sept 16

Ils tentent de payer avec un faux chèque imprimé

fauxchèque

Même si les imprimantes seront, généralement, des appareils servant à imprimer des documents ordinaires, il arrive parfois que certains individus trouvent une utilité autrement respectueuse aux jets d’encre ou laser

Dernier cas en date, deux personnes ayant été interpellées à Lyon après une tentative avortée de paiement par faux chèque. Le document, affichant la coquette somme de 925 euros, avait été créé via une imprimante laser que la police a retrouvée après avoir effectué une perquisition dans la maison de l’un des deux accusés. D’autres éléments tels des cartes magnétiques vierges ainsi qu’une machine à encoder ont été retrouvé sur les lieux. À noter que l’un des deux interpellés n’a que 17 ans et qu’elle possédait également une fausse carte d’identité.

Les malfaiteurs sont pour le moment en liberté mais une enquête est toujours en cours suite à l’incident.

L’affaire peut sembler banale surtout quand on sait que des personnes peuvent écoper de peine très lourde suite à l’impression de faux billets. Ce fut le cas de deux sexagénaires qui ont écoulé de fausses coupures durant des années ! Résultat, ils risquent près de 30 ans de prison suite à leurs méfaits. Outre les billets et autres chèques, certaines autres sont allés parfois plus loin, utilisant des cartouches laser pour transporter de la drogue.

faut-billet

Il aurait été difficile de croire, il y a quelques années, que l’utilisation des imprimantes à des fins criminelles allait prendre une telle ampleur. Avec l’émergence des imprimantes 3D, nous avons assisté à l’apparition d’armes créées par impression. Le revers de la médaille en quelque sorte !

mai 12

Un Japonais se fait arrêter pour possession d’arme imprimée

Alors que nous pensions que les faits-divers concernant les armes à feu venant des imprimantes 3D seraient l’apanage du pays à la bannière étoilée, c’est du côté du Japon qu’une affaire concernant la fabrication via impression d’un engin de mort a défrayé la chronique, causant ainsi le premier cas de ce genre dans le pays.

Un jeune homme de 27 ans a ainsi été arrêté suite à diverses accusations de possessions d’armes imprimées, causant un certain remous dans un pays qui se targuait jusque là de posséder l’un des taux de criminalité les plus bas au monde.  Les deux armes saisies chez le nippon ont par la suite été analysées, prouvant ainsi que les objets étaient parfaitement capables de tuer quelqu’un.  Aucune balle n’a cependant retrouvé dans le domicile du coupable.
Celui-ci aurait ainsi télécharger des plans depuis un site étranger et aurait avoué qu’il avait imprimé les armes sans l’intention de commettre un crime quelconque, croyant que ce n’était nullement illégal de le faire.  Loin de vouloir garder son activité secrète, le jeune homme s’amusait ainsi à poster régulièrement ses activités sur Twitter, attirant  la curiosité de la police qui n’a pas manqué de s’intéresser de plus près aux activités de l’accusé.

Les autorités ont refusé de commenter l’incident et on ignore encore quel sera le verdict cette l’affaire relativement inédit dans le pays. Il est tout à fait possible de posséder une arme au Japon mais le pays possède également des lois très stricts et avoir un révolver dans son tiroir n’est pas donné à tout le monde. Vu que ce type d’affaire ne risque pas d’être la dernière en son genre, on ignore ainsi si une nouvelle loi devrait être inventée à l’avenir pour fabrication d’arme à l’aide d’une imprimante!