juil 20

HP veut se mettre au vert !

recyclagecartouche2

 

Recyclage et impression font parfois bon ménage. Bien que les consommables ont la fâcheuse tendance de polluer l’environnement, de nombreuses solutions ont été trouvés au fil du temps pour contrer le tout. Si la recharge de cartouche est bel et bien d’actualité, les constructeurs veulent également mettre la main à la pâte pour réduire les déchets générés.

HP devrait se tourner de manière plus drastique vers le recyclage de plastique, grâce à l’impulsion du ministère de la Transition écologique, qui souhaiterait que certaines entreprises se mettent plus en avant sur le terrain de la protection de l’environnement.

La firme américaine est déjà familière des campagnes misant sur l’écologie. Elle a ainsi œuvré en Haïti, en 2017, où elle a distribué des cartouches d’encre fabriquées à partir de bouteilles en plastique recyclées.

Toujours en 2017, la marque a utilisé plus de 18000 tonnes de plastique recyclée post-consommation, tout en espérant faire augmenter ce chiffre d’ici 2020. On parle de 50% de plastique recyclé d’ici là.

Si HP veut montrer patte verte, ce sera également en adéquation avec d’autres acteurs tels que des fournisseurs, des clients et autres organisations de type industriel. À ce titre, la marque a également rejoint l’Institut de l’économie circulaire dans le but de partager, avec d’autres, son point de vue quant à ce modèle économique plus vert.

Reste désormais à savoir si d’autres marques suivront la tendance, même si certains constructeurs font de l’écologie l’une des pierres angulaires de leur modus operandi. On se souvient ainsi de Brother qui avait reçu un prix en 2016 pour ses efforts écologiques.

 

                                  

mar 27

3DPrintClean : l’imprimante 3D qui vous permet de respirer

3dprintclean

 

Il ne faut parfois pas baisser les bras quand un projet se casse les dents lors d’un financement participatif. En effet, le projet 3DPrintClean, un concept d’imprimante 3D visant à bloquer les émissions de particules néfastes durant l’impression, n’avait su générer suffisamment de buzz durant sa campagne. Son concepteur, James Nordstrom, n’a cependant pas lâché l’affaire, n’hésitant pas à sortir son imprimante contre vents et marrées.

Résultat, un beau succès pour cette machine promouvant l’impression verte, celle-ci ayant rencontré un certain plébiscite dans les universités, les librairies et tous les lieux souhaitant garder une atmosphère aussi conviviale que respirable. À noter que même des compagnies comme Samsung ont adopté la 3DPrintClean.

Désormais, l’imprimante a fait son petit bonhomme de chemin et une version 3.0 est d’ores et déjà en route. Selon Marc Hulswit, responsable marketing, la nouvelle version de l’imprimante est la résultante d’un long processus où les têtes pensantes ont pris en compte toutes les doléances des utilisateurs afin d’améliorer la machine.

Bilan des courses : le modèle numéro 3 comportera un filtre plus large et plus durable que son prédécesseur, ainsi que d’autres options permettant de déshumidifier le PLA et des écrans pour contrôler la température interne et le taux d’humidité. Mieux encore, l’imprimante intègre également un système anti-incendie, si jamais le feu se déclenchait pendant l’impression.imprimante-verte

Alors que la question du danger de l’impression 3D pour notre santé commençait à se rependre, il est bon de voir que certains pensent avant tout au bien-être des utilisateurs et non à la puissance de feu de leur appareil !

mai 22

Pleins feux sur la e-Studio 306LP, l’imprimante écolo de Toshiba

Allier impression et écologie demeure encore pour beaucoup une mission quasi impossible mais il arrive parfois  qu’une compagnie montre le bon exemple en décidant de miser sur des machines prônant une utilisation plus saine et verte de ses cartouches.

Loin d’être la référence absolue dans le landerneau des constructeurs, Toshiba a pourtant décidé de sortir des sentiers battus en proposant sa e-Studio 306LP, une imprimante laser pouvant effacer ses feuilles utilisées pour pouvoir les réutiliser par la suite (environs 5 fois). Cette petite prouesse est possible grâce à une poudre de toner très particulière qui s’efface sous l’effet de la chaleur. Même si la feuille comporte quand même quelques traces par la suite, il est tout à fait possible de la réutiliser en n’y voyant que du feu.

Cette méthode aura comme principale avantage une économie substantielle au niveau de la consommation de papier. Ce serait près de 80 % de papier qui serait ainsi économisé, sans compter le petit coup de pouce qui sera fait à l’environnement. Toujours pour rester dans un optique résolument verte, l’imprimante fait également appel à des plastiques issus de la biomasse, réduisant de près de 20% le rejet de CO2 lors de sa conception! Loin de s’arrêter en si bon chemin, la e-Studio 306LP possède également quelques petites options non négligeables, à l’instar de son système de tri permettant de différencier les feuilles recyclables et celles qui ne le sont pas. Ce procédé ralentira certes le processus d’impression mais l’idée mérite largement d’être saluée.

Il est plaisant de voir des compagnies miser sur l’impression écologique alors que certains constructeurs tardent encore à opter pour des solutions pus vertes.  Avec son e-Studio 306LP, Toshiba montre en tout cas qu’il est possible de rendre utilisateurs et écologistes heureux avec une machine sortant mine de rien de l’ordinaire!