fév 29

Un homme sauvé par des implants imprimés en 3D

vertebre-3D

 

Un Australien souffrant d’un grave cancer s’est vu sauver la vie grâce à l’aide d’implants en titane qui lui ont été implantés en remplacement de ses vertèbres cancéreuses. Ce petit exploit est à mettre sur le compte d’une imprimante en relief, qui aura servi à imprimer les deux implants salvateurs.

C’est une société du nom du nom d’Anatomics qui s’est chargé d’imprimer les deux implants avant qu’ils ne finissent dans le corps du patient, un nommé Drage Josevski. Ce dernier souffrait d’une forme de cancer rare et particulièrement difficile à soigner. Devant la difficulté de la tâche, les médecins se sont alors tournés vers la solution de l’impression, afin de sauver la vie de leur patient.

Les nouvelles vertèbres ont été imprimées sur mesure, afin qu’elles s’emboîtent à la perfection dans la colonne vertébrale du patient. Après cela, il aura fallu près de 15 heures pour poser les deux implants imprimés. Les médecins ont ainsi dû détacher la tête du cou avant de passer par la bouche de Josevski et lui enlever les tumeurs. Une opération des plus complexes mais qui s’est soldée par un succès retentissant, faisant de celle-ci une première mondiale.

 vertebre-3D2

Le patient se remet de l’intervention et même s’il n’est pas encore en mesure de parler et de manger correctement, il arrive quand même à bouger sa tête sans trop de difficulté.

Le chirurgien responsable de l’intervention, Ralph Mobbs, a quant à lui fait l’apologie de l’impression en relief, arguant que ce procédé allait permettre de sauver bien des vies et restaurer des fonctions sur des futurs patients.

fév 03

L’Arke : l’imprimante 3D qui utilise du papier

1

 

Ce n’est un secret pour personne, les imprimantes auront pour habitude d’utiliser du papier pour l’impression. Cependant, les imprimantes 3D auront plutôt tendance à utiliser des éléments comme l’ABS ou le PLA, à quelques exceptions près. En effet, la nouvelle trouvaille de la compagnie Mcor a décidé de combiner allègrement les deux.

L’Arke, l’imprimante présente ainsi deux spécificités : utiliser du papier pour donner vie à des objets et imprimer ces derniers en couleurs ! A ce titre, les têtes pensantes de Mcor affirment que c’est l’unique imprimante répondant aux normes colorimétriques de l’ICC (le comité international de la couleur) . L’appareil repose sur un principe de lamination de papier, où une pile de feuilles A4 se verra découper et « polie » pour donner vie à l’objet désiré.

Au niveau des performances, l’Arke sera en mesure d’imprimer à une résolution de 4800 x 4800 DPI pour un volume d’impression de 240 x 205 x 125 mm . L’imprimante est compatible avec les PC et les Macs et vous aurez aussi droit à une application smartphone gratuite qui vous permettra de manager vos impressions via les systèmes Android et iOS. A noter que la connectivité via WIFI, Bluetooth et USB seront également de mise.

2

 

L’Arke vient en six coloris différents et devrait être disponible pour 8995 euros pour une sortie dans le courant de l’année. Selon le docteur Conor MacCormack, le but de Mcor est de démocratiser l’impression 3D et de placer une imprimante dans chaque salle de classe ou maison. Une nomble entreprise pour une imprimante qui risque de faire bouillonner les esprits les plus créatifs !

fév 01

Les imprimantes 3D seraient-elles nocives pour notre santé?

Vous avez sans doute remarqué à quel point les imprimantes 3D étaient en train de prendre de l’essor dans le monde de l’impression. Si leur succès est de plus en plus indéniable, le tableau serait loin d’être parfaitement idyllique. En effet, il semblerait que ces nouvelles imprimantes soient nocives pour notre santé .

C’est une étude franco-américaine qui aurait décelé le problème, celui-ci provenant notamment des particules émises durant l’impression.

Les scientifiquess se sont ainsi basés sur 5 imprimantes pour mener à bien leurs recherches: les FlashForge Creator, Dremel 3D Idea Builder, XYZprinting da Vinci 1.0, LulzBot Mini et Makerbot Replicator 2X. Ils se sont également concentrés sur les consommables les plus utilisés sur ces machines, le PLA et l’ABS, même si d’autres éléments comme le nylon ont également été scrutés de haut en bas.

Après avoir étudié la quantité de nanoparticules et de gaz émise par les imprimantes, les scientifiques sont arrivés à la conclusion suivante : quelques précautions seraient à préconiser ! En effet, des éléments comme le caprolactame ou le styrène sont rejetés par les imprimantes, le premier étant irritant pour la peau tandis que le second serait des plus cancérigènes. A ce titre, les scientifiques ont également découvert que la quantité d’éléments nocifs émis était parfois 20 fois supérieure à la normale.

photo-emission-particules-imprimantes-3d

Au vu de ces résultats, les têtes pensantes ont conseillé aux fabricants d’imprimante de mieux protéger les appareils en y apposant des filtres qui limiteraient l’émission de particules dangereuses. Une petite mise au point s’impose donc, les imprimantes 3D, aussi innovantes soient-elles, étant encore loin de convaincre à certains niveaux.

jan 27

Innovation : une imprimante créant des objets microscopiques

3d1

Si l’on aura tendance à imprimer des éléments parfois gigantesques (voiture ou maison), il arrivera aussi que l »on fasse tout l’inverse, à savoir imprimer l’infiniment petit (ou presque). Ainsi, des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Zurich ont mis au point un procédé permettant la création et l’impression d’objets microscopiques.

 

On avait récemment évoqué cette école qui avait fait sensation en imprimant la plus petite image au monde. Semblant ainsi continuer sur la voie de son précédent exploit, ce sera cette fois l’impression 3D qui sera au cœur de l’expérience.

Inspirée d’une technique faisant intervenir une micro-seringue, c’est cette fois une micro-pipette qui sera utilisé pour cette délicate opération, l’instrument déposant couche par couche une solution composée de sulfate de cuivre, créant ainsi un objet dont la taille pourra varier de 800 nanomètres à 5 micromètres. A noter que si le cuivre a été mis en avant lors de l’annonce de l’expérience, les chercheurs ont également indiqué que d’autres matières (des métaux mais également polymères et autres matériaux composites) pourront être utilisés pour l’impression

. montre suisse

Si l’exploit mérite d’être souligné, d’aucuns se demanderont quelles seront les possibles applications de cette forme d’impression. Selon les têtes pensantes derrière le projet, certains secteurs comme l’automobile ou l’horlogerie pourront bénéficier des avantages de cette technologie, la minutie de cette dernière étant un véritable plus. Certains instruments médicaux pourraient également être imprimés de la sorte, notamment ceux utilisés pour la chirurgie endoscopique.

Avis en tout cas à ceux qui voudraient (re)créer des objets invisibles à l’œil nu.

déc 29

La Mondrian 3.0 : l’imprimante 3D fabriquée par impression

mondrian

 

Il n’est pas rare de voir des projets d’imprimante 3D fleurir chaque semaine, tentant de sortir du lot en proposant des innovations plus ou moins originales. 2016 ne dérogera pas à la règle et verra apparaître son lot d’imprimantes, dont la Mandrian 3.0, mis en place par Open Edge. Pas de quoi s’extasier au premier abord devant cette imprimante mais celle-ci possède une particularité assez originale : celle-ci a été conçue par impression !

En effet, pourquoi fabriquer des pièces pour une imprimante alors que l’on peut imprimer celles-ci !Selon l’une des têtes pensantes derrière le projet, Emmanuel Giloz,, la compagnie Open Edge tenait à conserver cet aspect comportant des inconvénients mais également des avantages. En effet, la compagnie pourra par exemple envoyer des mises à jours imprimées aux possesseurs de la machine. Simple et ingénieux à la fois !

Selon Open Edge, l’imprimante en question serait ainsi capable de créer des pièces solides et effectives, le tout grâce à un chariot d’impression qui aura lui-même été imprimé au préalable. Parmi les options que propose la Mondrian 3.0, il sera possible d’opter pour une double tête d’extrusion ou une tête d’impression pour liquides (si l’envie vous prenait par exemple d’imprimer des pancakes).

mondrian

Si vous souhaitez avoir une imprimante 3D imprimée vous tente, sachez qu’une campagne vient de commencer sur Kickstarter, la compagnie visant à amasser près de 30,000 euros pour une commercialisation de leur bébé. Si tout se passe bien, les premiers exemplaires de la Mondrian 3D devraient faire leur apparition d’ici juin 2016, pour un prix de 900 €

déc 17

Exclusif : Samsung se lance à son tour dans le monde des imprimantes 3D

Fig-1

Les grandes marques se décideraient-elles enfin à s’engager dans le merveilleux monde de l’impression 3D ? Alors qu’HP se décide tardivement à se lancer et qu’Apple lorgne s’est récemment octroyé un brevet d’imprimante, c’est au tour du géant coréen Samsung de se lancer dans la bataille !!

Après avoir conquis le monde de la téléphonie, Samsung attaquerait ainsi de manière plus frontale le marché des imprimantes. Les informations demeurent assez limitées pour le moment mais certaines détails ont quand même filtré ! Ainsi, les têtes pensantes derrière ce projet se nomment Kyoung-seok Pyun, Andrew Putilin, Alexander Morozov et Gee-young Sung L’imprimante quant à elle serait une imprimante 3D holographique,  qui posséderait en son sein une source lumineuse capable d’émettre un puissant rayon. A noter que ledit rayon pourra par la suite être subdivisé en deux autres rayons différents.

Voilà de quoi titiller notre attention, d’autant plus que le brevet à bel et bien été déposé cette semaine, après avoir été pendant longtemps cantonné dans un coin d’étagère depuis août 2012.

Le constructeur se veut discret pour le moment même si de nombreuses personnes souhaiteraient en savoir plus sur cette mystérieuse imprimante. Les velléités de la marque semblent en tout cas assez ambitieuses et d’aucuns se demandent désormais de quelle façon une imprimante holographique arrivera à surprendre son monde.

Fig-2

Il reste également à savoir si cette future imprimante sera à usage professionnel ou ouvert au grand public. A voir désormais quand le constructeur se décidera à éclairer notre lanterne ! Affaire à suivre !

déc 09

iPrinter : un concept d’imprimante s’inspirant d’Apple

iprinter1

Et si Apple se lançait dans la création d’une imprimante 3D ? Nous vous parlions très récemment de la possible entrée du géant de l’informatique et de la téléphonie dans le mode de l’impression 3D, du fait d’un récent dépôt de brevet impliquant un nouveau type d’imprimante.

 

Alors que tout le monde attend plus d’informations concernant cette éventuelle nouvelle imprimante, un designer du nom de Martin Hajek a eu l’idée de « concevoir » une imprimante qui pourrait parfaitement coller à la vision des fabricants de l’iPad et consorts. Non content de se demander à quoi ressemblerait ladite imprimante, le designer s’est également posé de nombreuses questions, notamment autour de la raison poussant Apple à entrer sur ce type de marché . Il s’est également demandé si cette imprimante serait à l’impression 3D ce que iTunes fut à la musique

Après ce brainstorming intensif, Hajek a donné naissance à l’iPrinter, un joli concept en parfait adéquation avec les autres produits de la marque à la pomme ! On se retrouve ainsi avec un design sobre et racé, évoquant les appareils de feu Steve Jobs et possédant un écran tactile sur le sommet, évoquant un bel iPad. L’imprimante aurait également à sa base un réservoir de résine facilement remplaçable en cas de panne sèche durant l’impression. L’histoire de ne dit cependant pas s’il faudra télécharger des plans d’impression sur iTunes !

iprinter2

Le concept flatte en tout cas le regard et on ignore si Apple s’en inspirera pour mettre au monde sa propre imprimante. Seul le temps nous le dira !

 

déc 08

La première imprimante spatiale en route pour l’ISS

pop3d

Quel plus cadeau pourrait-on faire à des astronautes résidants sur la station spatiale internationale ? Une belle imprimante 3D bien sûr ! Ainsi, ladite station s’est fait envoyer son dernier colis il y a quelques jours, colis contenant ainsi la première imprimante qui serait utilisable dans l’espace ! Une jolie première qui risque de chambouler de manière positive la vie hors de notre atmosphère !

 

La première imprimante à quitter le sol terrestre ( la POP3D) a été fabriquée en grande partie par la société italienne Altran Italia , avec l’aide de Thalès et de l’institut italien de technologie. Selon Costantino Volpe, l’une des têtes pensantes derrière le projet, cette imprimante est un bel exemple du savoir-faire local, donnant ainsi la possibilité de mise en place de projets futurs qui seraient bénéfiques à l’industrie de la recherche.

Outre l’innovation, la présence de l’imprimante à bord devrait être un outil de premier choix afin de créer des pièces de machinerie en un temps record. Mieux encore, les scientifiques pensant que l’apport de l’impression dans l’espace serait le premier pas vers un mode de vie plus confortable des astronautes au milieu des étoiles. Le vaisseau ayant à son bord la POP3D est actuellement en route et devrait atteindre sa destination le 9 décembre.

pop3d2

Les imprimantes et l’espace semblent depuis quelque temps être intimement liées, les scientifiques de la NASA ayant depuis un certain temps travaillé sur une façon d’alimenter les astronautes en pizzas imprimées ! On attend également l’arrivée des premières bases lunaires imprimées, projet de longue haleine qui devrait également bouleverser la conquête spatiale.

déc 03

Apple s’apprête à lancer une imprimante 3D

 

appel printer

 

Alors que l’on connaît la marque de feu Steve Jobs pour ses innovations en matière de téléphonie et de tablettes numérique, voilà qu’Apple s’intéresserait désormais aux imprimantes. Pas question bien sûr de s’attaquer aux machines jet d’encre ou toner, la firme à la pomme préférant se tourner vers le système d’impression qui monte qui monte, les imprimantes en 3D.

Nous n’avons certes pas encore de prototype sous les yeux mais il se dit que la compagnie aurait acheté un brevet cette semaine, brevet tournant autour d’une application permettant d’imprimer des objets en 3D et en couleur.

Si ce le nom de la marque devrait affoler certains fans, l’imprimante d’Apple ne semble pas proposer quoi que ce soit de révolutionnaire. On notera cependant que la plupart des imprimantes 3D existantes seront axées sur une utilisation professionnelle tandis que celles réservées au grand public, quoi qu’« accessibles » coûteront généralement un bras. Est-ce qu’Apple va essayer de chambouler tout ça ? Cela reste à voir. Pour ce qui est de la future imprimante elle-même, on sait d’ores et déjà qu’elle disposera de deux têtes d’impression,l’une pour imprimer l’objet tandis que l’autre servira pour apposer la couleur. A ce titre, différentes méthodes pourront être utilisées, allant du jet d’encre en passant par l’aérographie.

ipad-hp-printer

Les informations demeurent pour le moment assez floues sur cette imprimante et selon le brevet, il se pourrait en tout cas que celle-ci soit réservée pour le grand public, avec possibilité d’imprimer des jouets. Quand pourra-t-on voir le premier iPrinter ? Les paris sont ouverts !

 

déc 02

La Gather 3D : l’Imprimante low-fi fonctionnant à la main

gather 1

Les imprimantes 3D seront généralement des monstres de guerre bardés des dernières technologies et autres composants à faire pâlir n’importe quel inventeur. Néanmoins, il arrive parfois que certains créateurs prennent le chemin inverse, nous offrant des imprimantes aussi efficaces que « low-fi »

Pierre Papet fait ainsi partie de ces personnes et nous propose son imprimante nommée la Gather 3D. Pas de spécificités ultra-sophistiquées ici mais une imprimante 3D qui fonctionnera manuellement ! Rangez donc votre Smartphone et suivez le guide.Pour donner vie à votre objet, il vous faudra ainsi manier les deux molettes de ladite imprimante afin de diriger la tête d’impression et de créer votre objet. Il vous ainsi faire preuve de doigté ( et de beaucoup de patience) et faire appel à vos talents artistiques pour imprimer votre babiole.

Le design de l’imprimante sera en adéquation avec l’état d’esprit de celle-ci, son aspect évoquant bien plus l’ustensile d’un artisan plutôt qu’un appareil dernier cri, avec son côté joliment boisé. Comme vous vous en doutez, pas la peine d’avoir un PC ou un Smartphone pour faire fonctionner la Gather 3D, les servomoteurs de l’imprimante étant largement suffisant.

gather 2

Il va sans dire que le rendu final des objets imprimés sera assez limité, à moins d’être un expert en sculpture. On ignore si l’imprimante sortira un jour mais des ports USB présents sur le prototype laisse présager que Papet prépare déjà une version 2.0 de sa création. Si jamais vous voulez une imprimante sentant bon le vintage et le fait-main, vous savez déjà vers qui vous tourner !