mar 25

Une imprimante 3D va construire un village tout entier

big-delta

On peut déjà imprimer des pizzas, des voitures, voire même des maisons. Afin de continuer dans la surenchère, au niveau de l’impression, un nouveau projet risque de faire parler de lui. Les têtes pensantes derrière la plus grande imprimante du monde veulent, tout bonnement, imprimer un village entier !

C’est en Italie que ce petit projet risque de voir le jour. Il n’est pas rare d’entendre de nos jours des projets dantesques, mêlant à la fois impression et construction (on pense aux maisons imprimées en Chine), mais le projet Shambalha pousse la barre encore plus loin. Pourquoi un tel nom ? Les créateurs ont voulu affubler leur village d’un nom évoquant calme et volupté, à l’instar de la mythique cité

Selon les créateurs de la Big Delta, l’imprimante en charge de l’opération, le but est de créer diverses habitations via impression, mais également des potagers viables. Le village expérimental devrait aussi avoir, en son sein, un laboratoire comportant de plus petites imprimantes 3D, afin d’imprimer des objets de tous les jours.

Un tel projet ne serait sans doute pas réalisable sans l’apport de la Big Delta, qui se targue d’être la plus grande imprimante 3D au monde. La société WASP, chapeautant le projet, a signé un accord avec le maire de Massa Lombarda, un village situé dans la province italienne de Ravenne, recevant ainsi le feu vert pour cette opération dantesque.

big-delta2

Sur le long terme, WASP aimerait mettre au point des habitations pas chères, afin de donner un toit aux nombreuses personnes qui en sont dépourvues. Un beau projet eco-responsable, qui risque de redéfinir le monde la construction dans les années à venir.

mar 22

Une imprimante 3D aide à la séparation de jumeaux siamois

3d-siamois

C’est une première dans le domaine médical. Ce 24 février, les imprimantes 3D sont, une fois de plus, venues à la rescousse de médecins, permettant de sauver la vie de deux bébés siamois.

Yu Ce Yuan et Yu Ce Xiang sont deux bébés siamois, nés il y a quelques mois. Lors de l’accouchement, la mère et les médecins s’aperçoivent que les deux enfants sont collés par l’abdomen. Malheureusement, les parents n’ont pas les moyens de payer la lourde opération, celle-ci devant s’effectuer à l’hôpital pour enfants de l’université de Fudan, à Shanghai.

Mais heureusement, leur mère Zhou Li, et leur père Yu Dang, ont pu compter sur la générosité des personnes du monde entier grâce à l’association « Amour sans frontières », qui a récolté 50 000 euros de dons pour aider le couple. Ému par ce geste, Yu Dang n’a pas manqué de faire part de sa reconnaissance envers chaque personne.

L’opération aura duré 12 heures, et pour la réaliser, une longue préparation à été nécessaire. Après divers IRM, les médecins ont effectué une reconstitution du squelette des bébés, à l’aide d’une imprimante 3D. Le but avéré de l’impression :visualiser le déroulement de l’opération qui allait être effectué, afin de faciliter les chirurgiens durant l’intervention. Cette dernière a nécessité la séparation de l’os pelvien, du foie, et de l’intestin par les chirurgiens. Ce fut, ensuite, au tour des urologues de placer la vessie des nouveaux-nés. Pour terminer, des chirurgiens orthopédiques ont recréé les cavités pelviennes. Les bébés ont, ensuite, été recousus et amenés en soins intensifs, afin d’êtres étroitement surveillés

.3d-siamois2

Les parents sont, en tout cas, optimistes quant aux chances de survie de leurs enfants. Quoi qu’il en soit, l’impression en relief fait de nouveau parler d’elle, et les miracles causés par les imprimantes ne risquent pas de s’arrêter !

jan 18

Il récrée un insecte disparu il y a des millions d’années à l’aide d’une imprimante

trilobite3d

Les possibilités de l’impression 3D ont permis à des personnes de donner vie à des objets assez hétéroclites et farfelus, attirant parfois l’attention d’individus soucieuse de redonner vie à des choses ayant depuis longtemps disparu. Ainsi, des paléontologues avaient trouvé un moyen de recréer des squelettes de dinosaures en utilisant une imprimante, à l’instar d’Allan Drummond, un chercheur nous venant de Chicago et passionné par un insecte atteint depuis 250 millions d’années.

Les trilobites ont ainsi tiré leur révérence il y fort longtemps et Drummond a toujours rêvé de tenir l’une de ces bestioles en main. De par leur physique atypique et particulièrement compliqué à reproduire avec un simple moule, le chercheur s’est plutôt tourné vers la solution de l’impression pour redonner vie à l’insecte préhistorique. Après avoir arpenté de nombreuses universités afin d’observer des trilobites de près, il a jeté son dévolu sur un type d’insecte spécifique afin de le reproduire l’insecte de la meilleure des manières.

Après quelques heures supplémentaires à lire nombre de livres sur le sujet, le scientifique a d’abord recréé un modèle 3D du trilobite via Blender, il a utilisé de la résine pour imprimer l’insecte tant convoité avant de passer de l’acier, du bronze et même de l’argent.

trilobite3d2

Le résultat est des plus convaincants, Drummond ayant réussi à reproduire le trilobite avec une minutie et un souci du détail effarant. Si jamais vous souhaitez ainsi redonner vie à un animal ou insecte disparu il y a des millions d’années de cela, inutile de passer des heures à essayer de sculpter le tout, pensez à utiliser une imprimante.

jan 11

Polaroïd fait son entrée fracassante dans le monde de l’impression

polaroid1

Les nouvelles imprimantes 3D sortent à tire-larigot toutes les semaines et si certains se sont bien ancrés dans le domaine ( Makerbot en tête) alors que d’autres jouent encore aux abonnés absents (un certain HP qui joue les arlésiennes depuis plusieurs mois), il arrive parfois que certaines marques relativement inattendues débarquent dans le monde de l’impression.

 

Ainsi, si l’on connaissait surtout Polaroïd pour ses appareils photos légendaires, on ne pensait pas voir arriver de sitôt une imprimante arborant le nom de la marque. Profitant du salon du CES qui se déroule chaque début d’année à Las Vegas, le constructeur a ainsi dévoilé son imprimante, la Modelsmart 2505.

A contrario de certaines machines nécessitant un doctorat pour en comprendre le fonctionnement, Polaroïd a opté pour une facilité d’utilisation à tous les étages, afin que le possesseur s’en sorte en un rien de temps. Par exemple, s’il vous faut imprimer un objet nécessitant une plus grande densité de résine, vous pourrez effectuer la manipulation en un rien de temps. Mieux encore, la Modelsmart vous permettra d’imprimer avec du bois et non qu’avec du plastique, tout en vous annonçant le temps estimé nécessaire pour imprimer.

polaroid2

Pour ce qui est des autres spécificités de l’imprimante, voici un petit résumé de son CV :

  • Au niveau de la résolution d’impression, l’imprimante planchera sur du 50 à 350 microns
  • La vitesse d’impression tournera autour de 20 à 100mm/s
  • Une caméra WiFi vous permettra de suivre l’évolution de vos impressions

Au grand dam du reste du monde, Polaroid a annoncé que son nouveau bébé sortira dans 15 pays d’Europe, pour un tarif qui devrait se situer aux alentours de $2,200. Nous y reviendrons.

déc 29

La Mondrian 3.0 : l’imprimante 3D fabriquée par impression

mondrian

 

Il n’est pas rare de voir des projets d’imprimante 3D fleurir chaque semaine, tentant de sortir du lot en proposant des innovations plus ou moins originales. 2016 ne dérogera pas à la règle et verra apparaître son lot d’imprimantes, dont la Mandrian 3.0, mis en place par Open Edge. Pas de quoi s’extasier au premier abord devant cette imprimante mais celle-ci possède une particularité assez originale : celle-ci a été conçue par impression !

En effet, pourquoi fabriquer des pièces pour une imprimante alors que l’on peut imprimer celles-ci !Selon l’une des têtes pensantes derrière le projet, Emmanuel Giloz,, la compagnie Open Edge tenait à conserver cet aspect comportant des inconvénients mais également des avantages. En effet, la compagnie pourra par exemple envoyer des mises à jours imprimées aux possesseurs de la machine. Simple et ingénieux à la fois !

Selon Open Edge, l’imprimante en question serait ainsi capable de créer des pièces solides et effectives, le tout grâce à un chariot d’impression qui aura lui-même été imprimé au préalable. Parmi les options que propose la Mondrian 3.0, il sera possible d’opter pour une double tête d’extrusion ou une tête d’impression pour liquides (si l’envie vous prenait par exemple d’imprimer des pancakes).

mondrian

Si vous souhaitez avoir une imprimante 3D imprimée vous tente, sachez qu’une campagne vient de commencer sur Kickstarter, la compagnie visant à amasser près de 30,000 euros pour une commercialisation de leur bébé. Si tout se passe bien, les premiers exemplaires de la Mondrian 3D devraient faire leur apparition d’ici juin 2016, pour un prix de 900 €

août 28

L’imprimante 3D de Dremel débarque enfin en France

 

imprimante-dremel

Nous vous avions déjà parlé de l’imprimante 3D de Dremel dans un précédent billet et les amateurs d’outillage et d’impression vont pouvoir se frotter les mains, celle-ci étant bientôt disponible dans nos vertes contrées.

L’un des leaders mondiaux du bricolage a ainsi décidé d’entrer dans le cercle très fermé des constructeurs d’imprimante 3D, proposant ainsi au monde la Idea Builder (la « constructrice d’idée »), un nom que trop bien choisi pour une compagnie qui se spécialise dans l’outillage !

Pour ce qui est des spécificités de cette imprimante, elle aura des mensurations des plus correctes, soit 40 x 48,5 x 33,5 cm pour un poids avoisinant les 8,8 kg et se basera sur le PLA pour imprimer des objets. A noter que ces derniers pourront atteindre les 23 x 15 x 14 cm.

Que les bricoleurs du dimanche se rassurent, Dremel a conçu un logiciel des plus faciles à prendre en main afin de vous guider dans l’exercice de l’impression, vous permettant de créer votre objet le plus simplement du monde.

Les plus impatients seront ainsi ravis d’apprendre que l’imprimante sera déjà disponible à la vente à partir du 1er septembre pour un tarif de 999 euros (sous réserve de modifications) tandis que les filaments seront disponibles à 34 euros. L’imprimante sera livrée en bundle avec du filament blanc ainsi qu’un un câble USB, une carte SD, un câble d’alimentation, un dispositif de blocage de la bobine, deux films d’impression, un outil de désobstruction, une spatule pour pouvoir enlever le résultat de vos impressions, une feuille de nivellement, sans oublier un mode d’emploi en français.

 

imprimante-dremel2

La rentrée commence donc fort du côté de l’impression 3D, et l’on attend de pied ferme l’éventuelle contre-attaque des autres constructeurs !

juin 14

La Freaks3D : l’imprimante 3D qui réconcilie tout le monde

elecfreaks

Depuis l’apparition de l’impression 3D, il y a fort souvent eu (et c’est toujours le cas) quelques petits débats autour des qualités et défauts de cette forme d’impression. Nous avons ainsi d’un côté des imprimantes qui changent le monde, mais qui sont terriblement longues à imprimer. Nous avons également des imprimantes capables de nous imprimer tout et n’importe quoi, mais qui ne sont pas vraiment ergonomiques/économiques.

Afin de faire plaisir à tout le monde, une compagnie du nom d’Elecfreaks a décidé de mettre au point une imprimante qui passerait outre les défauts précédemment cités. C’est ainsi que la Freaks3D a fait son apparition. Avec un prix de lancement de 600 dollars, la machine ne sera certes pas abordable pour toutes les bourses, mais on est quand même loin des imprimantes frôlant parfois le millier de dollars. Autre avantage de la Freaks3D, son poids des plus raisonnables. Celle-ci pèsera à peine moins de 3 kilos et vous pourrez ainsi la porter où bon vous semble.

Outre le prix et la taille, d’autres petits éléments viennent pimenter le tout. Vous trouverez par exemple un lecteur de cartes SD dans l’imprimante et cette dernière pourra même fonctionner sur batterie. Du côté des matériaux d’impression, on retrouvera les habitués, le PLA et l’ABS, tandis que le PTU pourra également être utilisé.

freaks

Pas de chichis du côté du design de l’imprimante, celle-ci se contentera d’aller à l’essentiel, à savoir l’impression pur et dur. Reste à savoir désormais si les utilisateurs vont adopter cette nouvelle-venue ou pas. Réponse dans les prochains mois !

juin 08

La première moto imprimée fait son apparition

moteur_3d-0bc5f

Les amateurs de voitures ont depuis peu vu l’apparition de la première automobile conçue par impression 3D . Pas étonnant donc de voir que les aficionados des deux toues ont à leur tour eu de quoi se frotter les mains, une firme américaine de nom de TE Connectivity vient de présenter une belle machine fabriquée via une imprimante.

C’est lors d’un salon s’étant déroulé en Californie que la moto fut présentée au grand public. Ladite moto s’est quasiment fait imprimée de la tête aux pieds, du cadre de la machine en passant par les jantes ou le roulement des roues. Néanmoins, certaines parties un peu plus complexes comme les batteries ou les câbles électriques n’ont pu être dupliqués par impression. La moto est parfaitement fonctionnelle, mais ne comptez pas sur celle-ci pour aller arpenter le bitume, son autonomie se limitant à quelques minutes uniquement.

Même si l’engin fera surtout office de prototype, le but avéré de TE Connectivity est de démontrer que l’industrie des deux roues à tout à y gagner à beaucoup à y gagner de passer par l’impression 3D. A ce titre,l’un des cadors de l’univers du deux-roues, Ducati, s’est inspiré du procédé utilisé par TE pour mettre au moins un moteur de manière plus rapide. Résultat, seul 8 mois ont été nécessaire pour la création du moteur, contre les 28 mois habituels.

moto_3d-4-5aca5

On ignore désormais à quel point l’impression en relief va entrer dans le processus de fabrication des motos voire d’autres véhicules, mais l’afflux quotidien d’innovations en terme d’impression va sans doute donner encore plus d’idées aux fabricants !

mar 09

Il s’imprime entièrement une armure d’Ironman

 

ironman

Si vous êtes un amateur des BD de la compagnie Marvel, à qui l’on doit notamment les personnages de Spiderman ou Hulk, vous avez sans doute dû déjà rêver d’endosser l’armure ou la costume de l’un de vos héros favoris. A défaut d’avoir des supers pouvoirs, vous pourrez par exemple vous fabriquer, une belle armure, en vous aidant, vous l’aurez deviné, d’une belle imprimante 3D !

C’est ce qu’à ainsi décidé de faire Ross Wilkes, un fervent admirateur de Tony Stark et de son alter ego héroïque, Iron Man. Ce fleuriste (cela ne s’invente pas!) a ainsi décidé de s’imprimer une armure en s’aidant d’une imprimante de type Velleman. Notre héros en devenir n’a pas eu la tache facile car ce ne sont pas moins de 597 pièces qui ont ainsi dû être imprimées avant que celui-ci puisse enfin admirer son œuvre. L’armure en question, non content de ressembler à celle de son idole, est parfaitement fonctionnelle et utilisable. L’histoire ne nous dit pas cependant si celle-ci peut voler ou pas.

Même si l’impression en relief sera un formidable moyen d’imprimer ce que bon vous semble, il faudra parfois une sacrée patience afin de donner vie à sa création. Ainsi, ce ne sont pas moins de onze heures de travail qui ont été nécessaires (étalées sur 14 mois!!) à Wilkes pour qu’il parachève son chef-d’œuvre, sans compter l’investissement nécessaire.

Néanmoins, gageons que ce fleuriste en armure fera des émules et que l’on entendra bientôt d’autres histoires faisant intervenir des armures imprimés ! Pas sur néanmoins que ces ersatz 3D fassent long feu contre un véritable méchant !

fév 12

La VormVrij 3D : l’imprimante pour sculpteurs en herbe

 

Vous êtes un artiste dans l’âme et vous êtes un passionné d’impression ? Ce billet va sans doute vous intéresser ! Un couple de Néerlandais vient en effet de mettre au point une imprimante 3D qui devrait faire passer la sculpture dans une autre dimension !

Marlieke Wijnakker et Yao van den Heerik, les deux Néerlandais en question, ont mis au point la VormVrij 3D afin de faciliter le travail des artistes. Point fort de cet appareil, elle utilisera non pas du plastique mais de la terre glaise, une jolie alternative d’impression qui sierra plus aux velléités des deux designers. En sus de cela, ces derniers ont mis l’accent sur le fait qu’ils utilisaient un matériau parfaitement recyclable et qui serait encore viable dans 5000 ans. Comment allier l’utilise et l’agréable en somme. 

L’imprimante en elle-même mesure 83,82 cm et est conçue pour imprimer des objets en l’espace de 15 minutes seulement. Outre le gain de temps à l’impression , la prise de rendez-vous avec le modèle serait encore plus aisée. Selon Wijnakker, il suffirait par exemple que le modèle et l’artiste 3D se rencontrent autour d’un verre et ce dernier se contentera de prendre quelques photos en haute définition du futur « sculpté » ainsi qu’un scan rapide de la partie supérieur de son corps. Un passage par la case impression et quelques retouches manuelles histoire de parfaire le tout et le tour serait joué.

Le couple vise un public de semi-professionnels et d’amateurs et a déjà comme projet de lancer une commercialisation massive de leur imprimante. Selon eux, les possibilités d’une telle forme d’impression ont à peine été explorées et le meilleur reste à venir.  On ne demande qu’à les croire !!