juin 06

HP part en guerre contre les cartouches contrefaites

hp guerre

 

L’impression doit, au même titre que de nombreux autres produits, est parfois soumis aux affres e la contrefaçon. Sans doute excédé par le nombre de méfais commis autour du trafic lié aux consommables jets d’encre ou laser, certaines compagnies ont décidé de sévir !

Ainsi, HP a mis en place un programme de lutte contre ces contrefaçons (ACF), en Afrique notamment où une importante saisie a eu lieu durant les derniers mois. Ce ne sont pas moins de 12 000 cartouches laser qui ont été trouvé en Côte d’Ivoire, sans compter les 12000 composants d’impression illicites qui ont également été saisis.

Ce succès est dû à un travail de longue haleine qui a notamment visé de nombreux magasins ainsi que des entrepôts suspects.

HP s’est exprimé après cette importante saisie, arguant qu’il est important de stopper toute activité liée à la contrefaçon de compatibles, car cela pourrait avoir des graves conséquences sur les performances d’impression chez l’utilisateur. Les porte-parole de la marque ont également ajouté que l’utilisation de cartouches factices pourrait empêcher la mise en place de la garantie en cas de mal fonctionnement.

hp guerre.2jpg

Il va sans dire que la firme américaine ne va pas lâcher l’affaire et Glenn Jones, directeur du Programme mondial de la lutte contre la contrefaçon, a déclaré que HP poursuivait ses efforts afin de mettre un terme définitif à ce genre d’agissement.

Pour information, ce sont près de 12 millions de contrefaçons qui ont été saisis ces cinq dernières années, et HP aurait également mis en place plus de 4500 audits et inspections jugés suspects. Entre impression de faux billets et contrefaçon, les constructeurs ont encore fort à faire !

 

                                 

juin 04

Des récifs imprimés à Monaco !

 

monaco1

L’impression 3D est en passe de devenir le meilleur moyen de redonner vie à des personnes ou des habitats. Alors que l’on construit désormais à tour de bras des prothèses et autres maisons en 3D, cette nouvelle forme d’impression en vient même à donner un coup de pouce à la nature !

En effet, la principauté de Monaco a décidé de faire appel à des imprimantes pour sauver son récif. C’est un travail de longue haleine qui a donné lieu à cette petite innovation, fruit d’une collaboration entre de nombreux acteurs, que ce soit des écologistes spécialisés dans les fonds marins, divers instituts de recherche ainsi que des experts en impression. Pour ce qui est de la conception visuelle des récifs imprimés, c’est l’université de Nice qui s’est chargé de la tâche, tout en respectant au maximum la topologie des fonds marins.

Il a fallu se rendre aux Pays-Bas pour imprimer ces impressionnants blocs, avec une imprimante conçue pour imprimer des unités pouvant aller 2500 kilos au niveau du poids.

Les récifs imprimés finiront ainsi leur carrière à 27m de profondeur, afin de redonner vie à la flore sous-marine locale. Selon Bernard Fautrier, vice-président de la Fondation Albert II, ce dispositif a tout d’innovant et cela pourrait être le premier pas vers une réhabilitation de la faune marine sur d’autres sites.

 monaco2

Les fonds marins risquent ainsi d’avoir une fière chandelle envers l’impression, cette dernière étant devenu au fil des années une solution verte efficace, allant même jusqu’à utiliser les algues pour nourrir intelligemment les imprimantes.