L’Actualité sur les imprimantes, les cartouches et les encres!

En vedette

encros logo

 

Bienvenue sur le blog de l’actualité des cartouches d’encre et des imprimantes…

Ici nous traiterons de tout ce qui touche à l’actualité des imprimantes, des cartouche et des Encres en général car c’est notre spécialité depuis une dizaine d’années. Nous sommes une boutique de recharge de cartouche  existant depuis 2003 et nous proposons ainsi des solutions pour utiliser vos cartouches  de manière plus intelligente.

logo_ac_square_sr

 

Nous sommes également à la pointe de l’information et nous partageons régulièrement avec nos lecteurs les dernières actualités du monde de l’impression.  Que ce soit la dernière imprimante d’une grande marque ou une nouvelle encre qui va changer le monde, France Recharge décrypte et analyse les dernières nouvelles, qu’elles soient des plus sérieuses ou insolites et vous en fait profiter en retour!

 

encros imprimante

Histoire de vous aider à mieux comprendre vos imprimantes et vos cartouches, nous mettons aussi en ligne, en parallèle au blog France Recharge le blog cartouche-blog.fr qui décortique les spécificités techniques de vos cartouches jet d’encre, toner-blog.fr ; la même chose mais pour les imprimantes laser, TonerRecharge.fr et CartoucheRecharge.fr les blogs émaillés de photos, de vidéos et de tutoriels pour vous aider à recharger vos propres cartouches grâce à la méthode ENCROS.

Ces articles s’adressent à tous, de la ménagère de plus de 50ans au passionné d’imprimantes (si, si …) vous retrouvez chaque semaine dans nos blogs, des astuces et des informations sur vos terribles engins des réponses à vos questions ; comment la recharger sans acheter la cartouche originale hors de prix et sans qu’elle explose, pourquoi est-elle bloquée quand il manque juste une couleur, pourquoi ça clignote , dans quel trou dois-je mettre le café…

Retrouvez nous chaque semaine sur nos blogs et sur notre site et n’hésitez pas à lancer des sujets (telle ou telle cartouche ou imprimante) par le biais de commentaires!

N’hésitez pas à découvrir nos tutoriels, nos reportages et bien plus encore dans nos vidéos!!

 
fév 24

Fini de prendre des photos de soi, faites vous imprimer !

photo-3d

On a tous, plus ou moins, fait ces séances de photos en studio, posant devant la caméra de photographe pour immortaliser un moment en famille ou entre amis. Les choses ont désormais évolué, et au lieu d’avoir votre portrait accroché à un mur, la magie de l’impression va permettre de donner une dimension supplémentaire à vos séances.

En effet, un propriétaire de studio, Kenny Baumgarten, propose à ses clients une séance de photo bien particulière. Au lieu de prendre un seul cliché avec un seul appareil, l’homme va vous prendre sous tous les angles, avec pas moins de 130 appareils ! Un logiciel se chargera alors de reconstituer un modèle en relief à partir des images récupérées.

Une fois l’opération effectuée, ce seront des imprimantes 3D qui prendront le relais afin de sortir une jolie figurine vous représentant avec un souci du détail particulièrement poussé. Un beau moyen d’avoir un souvenir impérissable d’un épisode de sa vie.

L’idée a en tout cas fait des émules, et des pompiers se sont même joints à la partie pour faire photographier et imprimer leur brigade. Ce sont ainsi près de 40 soldats du feu qui se sont vu passer par la case impression afin d’avoir leur version miniature.

photo-3d1

L’arrivée de ces nouvelles imprimantes aura permis de doper l’imagination de certains et les services les plus farfelues commencent à faire leur apparition. Les futurs parents peuvent même, désormais, faire imprimer leur fœtus en 3D. Le fait d’immortaliser ses souvenirs prend désormais une toute autre dimension !

fév 23

Art : Epson donne vie à la célèbre photo de Bert Monroy

epson-bert-monroy

Le Computer History Museum, situé en Californie, a lancé une nouvelle exposition, centrée sur les différents logiciels ayant marqué l’histoire de l’informatique ( Photoshop par exemple). Afin de bien illustrer le thème abordé, les organisateurs ont tenu à utiliser le « Time Square » de Bert Monroy.

Afin de bien faire les choses, l’œuvre a été imprimé avec une imprimante de haute volée, à savoir la Epson SureColor P20000. Résultat, une photo de très belle taille, rehaussé par un écran rétro éclairé. Pour information, l’œuvre aura demandé près de 750 000 couches de calques Photosop, nécessitant près de 4 ans de travail. Le panorama final comporte ainsi des prises de vues de Time Square, ainsi que la famille de Monroy, ses amis et des pionniers de l’imagerie numérique comme John et Thomas Knoll.

Selon Kirsten Tashey, l’une des responsables du musée, l’œuvre d’art de Bert représente une pièce de choix pour illustrer l’exposition a déclaré Elle a rajouté que l’imprimante d’Epson a permis de donner vie à l’image de Bert, la montrant sous ses plus beaux atours, que ce soit au niveau des dimensions ou au niveau des détails.

De son côté, le responsable produit d’Epson Larry Kaufmann a vanté les mérites de son imprimante, arguant que la Surecolor mettait à profit des techniques d’impressions de haute volée, ceci afin de repousser les limites connues dans ce domaine. Cela aura ainsi permis, selon lui, de donner vie à une œuvre d’art des plus inspirantes.

epson-surecolor

Un beau moyen de redorer le blason de la firme qui aura surtout fait parler d’elle, ces derniers temps, pour des histoires de cartouches pas aussi vides que ça !

fév 22

Une classe d’école primaire victime de l’incendie d’une imprimante 3D

imprimante-incendie

 

Les imprimantes impriment depuis quelques années nos rêves les plus fous et les objets les plus insolites ! Néanmoins, ces appareils nouvelle génération peuvent également se révéler être un pur cauchemar pour certains.

En effet, une l’école primaire du Michigan a dû temporairement fermer ses portes suite à un incendie causé dans l’une des salles scientifiques du bâtiment. En effet, une imprimante 3D se trouvant sur les lieux a causé le sinistre, suite à un court-circuit. Fort heureusement, aucun blessé n’est à déplorer. L’incendie lui-même n’a endommagé qu’une seule classe (réservée aux cours de science) les salles alentour n’ayant été que légèrement touchées.

Selon Carol Selby, concierge dans l’établissement, les produits chimiques de la salle n’ont pas été touchés par les flammes, ce qui aurait pu causer un plus gros incendie. Les travaux pour remettre la salle d’aplomb sont en cours et aucun chiffre concernant le montant des dégâts n’a été divulgué.

Même si les incidents impliquant des imprimantes demeurent très rares, il arrive parfois que ces machines fassent quelques dégâts, tuant même des personnes dans la foulée. En début d’année, une imprimante 3D a été à l’origine de la mort d’une famille de Berkeley en Californie.

imprimante-incendie2

Alors que tout le monde a les yeux rivés vers les armes imprimées, une mauvaise utilisation ou un mauvais branchement de votre imprimante peut ainsi s’avérer dangereux, voire mortel. L’impression 3D, un danger pour notre santé ?

On est encore très loin de la panique totale mais il est bon de bien installé son imprimante comme il se doit pour éviter tout incident.

fév 20

Incroyable : Une imprimante 3D créant des objets avec des hologrammes

imprimante-lumière

Le spécialiste de la réalité augmentée Daqri a décidé de faire un premier pas dans le monde de l’impression, et ce de la plus spectaculaire des manières.

L’imprimante de la firme, qui est toujours en développement, propose ainsi une alternative assez étonnante. Exit le PLA et l’ABS, la machine utilise un champ lumineux complexe, ou un hologramme pour les intimes, pour traiter un objet entier en une fois, et non couche par couche comme la plupart des imprimantes 3D.

Ces étonnants hologrammes de polymérisation monomère sont produits par une puce spéciale, sans qu’il y ait besoin d’utiliser des systèmes optiques complexes. Au lieu de cela, un système de cristaux accordables sera placé sur une plaquette de silicium, plaquette qui contrôlera la forme de la lumière réfléchie à partir d’un laser. Un champ lumineux en 3D sera alors produit, avant d’être projeté dans une cuve remplie d’une substance photosensible. À partir de là, les hologrammes créeront des objets 3D physiques en durcissant la substance partout où la lumière sera projetée.

Cette technologie risque d’apporter une belle touche de fraîcheur au secteur, même si le prototype est pour le moment capable d’imprimer que de très petits objets. Néanmoins, le temps d’impression est particulièrement rapide (près de 5 secondes pour une agrafe).

imprimante-lumière2

Les têtes pensantes de Daqri espèrent, sur le long terme, créer une puce plus efficace, capable de créer des objets plus massifs. D’autres problèmes risquent cependant d’apparaitre, notamment au niveau de la chaleur générée, celle-ci pouvant faire fondre l’objet si elle est trop importante.

Un challenge qui mérite en tout cas d’être relevé, d’autant qu’il est désormais possible d’imprimer de la lumière. L’impression n’a, en tout cas, pas fini de nous impressionner !

fév 17

Une imprimante 3D qui règle les problèmes de surplomb

surplomb-3d

Nous le savons déjà, les imprimantes 3D peuvent sont capables de nous faire des objets de formes diverses et variées. Cela dit, nos chers appareils possèdent une petite faille : le surplomb.

En effet, si les imprimantes 3D à base de filaments créent des objets une couche à la fois, en partant de la base. Si l’objet que vous imprimez a des surplombs qui dépassent à des angles de plus de 45 degrés, l’imprimante est (généralement) incapable de faire l’objet sans structures de soutien, et doit donc imprimer de petits échafaudages en plastique pour maintenir l’objet pendant qu’il imprime. Problème, la machine utilise alors du plastique supplémentaire, laissant souvent des bavures et des imperfections sur l’objet lorsque les supports sont enlevés.

Fort heureusement, deux étudiants de l’Université des Sciences Appliquées de Zurich (ZHAW) ont trouvé une parade à ce petit souci.

Oliver Tolar et Denis Herrmann ont développé un prototype d’imprimante 3D qui utilise un lit basculant, afin imprimer des objets avec un surplomb marqué, le tout sans avoir besoin de filament supplémentaire

L’imprimante elle-même peut pivoter avec un total de six axes: trois contrôlant la tête d’impression, et trois autres qui contrôlent le lit d’imprimante. Résultat : une large gamme de mouvements impossibles à reproduire à l’aide d’une imprimante 3D conventionnelle ! La nouvelle Rolls-Royce des imprimantes 3D est-elle née ?

Entre le gain de temps et l’aspect pratique, une telle imprimante ferait des heureux, même si on ignore si les créateurs comptent commercialiser leur création. Quand on sait que les deux compères n’ont pas eu le temps nécessaire de créer un logiciel digne de ce nom, nous risquons bel et bien d’attendre un peu.

fév 16

La FabPocket : maitrisiez l’impression 3D en un rien de temps

fabpocket printer

 

Vous voulez vous initier à l’impression 3D ? La Fabpocket va venir vous donner un joli coup de pouce !

Cette Box est la première de son genre, permettant au quidam d’en apprendre plus sur cette technologie en train de prendre de l’essor. Aussi ludique que pratique, cette boite nous vient d’une petite startup : Le Tarmack. Comment « fonctionne » le tout ? Petit tour du propriétaire.

Dans un premier temps, trois modules vous permettront d’étayer vos connaissances sur le sujet, que ce soit au travers des matériaux utilisés pour l’impression et des objets que l’on peut créer avec une imprimante. Les deux autres modules vous permettront, de leur côté, de fabriquer votre propre imprimante 3D. Le tout sera également composé de divers jeux et fiches pédagogiques vous permettant de donner vie. Un beau moyen en somme de vous prendre pour un petit inventeur avec un kit complet.

Afin de démocratiser au mieux cette Fabpocket, la société derrière sa création a décidé de lancer une campagne de crowdfunding afin de financer sa petite création. Le but espéré est de récolter la coquette somme de 30 000 euros afin de créer une plateforme Web et éventuellement se lancer à l’international.mini printer

Dans la mesure où tout se passerait bien, la FabPocket serait disponible pour le mois de juillet.

L’idée mérite d’être démocratisée, l’impression en relief étant restée, durant des années, une technologie réservée à une certaine frange de la population plus au fait des nouvelles avancés et des innovations.

fév 16

Les circuits imprimés flexibles débarquent de nos imprimantes !

circuit-imprimé

Les chercheurs de l’Université d’État du Michigan ont développé le premier circuit intégré étirable, entièrement fabriqué à l’aide d’une imprimante à jet d’encre. Une petite avancée qui risque de donner un petit coup de neuf à l’industrie de l’électronique !

Imaginez par exemple une tablette ultramince et intelligente, qui pourrait en sus de cela être étirée à loisir ! Et ce n’est là qu’un exemple parmi un océan de possibilité ! Et comme le circuit peut être produit sur une imprimante jet d’encre standard, le coût reste minime. Le matériau intelligent est composé de plusieurs éléments fabriqués à partir de nanomatériaux et de composés organiques. Lesdits composés seront alors dissous dans une solution pour produire différentes encres électroniques, avec que ces dernières ne soient injectées dans une imprimante

Chuan Wang et son équipe ont réussi à créer le matériau élastique, le circuit et la diode électroluminescente organique, ou OLED en utilisant l’encre. L’étape suivante consistera à combiner le circuit et OLED en un seul pixel, tâche un peu plus ardue qui risque de demander une ou deux années de test.

Une fois que les chercheurs auront réussi à combiner le circuit et OLED en un seul pixel, le tissu intelligent pourra alors être commercialisé.

 circuit-imprimé2

Si tout se passe bien, le tissu étirable pourra même être plié et mis dans une poche sans risquer de se casser. Dans un futur proche, on pourra même, peut-être, imprimer des circuits imprimés depuis chez nous. Plus que jamais, l’impression est en passe de devenir l’un des outils les plus innovants du 21eme siècle.

fév 13

Procreate 4D permet d’imprimer votre foetus en 3D

2

 

Les futurs parents ont souvent à faire aux échographies pour avoir une petite idée de la future apparence de leurs enfants. Cependant, une société du nom de Procreate 4D a eu l’idée de pousser le procédé encore plus loin.

Ainsi, le fondateur, Fernando Farias, a utilisé son savoir-faire en effets spéciaux, en technologie médicale et impression 3-D pour créer ce qu’il appelle une statue vivante d’un fœtus.

Selon lui, si une personne est aveugle, il sera difficile pour elle de voir son futur enfant. Farias a alors commencé à réfléchir à une solution permettant à tout un chacun de » voir » le futur bébé quoi qu’il arrive. Il a ainsi décidé de passer par l’impression de l’échographie.

Même lorsque le fœtus n’a que 27 à 30 semaines, les traits du visage sont complètement développés, a-t-il rajouté. Ainsi, être en mesure de voir et de toucher une représentation 3D ajoute un véritable plus quant au fait de découvrir son futur enfant. Ce type de solution pourrait par exemple changer la vie des militaires loin de leur famille. Une impression de l’échographie et ils pourraient avoir un aperçu plus en profondeur de leur future progéniture.

Le modèle imprimé coûte $ 55, mais les tarifs peuvent aller jusqu’à $ 125. 1

Si l’idée est ingénieuse, elle n’est pas toute neuve car une société américaine, 3D babies, a elle aussi décidé de donner naissance à votre fœtus avec une imprimante 3D. Ils ont même poussé le concept jusqu’à faire imprimer les futurs bébés de couples de stars. Avis aux amateurs !

fév 09

L’impression 3D métallique s’apprête à débarquer en force

metal-3d

 

Un nouvel acteur du monde de l’impression 3D s’apprête à faire son entrée fracassante !

En effet, la compagnie desktop Metal vient de récolter la coquette somme de 45 millions de dollars, portant son investissement total à 97 millions de dollars, depuis sa fondation en octobre 2015.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce sont des cadors qui ont décidé de se joindre à l’aventure : GV (anciennement Google Ventures) BMW i Ventures et Lowe’s Ventures ont ainsi répondu présents. Parmi les investisseurs précédents figurent NEA, Kleiner Perkins Caufield & Byers, Lux Capital, GE Ventures, Saudi Aramco et l’un des acteurs principaux de l’impression 3D Stratasys.

Selon Ric Fulop, PDG et cofondateur de Desktop Metal, l’impression métallique aura un impact profond sur la façon dont les entreprises conçoivent et produisent en masse des pièces dans toutes les grandes industries. Il va sans dire que l’apport massif des investisseurs devrait ainsi permettre de donner un sérieux coup de pouce à cette technique.

Bien qu’il ait moins d’un an et demi d’ancienneté, Desktop Metal possède déjà une riche expérience et une équipe bien rodée : 75 ingénieurs se spécialisant en science des matériaux, ingénierie et logiciels. Fulop lui-même connait déjà l’industrie de l’impression 3D , l’homme ayant participé la conception d’entreprises comme MarkForged, OnShape, ProtoLabs et SolidWorks.

metal-3d2

L’impression métallique s’apprête ainsi à débarquer en force, d’autant plus que nombreuses industries risquent de profiter de cette technique. Imprimer des voitures ou des avions ? Une lubie qui risque de devenir bientôt réalité.

fév 08

Food INK : les imprimantes 3D s’emparent des restaurants

foodink

Nourriture et impression font bon ménage ! Les imprimantes produisant des pâtes et autres cookies commencent à se démocratiser, et certains établissements font tellement confiance à cette technologie que certains l’ont même mise à la carte !

En effet, des restaurants éphémères ont commencé à apparaitre un peu partout dans le monde, comme à Londres où le principe du Food Ink a pris ses aises.

Comme mentionné plus haut, le but de ces lieux de restauration était de proposer un menu créé par une imprimante culinaire. Non content de proposer des plats en 3D, tout le mobilier ainsi que les couverts avaient aussi été fabriqués par impression. Un beau moyen de coller au principe jusqu’au bout !

Pour ce qui est des plats eux-mêmes, c’est la compagnie Focus qui s’est chargé de donner vie aux préparations, avec son imprimante byFlow. L’appareil utilise en effet des seringues chargées en ingrédients (chocolat, sauces etc) pour créer des plats nous changeants du steak-frites habituel.

Ce concept farfelu semble en tout cas faire des émules, de nombreuses villes telles Séoul, Rome ou Berlin ont également succombé à l’impression de plats 3D. À voir si ce type de restaurant va s’installer pour de bon, même si le tarif risque de rendre ce genre de dégustation peu accessible aux gourmands lambda (le menu à Londres était de l’ordre de 250 Livres).

foodink2

Quoi qu’il en soit, avec des grandes marques comme Barilla qui veulent proposer des pâtes imprimées dans les restaurants et la NASA qui veut nourrir ses astronautes avec des pizzas, les imprimantes créant de la nourriture risquent de rester au menu pendant longtemps.