mai 08

L’impression 3D va décrocher la Lune

base-lunaire

 

L’homme caresse depuis longtemps l’idée d’accueillir une base sur la Lune. Tenant dans un premier temps de la science-fiction, le projet a cependant murit au fil des années, notamment avec l’émergence de l’impression 3D.

L’ESA, l’agence spatiale européenne, n’a jamais ainsi caché ses envies de construire une base par-delà notre atmosphère, faisant sans cesse des recherches afin de trouver la matière constructible qui fera la différence. Les derniers résultats de l’agence sont plus qu’encourageants, les têtes pensantes de celle-ci ayant réussi à imprimer des briques qui pourraient faire l’affaire.

Baptisée Regolight, le projet permettrait aura pour finalité d’utiliser la poussière se trouvant sur la Lune pour imprimer les bases. Hors de question ainsi de ramener trop de matériaux depuis la Terre. Des expériences, utilisant de la poussière lunaire artificielle, ont donné vie à des briques de 20cm (avec une largeur de 10cm et une épaisseur de 3cm), chaque brique nécessitant 5 heures de passage dans l’imprimante. La solution pour l’impression lunaire a-t-elle enfin été trouvée ?

Afin de mettre toutes ses chances de son côté, l’ESA compte collaborer avec un cabinet d’architecte, Foster+Partners, afin de parfaire ses tests. L’agence a également évoqué un partenariat sur le long terme avec la Chine.

lune-3d

Dans l’immédiat, l’ESA poursuit ses expérimentations et espère, dans un premier temps, parvenir à donner vie à ses briques lunaires plus rapidement. On ignore quand les premières habitations 3D créées en dehors de notre planète verront le jour, même si les premières estimations parlent d’une base lunaire imprimée d’ici 2030.

déc 28

Il fabrique sa propre imprimante 3D, ce qu’il va en faire est incroyable !

 

imprimer-batiment-chine

On n’est jamais mieux servi que par soi-même ! C’est ce qu’a dû se dire M. Wang, un fermier chinois, habitant dans le comté de Jingning, dans la province de Gansu. En effet, l’homme a utilisé son temps libre pour se créer une imprimante 3D, rien de plus !

L’imprimante 3D, mesurant 6 mètres de longueur pour 1,5 mètre de largeur et 3 mètres de hauteur, est capable de créer des murs imprimés. En connectant la machine à son ordinateur, M. Wang a pu imprimer des structures à paroi creuse en 3D, couche par couche, en utilisant un matériau mixte, constitué de ciment et de sable fin. L’imprimante 3D maison, qui fonctionne comme n’importe quelle imprimante de ce type, extrude le mélange de ciment couche par couche à travers une buse. Selon les personnes ayant pu voir le résultat fini, le mur 3D imprimé est parfaitement solide ! Ainsi, en confectionnant des parois creuses, l’agriculteur a pu les remplir de matériaux isolants, les rendant non seulement forts, mais également bien isolés.

Revenant en détail sur sa création, M. Wang explique que son imprimante offre beaucoup d’avantages par rapport aux méthodes traditionnelles de construction. Premièrement, En créant la structure directement à partir d’un modèle numérique, de nombreuses étapes sont éliminées dans le processus de construction, ce qui rend le cycle de production plus court. Deuxièmement, l’imprimante réduit la quantité de travail nécessaire à la construction. Troisièmement, les matériaux utilisés avec l’imprimante 3D ne sont pas chers et facilement accessibles. Et enfin, et non des moindres, plus aucune limite au niveau de la taille et du design !

imprimer-batiment

Fier de sa création, M. Wang veut légitimement faire breveter son invention. Même si les imprimantes fabriquant des maisons sont déjà une réalité, voilà une nouvelle preuve qu’un procédé d’impression révolutionnaire peut faire ressortir l’inventeur sommeillant en chacun !

mar 25

Une imprimante 3D va construire un village tout entier

big-delta

On peut déjà imprimer des pizzas, des voitures, voire même des maisons. Afin de continuer dans la surenchère, au niveau de l’impression, un nouveau projet risque de faire parler de lui. Les têtes pensantes derrière la plus grande imprimante du monde veulent, tout bonnement, imprimer un village entier !

C’est en Italie que ce petit projet risque de voir le jour. Il n’est pas rare d’entendre de nos jours des projets dantesques, mêlant à la fois impression et construction (on pense aux maisons imprimées en Chine), mais le projet Shambalha pousse la barre encore plus loin. Pourquoi un tel nom ? Les créateurs ont voulu affubler leur village d’un nom évoquant calme et volupté, à l’instar de la mythique cité

Selon les créateurs de la Big Delta, l’imprimante en charge de l’opération, le but est de créer diverses habitations via impression, mais également des potagers viables. Le village expérimental devrait aussi avoir, en son sein, un laboratoire comportant de plus petites imprimantes 3D, afin d’imprimer des objets de tous les jours.

Un tel projet ne serait sans doute pas réalisable sans l’apport de la Big Delta, qui se targue d’être la plus grande imprimante 3D au monde. La société WASP, chapeautant le projet, a signé un accord avec le maire de Massa Lombarda, un village situé dans la province italienne de Ravenne, recevant ainsi le feu vert pour cette opération dantesque.

big-delta2

Sur le long terme, WASP aimerait mettre au point des habitations pas chères, afin de donner un toit aux nombreuses personnes qui en sont dépourvues. Un beau projet eco-responsable, qui risque de redéfinir le monde la construction dans les années à venir.