mal-voyants de la planète.

malvoyant

Au vu des résultats néanmoins, on se prend à espérer que notre imprimante deviendra un outil autant capable d’imprimer les factures que de guérir de la cécité. Qui vivra verra!

jan 10

CES 2014 : Les imprimantes 3D sur le devant de la scène

 

 

Est-il besoin de préciser à quel point l’impression 3D est venu révolutionner notre manière de concevoir l’impression? Encore un gadget “futile” il y a quelques années, les imprimante 3D sont en train de déferler dans le monde à vitesse grand V et s’apprête à venir squatter le salon de tout un chacun.

Durant le mois de janvier s’est tenu à Las Vegas le CES ( pour Consumer’s Electronic Show ), une belle occasion pour les concepteurs et autres grandes marques de venir présenter leur dernier bébé au grand public. L’occasion était trop belle pour les cadors de l’impression 3D et deux imprimantes en particulier ont capturé l’attention.

Makerbot fait son show

makerbot

L’un des spécialistes de l’impression 3D n’a pas manqué l’occasion de venir attirer le chaland avec ses dernières innovations et outre  sa  Replicator Mini Compact qui devrait débarquer d’ici peu sur nos rayons, la firme américaine a aussi présenté son dernier monstre de guerre, à savoir la Z18. Avec sa capacité supérieur de 35 fois à la Replicator, la Z18 se destine principalement à un usage industriel (son prix de lancement avoisinant les 6500 dollars étant suffisant pour faire fuir le commun des mortels) et permettrait aux utilisateurs de se passer d’ordinateur pour choisir quel objet imprimer. Une belle bête à réserver donc aux plus fortunés.

Fins gourmets, faites place à la Chefjet

L’histoire d’amour entre l’impression 3D et la cuisine n’a pas fini de faire parler d’elle et c’est désormais la Chefjet qui devrait faire battre le cœur des marmitons férus de nouvelles technologie. C’est grâce au rachat de  la boite des responsables de la Sugarlab que cette machine a pu voir le jour. Le principe reste quasiment le même et si vous êtes un amateur de sucreries, sachez que le Chefjet vous concoctera chocolats et autres sucreries en quelques minutes.

A noter que l’imprimante sera disponible en deux modèles, une “normale” possédant une seule tête d’impression et qui limitera les utilisateurs à une seule couleur pour leurs créations culinaires tandis que la version pro, équipée de quatre têtes d’impression, pourra donner libre cours à votre imagination sans aucune limite de colories!

Rendez-vous en tout cas courant 2014 pour scruter de près la sortie de ces petites merveilles!

jan 08

Polaroid Socialmatic : quand photo et impression font bon ménage

 

Polaroid-Socialmatic

On connait tous la marque Polaroid et ses appareils photos qui nous faisaient avoir instantanément  le cliché convoité. Alors qu’on pensait la marque gentiment désuète et bonne à ranger au placard, voila que celle-ci se met à nouveau sur le devant de la scène en proposant des petites nouveautés pas piquées des hannetons, à l’image du Polaroid Socialmatic qui devrait satisfaire au plus haut point les amateurs de haute technologie et de réseaux sociaux.

Au delà de son look vintage renvoyant aux heures de gloire de la marque, l’appareil porte en son sein un appareil photo de 14 megapixel, idéal pour immortaliser paysages et autres photos de famille avant d’en faire profiter le monde entier grâce à Facebook ou Twitter.  Mieux encore, l’appareil possède une autre camera de 2 megapixel vous permettant de vous prendre vous même en photo. La connectivité sera ainsi au cœur de la petite machine et outre ses fonctions Bluetooth et Wifi, la Socialmatic fonctionnera sous Android, vous permettant de télécharger moult applications plus ou moins utile vous permettant de customiser vos clichés.
L’un des autres aspects phare de cet appareil sera également sa faculté à imprimer en un rien de temps vos photos, à l’instar des autres appareils ayant fait la gloire de la marque. Utilisant la technologie Zink (ou Zero Ink), nul besoin de charger votre appareil en cartouches jet d’encre ou toner.  Il suffira en effet d’un coup de chaud sur le papier contenu dans l’appareil pour pouvoir imprimer des photos  au format 5X7.

Ce joli petit concentré de technologie ne laisse en tout cas pas indifférent et devrait débarquer en magasin en seconde moitié d’année. Seul ombre au tableau, son prix de lancement qui avoisinerait les 300 dollars! Reste ainsi à savoir si le prestige de la marque suffira ou pas  à écouler les stocks de l’appareil