juin 14

La BuildOne : l’imprimante 3D pour les petits budgets

Buildone 2

 

Tout a été fait, ou presque, pour rendre les imprimantes 3D plus accessible au grand public. Néanmoins, le problème du coût est souvent revenu sur le terrain, ces machines étant particulièrement coûteuses la plupart du temps. Fort heureusement, il arrive parfois que certaines imprimantes sortent du lot, proposant des tarifs rivalisant facilement avec la concurrence.

 

C’est le cas de la BuildOne, une imprimante qui a la bonne idée de coûter un prix dérisoire. En effet, celui-ci se chiffrerait à seulement 99 dollars. Pas de quoi donc vendre un rein donc.Même si elle est lowcost, cette imprimante va posséder quelques sympathiques atouts. Elle pourra s’auto-calibrer et vous pourrez passer par la WIFI pour la diriger à distance. Vous pourrez même passer par une interface Web pour piloter le tout. À noter que vous disposerez même d’un bouton d’alerte si jamais il y a un problème au niveau de l’impression.

Le projet a, semble-t-il, séduit bon nombre d’utilisateurs, à tel point que la BuildOne a littéralement explosé sur Kickstarter, générant plus de 550 000 dollars sur les 100,000 escomptés, alors qu’il reste encore quelques jours avant la fin de la campagne. Preuve en est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un look dernier cri pour avoir du succès sur les campagnes de financement.

 Buildone 1

Une belle preuve que l’impression en relief n’est pas réservée à une frange de technophiles aisés. On se souvient encore de l’imprimante 3D W.Afate ,a la machine qui partait de rien. Les meilleures idées ne sont définitivement pas celles qui coûtent le plus cher !

fév 27

Tiko : l’imprimante 3D en pleine déroute

tiko

 

Il fut un temps où l’imprimante Tiko était dans toutes les conversations. «C’est l’imprimante 3D que vous avez tout attendue » était même devenu le slogan phare de l’appareil durant leur campagne Kickstater « . Si tout s’est bien passé au départ, la suite allait prendre des allures de cauchemar pour les instigateurs de l’imprimante.

En effet, Tiko est la dernière arrivée d’une longue série d’imprimantes 3D n’ayant pas du tout réussi à percer, le tout malgré une campagne de financement exemplaire. Ayant récolté la somme faramineuse de 2.950.874 $, pour un objectif de financement 100 000 $, les créateurs de la Tiko semblaient bien parti dans la commercialisation de leur imprimante, avant d’annoncer que le projet était mort.  Selon eux, ils ne savaient pas qu’il serait aussi difficile de passer d’un prototype à la production de masse. De ce fait, très peu d’imprimantes ont été produites ont été envoyées jusque-là, et les déclarations des instigateurs du projet n’ont pas rassuré les investisseurs.

Ce qui devait être une imprimante 3D simple d’utilisation et tout à fait abordable risque de devenir une arlésienne condamné à finir dans les bas-fonds du monde de l’impression. Pire encore, ceux voulant récupérer leur mise de départ risquent d’attendre (très) longtemps avant de pouvoir toucher quoi que ce soit. tiko2

Même si cette affaire risque de faire du bruit, on espère que les instigateurs vont tout faire pour redorer le blason de leur compagnie. On est, cependant, encore loin de l’affaire de la Peachy Printer, où les concepteurs avaient volé l’argent de la campagne de financement pour s’acheter une maison !