mar 16

Impression médicale 3D – la révolution est en marche

imprimante-harvard

Certaines personnes travaillent d’arrache-pied, afin de développer de nouvelles applications pour l’impression 3D. Ainsi, des chercheurs de l’école d’ingénierie d’Harvard veulent pousser cette technologie d’impression dans ses derniers retranchements, en mettant au point, entre autres, une encre capable d’imprimer des cellules humaines.

Ce n’est pas la première fois qu’une imprimante 3D se retrouve au centre de recherches médicales, mais les possibilités d’améliorations sont multiples.

Selon Jennifer Lewis, professeur à Harvard, il serait fabuleux de pouvoir mettre en place des matériaux ou des procédés capables de changer la vie des gens.Ainsi, une des équipe de Lewis s’active actuellement sur la conception d’une encre 3D contenant des cellules vivantes, ainsi qu’une imprimante en mesure d’imprimer le tout.

Plus tôt cette année, l’équipe en question était parvenue à démonter qu’il était possible d’assembler un morceau de tissu vivant, qui s’est même développé pendant six semaines. Les cellules ont été en mesure de survivre ,car la structure contenait des tuyaux creux, à l’image de véritables vaisseaux sanguins. « La créativité est la seule limite » selon Michael Alpine, un professeur officiant à l’université du Minnesota, travaillant également sur la conception d’encre vivante ou électronique.

imprimante-harvard2

Pour ce qui est de l’avenir, Lewis n’est pas à court d’idées. Elle voudrait ainsi commercialiser ses découvertes futures, à l’aide notamment d’investisseurs tels que le géant Autodesk. Même si être constamment à la recherche de nouveaux investisseurs, tout en gérant un laboratoire de 25 personnes, est loin d’être évident, la scientifique reste sereine. Elle parle, ainsi, du fait que son équipe est en train de faire bouger les choses, et qu’elle était en train de vivre les meilleurs moments de sa carrière.

A voir désormais quand elle sera en mesure de proposer une nouvelle encre qui va durablement changer le monde médical.

jan 13

Les imprimantes au secours des mal-voyants

 

malvoyant

Alors que tout les regards sont rivés vers l’impression 3D qui est en passe de devenir un allié inattendu dans le monde médical, l’impression jet d’encre n’est pas en reste et continue de surprendre en proposant des applications sortant de l’ordinaire.

Après les circuits électriques, ce seront peut-être les mal-voyants qui bénéficieront  des bienfaits d’une imprimante grâce à une équipe de l’université de Cambridge travaillant sur un procédé visant à aider les personnes souffrant de dégénérations et autre maux au niveau des yeux. Pour cela, les scientifiques se sont servis de l’appareil  pour imprimer différentes couches de cellules extraites de la rétine de rats.  Si l’impression de cellule n’est pas non plus toute nouvelle, c’est la première fois que des neurones adultes survivent à ce type de test. Les scientifiques sont d’ailleurs les premiers surpris des résultats de l’expérience, incrédules dans un premier temps quant à la fiabilité d’une imprimante pour ce type de test, surtout au vu de la fragilité du matériau de base.

Les tests sont néanmoins encore au stade expérimental et si l’impression s’est dans un premier temps bien passé, il faut désormais étudier le comportement des dites cellules sur le long terme. Dans un avenir qu’ils espèrent proche, les chercheurs espèrent ainsi pouvoir imprimer d’autres éléments de l’œil comme les photorécepteurs.  Vu l’extrême complexité de l’opération (l’œil étant selon leurs dires un véritable micro-ordinateur biologique), il est donc encore trop tôt pour pouvoir sabrer le champagne et espérer pouvoir guérir tous les mal-voyants de la planète.

Au vu des résultats néanmoins, on se prend à espérer que notre imprimante deviendra un outil autant capable d’imprimer les factures que de guérir de la cécité. Qui vivra verra!