août 29

Maxify : Canon lance sa nouvelle gamme d’imprimante

Les grands constructeurs d’imprimantes n’ont pas chaumé durant les vacances et le géant de l’impression Canon s’apprête à lancer sa gamme d’imprimantes Maxify destinée aux TEP et aux travailleurs indépendants.

Vous avez besoin d’une imprimante marchant du feu de dieu pour sortir factures et autres dossiers?  Canon vous propose de nouveaux modèles d’imprimantes jet d’encre, à savoir les MAXIFY MB2050, MB2350, MB5050 et MB5320. Il vous sera ainsi possible d’imprimer en masse sans le moindre soucis

Pour ce qui est des modèles MB2050 / MB2350 , il vous sera possible d’imprimer un quota de 1000 en moyenne par mois et ces imprimantes auront en leur sein des cartouches XL qui devraient vous permettre de faire moins de dépenses à l’impression. Vous y trouverez également une fonction dites “scan to mail” qui vous fera gagner du temps en envoyant vos documents scannés directement par mail sans avoir à transiter par votre ordinateur. Les autres modèles iront un cran au dessus avec une capacité d’impression de 1500 pages par mois avec une vitesse atteignant les 15 ipm pour les feuilles couleur et 23 pour celles en noir et blanc.  A noter que le modèle MB5350 disposera de capteurs recto-verso qui vous permettront de scanner un document bien plus rapidement que la normale.

maxify canon

Que les amateurs de connectivité se rassurent, ces imprimantes ne dérogeront pas à règle et vous donnerons la possibilité d’imprimer à partir de votre Smartphone ou de votre tablette. Il est bon également de savoir que les plateformes de stockage comme Dropbox ou Google drive auront également pignon sur rue avec ces imprimantes.  Les différents modèles seront disponibles à partir de 149 euros tandis que la plus onéreuse sera en vente à un prix avoisinant les 299 euros.

août 28

Grafitti fur : imprimez sur votre tapis pour en faire une pièce d’art!

 

Le monde de l’impression étant depuis plusieurs années un vivier d’expérimentations aussi farfelues que révolutionnaires, on n’est jamais à l’abris d’une invention sortant de l’ordinaire débarquant sans crier gare!  Ce sera le cas du Graffiti Fur, un concept qui n’utilisera pas de feuilles A4 pour imprimer des documents mais votre…tapis! Quel rapport entre le fait d’imprimer et votre tapis trônant au milieu du salon? Jugez plutôt.

Vous avez sans doute déjà remarqué qu’il était possible de dessiner des formes plus ou moins abstraites sur votre tapis en poussant les poils dans un sens ou dans un autre. Des  étudiants japonais de la School of Media Design ont décidé d’exploiter tout cela à fond avec un bien curieux appareil. Le Graffiti Fur vous permettra ainsi grâce à une batterie de servomoteurs (16 pour être exact) de soulever les poils de votre tapis selon un schéma très précis. Pour cela, vous disposerez d’une application qui vous permettra de dessiner la forme de votre choix avant de la reproduire, ou de prendre un objet déjà existant en photo avant de reproduire le tout!  A vous ensuite de passer le Grafitti Fur sur le tapis souhaité pour voir apparaitre motifs et objets divers.

fur

L’utilité d’une telle imprimante serait bien entendu limitée à des fins décoratives mais vous pouvez être sûr de trouver là un moyen d’occuper vos enfants durant des heures tout en impressionnant votre famille ou vos amis lorsqu’ils viendront prendre l’apéro.  En attendant de pouvoir vous procurer cet appareil, vous pouvez toujours vous entrainer avec votre aspirateur!

août 27

Les imprimantes 3D luttent désormais contre le cancer

 

On n’arrête plus le progrès et encore moins ceux concernant l’impression en relief! Après les différentes applications médicales qu’on pouvait prêter à ces nouveaux types d’imprimantes, voila que ces dernières s’apprêtent à devenir des armes redoutables dans la lutte contre le cancer.

C’est un jeune chinois de 12 ans du nom de Minghao qui a eu la chance d’expérimenter les possibilités des imprimantes à ce sujet. On avait en effet détecté un cancer au niveau de la moelle épinière de celui-ci suite à un accident survenu durant un matche de foot.  Afin que le tumeur ne se repende pas, il était devenu indispensable d’enlever l’une des vertèbres du patient pour ensuite la remplacer par un implant. C’est par la suite que l’impression en relief est entré en lice.

Il a ainsi été possible d’imprimer un élément s’adaptant à la perfection à la morphologie du garçon, tant et si bien  qu’aucune visse ou autre n’a été nécessaire pour soutenir le tout. L’opération (qui a durée 5 bonnes heures) a été un succès sur toute la ligne.  Selon le docteur  Liu Zhongjun, officiant dans l’un des hôpitaux universitaires de Pékin, c’est la première fois qu’une imprimante en relief sert à résoudre un tel problème. Il souligne également les avantages de ce mode d’impression qui permet  aux patient de passer par une phase de rémission bien moins contraignante qu’à l’accoutumée.

imprimante 3d

Minghao est pour le moment dans l’incapacité de parler mais affiche une belle forme selon les médecins. Il va rester sous observation dans les trois mois qui viennent , ce qui permettra ainsi de voir à quel point ce procédé aura été efficace. En attendant une démocratisation encore plus massive de l’impression en 3D dans le monde médical.

août 01

Un jeune handicapé “sauvé” par une imprimante 3D

 

On ne compte plus les différentes manières possibles pour pouvoir se changer à la vie grâce à l’avènement de ce nouveau type d’impression qu’est l’imprimante en relief et ce ne sont pas les personnes handicapées qui vous diront le contraire. Il se trouve en effet que ces nouvelles imprimantes soient devenues l’outil de rêve pour de nombreux médecins, comme le prouve cette histoire nous venant des USA.

Alex Ping, un jeune garçon de 6 ans peut ainsi remercier ces imprimantes car il va désormais pouvoir recouvrir une vie normale grâce à l’une d’elle. Le jeune garçon est en effet né sans bras droit, ce qui l’handicapait particulièrement dans sa vie de tous les jours. C’était sans compter sur une équipe de l’université de Floride qui a permis au jeune homme de pouvoir enfin s’adonner à des activités de n’importe quel enfant de son âge grâce à un coup d’impression.
Les parents d’Alex se sont tout d’abord tourner vers l’un des doctorants de l’université, Albert Morano, afin que celui-ci puisse trouver une solution pour aider leur fils. Loin de s’arrêter à quelques conseils dit à la va-vite, le doctorant ira galvaniser ses troupes pour mettre au point une prothèse adaptée au garçon grâce à une imprimante.

Il va sans dire que les parents et surtout le petit Alex ont été plus que ravis de voir cette prothèse imprimée et cette nouvelle action vient confirmer le formidable potentiel de ce nouveau type d’impression. Ainsi, le cout de fabrication de la prothèse fut dérisoire, comparé à certaines prothèses qui couteront jusqu’à 40000 dollars. En attendant que tout cela se démocratise, Alex quant à lui attend un  nouveau bras imprimé qui va lui permettre cette fois de nager. Une jolie petite victoire de l’impression contre le handicap!