juil 15

Les matériaux phares de l’impression 3D

Makerbot_Replicator_3-1

 

Les imprimantes 3D nous promettant monts et merveilles en terme d’objets, d’aucuns seraient curieux de savoir quelles sont les principales “encres” qu’utiliseraient ces appareils. Voici une petite liste non exhaustives du carburant phare de ces fameuses imprimantes.

Le plastique

Premier matériau utilisé dans ce type d‘impression, le plastique demeure très prisé en raison de son extrême malléabilité et sa capacité de refroidissement accrue. Les plastiques les plus communs sont le PLA ( ou acide polyatique) et l’ABS ( l’acrylonitrile butadiène styrène) tandis que d’autres comme le polycarbonate et le polyéthylène haute densité font également partie du lot.

Le métal

A contrario du plastique, le métal sera un peu plus dur à travailler et gagnera par exemple en densité lorsqu’il fondra. Un élément  que les utilisateurs d’imprimantes doivent constamment prendre en compte avant d’imprimer leurs éléments. On utilisera notamment le métal dans la bijouterie et on a souvent utilisé des métaux précieux comme l’or, le platine, l’argent voire le bronze.

La céramique

Bien que cette soit matière soit assez fragile, elle est  capable de supportable des grandes chaleurs. Elle se présentera souvent sous forme d’une poudre qui sera comprimée ou sinon sous forme liquide avant de se faire solidifier.

 

Les autres matières.

Vous n’êtes pas sas savoir que de nombreux autres matières comme le chocolat sont souvent utilisées pour de belles sculptures comestibles. Le bois peut également être utilisé sous la forme de pulpe tandis que d’autres outsiders comme le papier et même la cire peuvent désormais faire office d’encre aux imprimantes 3D.

fév 25

L’impression 3D s’attaque désormais au métal

 

 

On est encore loin d’avoir la parfaite imprimante en relief pouvant imprimer tout ou rien mais au rythme où vont les choses, on verra bientôt apparaitre une machine parfaitement universelle! En attendant, les concepteurs d’imprimante 3D font des pieds et des mains pour domestiquer tout les matériaux qui soient et il est désormais possible, grâce au savoir faire d’une société hollandaise, d’imprimer des éléments faits de métal!

A première vue, la MX-3D Métal nous évoque tous sauf une imprimante lambda. Son design rappelle à première vue un bras  robotisé et seul le quidam avisé pourra y voir une nouvelle machine capable d’imprimer des tiges de métal en un rien de temps.
Là où la MX-3D fait fort, c’est qu’elle arrive à contourner le sacro-saint modus operandi des imprimantes 3D, à savoir imprimer des éléments couche par couche . Le bras mécanisé permet ainsi l’impression de tiges de métal à l’horizontal, à la vertical voir même sur les côtés. C’est grâce à sa torche à souder que l’appareil peut réaliser cet exploit et ce en utilisant tout les types de métaux disponibles.

Il est évident qu’on n’est pas prêt de voir débarquer une telle imprimante chez soi au vu de sa taille des plus imposantes mais les propriétés d’une telle machine pourrait donner pas mal d’idées à certains. Les concepteurs sont quant à eux en train de mettre au point un banc en métal entièrement conçu avec cette imprimante XXL pour ensuite la présenter à une galerie d’art dans les mois à venir. 
Le designer derrière l’imprimante évoquant également les propriétés anti-gravitationnelles de celle-ci, gageons que la NASA, qui n’arrête pas de faire les yeux doux à cette technique d’impression, ne devrait pas tarder à acquérir quelques MX-3D pour ses futures missions!