déc 03

Apple s’apprête à lancer une imprimante 3D

 

appel printer

 

Alors que l’on connaît la marque de feu Steve Jobs pour ses innovations en matière de téléphonie et de tablettes numérique, voilà qu’Apple s’intéresserait désormais aux imprimantes. Pas question bien sûr de s’attaquer aux machines jet d’encre ou toner, la firme à la pomme préférant se tourner vers le système d’impression qui monte qui monte, les imprimantes en 3D.

Nous n’avons certes pas encore de prototype sous les yeux mais il se dit que la compagnie aurait acheté un brevet cette semaine, brevet tournant autour d’une application permettant d’imprimer des objets en 3D et en couleur.

Si ce le nom de la marque devrait affoler certains fans, l’imprimante d’Apple ne semble pas proposer quoi que ce soit de révolutionnaire. On notera cependant que la plupart des imprimantes 3D existantes seront axées sur une utilisation professionnelle tandis que celles réservées au grand public, quoi qu’« accessibles » coûteront généralement un bras. Est-ce qu’Apple va essayer de chambouler tout ça ? Cela reste à voir. Pour ce qui est de la future imprimante elle-même, on sait d’ores et déjà qu’elle disposera de deux têtes d’impression,l’une pour imprimer l’objet tandis que l’autre servira pour apposer la couleur. A ce titre, différentes méthodes pourront être utilisées, allant du jet d’encre en passant par l’aérographie.

ipad-hp-printer

Les informations demeurent pour le moment assez floues sur cette imprimante et selon le brevet, il se pourrait en tout cas que celle-ci soit réservée pour le grand public, avec possibilité d’imprimer des jouets. Quand pourra-t-on voir le premier iPrinter ? Les paris sont ouverts !

 

oct 14

Impression 3D : Canon propose enfin sa première imprimante

 

canon1

Il aura fallu être particulièrement patient pour voir débarquer les grandes marques dans le monde de l’impression 3D. Alors qu’HP a promis une imprimante pour les professionnels, les autres constructeurs tentent timidement d’entrer dans le cercle très fermé des imprimantes 3D, et c’est au tour de la firme Canon de nous proposer une machine issue de ses laboratoires.

Lors d’une expo consacrée à la marque et qui se déroule actuellement à Paris, la firme japonaise en a profité pour dévoiler au monde sa nouvelle imprimante, qui ne sera ni une jet d’encre ou une laser. Histoire de bien faire les choses, Canon a décidé de mettre les petits plats dans les grands en tablant sur la technologie « Pioneering », permettant de créer une imprimante particulièrement rapide, durable, et capable d’utiliser une variété de résines diverses pour imprimer des objets.

Cette imprimante jouera à première vue la carte de la surenchère à tous les niveaux, mais nous n’en attentions pas moins d’un des piliers du monde de l’impression ! A ce titre, les têtes pensantes de la firme ont affirmé vouloir offrir avec cette imprimante plus de temps pour la créativité et moins de temps d’attente .On ne pouvait rêver mieux pour une imprimante 3D !

canon2

En parallèle à son projet d’imprimante, Canon a également mis au point un logiciel permettant d’intégrer différents appareils, allant de l’imprimante 3D en passant par divers scanners, ceci afin de proposer une facilité de gestion inédite pour l’utilisateur.

Bien que la mystérieuse imprimante 3D de Canon soit encore au stade de concept, sans aucune date de sortie annoncée, nombreux sont ceux qui sont curieux de voir ce que Canon a à offrir au monde de l’impression en relief. Nous y reviendrons.

juin 19

L’Oréal fait désormais les yeux doux à l’impression 3D

peau 3D

 

On connaît tous la marque L’Oréal et son slogan qui nous veut du bien. La célèbre firme cherche désormais à sortir de son domaine de prédilection pour se frotter à une technologie particulièrement en vogue, l’impression 3D !

Si cette nouvelle forme d’impression s’attaque depuis longtemps au domaine de la médecine, celui de la beauté est en passe à son tour d’y jeter son dévolu. Les têtes pensantes du géant de la beauté ont récemment fait équipe avec la boîte américaine Organovo afin de mettre au point de la peau imprimée en relief. Ce serait ainsi un moyen pour L’Oréal de faire des tests dermatologiques avant de commercialiser un produit.  Cela fait des années désormais que la firme utilise ce type de procédé, histoire de suivre à la lettre les lois contre les tests sur animaux en laboratoire.

Néanmoins, créer des souches de peau en laboratoire est un procédé long et fastidieux, et c’est là que l’impression 3D entre en jeu. Ce serait non seulement un moyen d’aller plus vite mais également un beau moyen de créer des souches de peau plus résistantes.

Imprimer des éléments comme  la peau n’est pas vraiment nouveau, mais se servir de ce procédé à des fins cosmétiques serait ainsi une première. Il faudrait cependant se montrer patient, près de cinq ans serait nécessaire avant que le processus ne soit viable. Cela serait dû la délicate tâche d’imprimer des cellules vivantes, procédé loin d’être évident et totalement maitrisé.

 

peau 3D2

 

Le soleil est au beau fixe pour les imprimantes 3D et il ne serait pas étonnant d’entendre d’autres grands noms de la cosmétique essayer ces machines. Affaire à suivre !

juin 14

La Freaks3D : l’imprimante 3D qui réconcilie tout le monde

elecfreaks

Depuis l’apparition de l’impression 3D, il y a fort souvent eu (et c’est toujours le cas) quelques petits débats autour des qualités et défauts de cette forme d’impression. Nous avons ainsi d’un côté des imprimantes qui changent le monde, mais qui sont terriblement longues à imprimer. Nous avons également des imprimantes capables de nous imprimer tout et n’importe quoi, mais qui ne sont pas vraiment ergonomiques/économiques.

Afin de faire plaisir à tout le monde, une compagnie du nom d’Elecfreaks a décidé de mettre au point une imprimante qui passerait outre les défauts précédemment cités. C’est ainsi que la Freaks3D a fait son apparition. Avec un prix de lancement de 600 dollars, la machine ne sera certes pas abordable pour toutes les bourses, mais on est quand même loin des imprimantes frôlant parfois le millier de dollars. Autre avantage de la Freaks3D, son poids des plus raisonnables. Celle-ci pèsera à peine moins de 3 kilos et vous pourrez ainsi la porter où bon vous semble.

Outre le prix et la taille, d’autres petits éléments viennent pimenter le tout. Vous trouverez par exemple un lecteur de cartes SD dans l’imprimante et cette dernière pourra même fonctionner sur batterie. Du côté des matériaux d’impression, on retrouvera les habitués, le PLA et l’ABS, tandis que le PTU pourra également être utilisé.

freaks

Pas de chichis du côté du design de l’imprimante, celle-ci se contentera d’aller à l’essentiel, à savoir l’impression pur et dur. Reste à savoir désormais si les utilisateurs vont adopter cette nouvelle-venue ou pas. Réponse dans les prochains mois !

juin 08

La première moto imprimée fait son apparition

moteur_3d-0bc5f

Les amateurs de voitures ont depuis peu vu l’apparition de la première automobile conçue par impression 3D . Pas étonnant donc de voir que les aficionados des deux toues ont à leur tour eu de quoi se frotter les mains, une firme américaine de nom de TE Connectivity vient de présenter une belle machine fabriquée via une imprimante.

C’est lors d’un salon s’étant déroulé en Californie que la moto fut présentée au grand public. Ladite moto s’est quasiment fait imprimée de la tête aux pieds, du cadre de la machine en passant par les jantes ou le roulement des roues. Néanmoins, certaines parties un peu plus complexes comme les batteries ou les câbles électriques n’ont pu être dupliqués par impression. La moto est parfaitement fonctionnelle, mais ne comptez pas sur celle-ci pour aller arpenter le bitume, son autonomie se limitant à quelques minutes uniquement.

Même si l’engin fera surtout office de prototype, le but avéré de TE Connectivity est de démontrer que l’industrie des deux roues à tout à y gagner à beaucoup à y gagner de passer par l’impression 3D. A ce titre,l’un des cadors de l’univers du deux-roues, Ducati, s’est inspiré du procédé utilisé par TE pour mettre au moins un moteur de manière plus rapide. Résultat, seul 8 mois ont été nécessaire pour la création du moteur, contre les 28 mois habituels.

moto_3d-4-5aca5

On ignore désormais à quel point l’impression en relief va entrer dans le processus de fabrication des motos voire d’autres véhicules, mais l’afflux quotidien d’innovations en terme d’impression va sans doute donner encore plus d’idées aux fabricants !

mai 15

Orbit1 : offrez une touche dorée à vos objets imprimés

imprimante or

Qui n’a jamais rêvé de fabriquer de l ‘or depuis chez soi ! S’il n’est pas forcément évident de jouer les alchimistes depuis son bureau, le monde de l’impression peut en tout cas vous aider à donner un peu plus de brillant à vos objets. C’est là que la Orbit1 entre en lice !

L’impression 3D aide depuis quelques années déjà à imprimer ce que bon leur semble en un rien de temps. Histoire d’apporter un peu de blig-bling à vos créations, la Orbit1 fera appel à un procédé de galvanisation qui devrait apporter une jolie patine dorée aux objets. Il vous faudra dans un premier temps imprimer votre objet. Une fois que c’est, un petit polissage sera de rigueur avant de remettre le tout dans l’appareil (non sans avoir recouvert votre objet avec un produit conducteur). Rien de plus simple.Il vous suffira d’acheter des recharges « d’encre » dorée en ligne quand vous serez à sec et vous pourrez continuer à jouer aux apprentis bijoutiers de chez vous.

Si cet appareil à dorer titille votre intérêt. sachez qu’il est pour le moment en cours de financement et que pas moins de 200,000 dollars seront nécessaires pour une commercialisation effective. Pour information, la campagne sur Kickstarter est en bonne voie et plus de 114,000 dollars ont pour le moment été récoltés.

imprimante or 2

Les précommandes sont en tout cas déjà ouvertes et vous pourrez vous payer la Orbit1 pour la petite somme de 1999 dollars si le cœur vous en dit . Ce n’est certes pas donné mais on sera loin des appareils extrêmement coûteux proposés pour les professionnels. Un moyen comme un autre en tout cas de jouer au roi Midas à peu de frais !

mai 09

Band Aid Printer : imprimez vous un bandage en toute simplicité!

band aid

Quoi de plus embêtant lorsque l’on se fait mal que d’avoir à trouver un bandage qui collera parfaitement à votre blessure. En effet, il n’est pas rare de tomber sur des bandages qui seront parfois trop court ou trop long, vous forçant ainsi à trouver des astuces pour protéger votre blessure de la meilleure des manières ! Fort heureusement, il se peut que l’impression vienne à votre secours !

On trouve désormais des tas d’imprimantes de nos jours, certaines se contentant d’imprimer des documents tandis que d’autres vous permettront d’imprimer des armes à feu ! On va désormais pouvoir rajouter l’imprimante à bandage dans le lot. Dépendant de l’endroit et de la taille de votre petite blessure, vous pourrez ainsi choisir la forme ainsi que la taille de l’objet à imprimer !

Il va sans dire qu’une telle idée ferait des merveilles auprès de ceux victimes des bobos du quotidien, mais pour le moment, cette glorieuse idée demeure à l’état de concept.

L’idée de base nous viens d’un petit groupe de chercheurs, Han Like, Liu Peng, Ren Mingjun, Wei Chenjie, Yang Xiao et Liu Peng et leur concept d’imprimante (du nom de Band-Aid Printer ) ont connu un joli petit succès lors de certains concours. Ces têtes pensantes ont même poussé le détail jusqu’à vous permettre de choisir la couleur de pigmentation de votre choix lors de l’impression, afin que le bandage passe inaperçu sur votre peau.

band aid2

A une époque où imprimer des choses « utiles » (des prothèses, de la nourriture) devient monnaie courante, une telle imprimante aurait définitivement sa place dans votre salle de bain ! Dans un proche avenir peut-être ?

mai 06

BioBots : l’impression de cellules vivantes a le vent en poupe

 

Bioprinter

La fabrication de cellules vivantes n’est pas tout à fait nouveau, mais cette technique est tout doucement en train de se démocratiser, grâce notamment à l’impression. Une petite boîte américaine du nom de BioBots avait ainsi démontré tout le potentiel de la chose en imprimant une oreille de Van Gogh !

Les imprimantes 3D pourront ainsi être d’excellentes alternatives par rapport aux machines que l’on trouve généralement dans le milieu médical, ces dernières atteignant parfois des sommes astronomiques.

Les appareils de BioBot utiliseront une encre spéciale ( faisant office de photoinitiateur ) qui se combinera avec des cellules vivantes et des biomatériaux afin d’imprimer des tissus voire des petits organes humains. Pour le moment, ce type de processus servira surtout pour faire des petites analyses (comme la détection de produits dopants ou des essais médicamenteux), le remplacement d’organes n’étant pas encore prévu, pour le moment du moins. Ainsi, des phases de tests sur des patients trop affaiblis pourront être bannies avec cette forme d’impression. Selon Danny Cabrera, l’une des têtes pensantes derrière cette imprimante, celle-ci serait le nec plus ultra en ce qu’il s’agit des tests cliniques. Il sera par exemple possible de récupérer des cellules à même le patient afin de construire des tissues qui siéront parfaitement audit patient.

 

Bioprinter2

 

L’imprimante devrait coûter environ 5,000 dollars et la compagnie est actuellement en train de commercialiser une version bêta de leur kit d’encre spécial pour le cartilage ( prix de lacement : 700 dollars). Dans un proche avenir, il se peut que l’on se soigne soi-même à domicile plutôt que d’aller voir un médecin !

avr 28

XYZ lance ses imprimantes 3D à bas prix en France

Vous avez toujours souhaité avoir une imprimante 3D mais votre budget ne le permet malheureusement pas ? La donne va peut-être changer ! L’un des spécialistes de cette forme d’impression, XYZ, s’apprête ainsi à lancer trois nouvelles machines prévues pour faire plaisir à toutes les bourses !

 

da-vinci-junior-1

Tout, d’abord, la Da Vinci Junior, qui comme son nom l’indique plus ou moins sera réservée aux néophytes découvrant petit à petit l’impression en relief, celle-ci coûtant la petite somme de 400 euros. Pesant à peine 12 kilos et pouvant imprimer des objets pouvant faire dans les 150 x 150 x 150 mm, cette petite imprimante sera aussi accessible que bénéfique pour l’environnement ! En effet, la Da Vinci Junior utilisera du plastique biodégradable en guise « d’encre ». Un excellent moyen en somme de tester une nouvelle forme d’impression tout en étant respectueux de la nature !

 

 

xyz-printing-3d-printer-da-vinci-11-plusVous pourrez sinon opter pour la Da Vinci 1.1. Plus pointue, plus grande, plus chère, cette imprimante fait le bonheur de nombreux utilisateurs outre-Atlantique et vous permettra par exemple d’imprimer des objets de 200 x 200 x 200 mm. Vous pourrez également contrôler vos impressions à distance via votre smartphone ou tablette, sans compter qu’une caméra embarquée vous permettra d’observer les différentes étapes de vos impressions à loisir. Prix de lancement : 599 euros.

 

 

 

 

xyz-printers-1-600x547Pour ceux cherchant la crème de la crème en termes de précision, vous pourrez toujours vous tourner vers la Nobel 1.0. Avec son niveau de détail de 25 microns, cette imprimante satisfera le plus exigeant des utilisateurs. Au vu de son coût assez élevé ( 1899 euros) cette imprimante sera plutôt destinée aux petites entreprises, à moins que vous ne vouliez absolument investir dans une imprimante 3D haut de gamme !!

 

 

avr 02

La petite Faith profite enfin de la vie grâce à son bras imprimé

 

La technique de l’impression 3D ne cesse de faire des miracles de nos jours et ce n’est pas la petite Faith Lennox qui viendra nous dire le contraire. En effet, cette Californienne de 7 ans, privée de son bras gauche depuis l’âge de 9 mois, va pouvoir profiter de la vie comme il se doit à l’aide la prothèse qu’on lui a imprimée.

S’étant tout d’abord tourné vers la société E-nable, une ONG se spécialisant dans ce genre d’affaire, les parents de Faith se sont heurtés à un petit problème. En effet, cette forme d’impression révolutionnaire fait tellement fureur que leur petite fille s’est retrouvée sur une liste d’attente. Loin de se décourager, ils se sont alors tournés vers Build It Workspace , une autre compagnie fondée il y a à peine un an par un ingénieur du nom de Mark Lengsfeld . Bien que la compagnie ait imprimé jusque-là de nombreux éléments pour des véhicules par exemple, c’est la toute première fois qu’ils s’occupaient d’un bras entièrement imprimé.

C’est cette semaine que la petite handicapée et s’est montré plus qu’enthousiaste à son arrivée, d’autant plus que sa prothèse imprimée arbore ses couleurs préférées, le bleu et le rose. Ses parents sont tout autant ravis, son père Greg affirmant que les choses seront désormais plus simples pour elle et qu’elle pourra enfin faire certaines plus facilement, comme monter à vélo.

Même si Faith devra changer de prothèse très régulièrement, son coût dérisoire (à peine 50 dollars) rendra l’opération plus qu’abordable, sans compter que la technologie sera appelée à évoluer au fil du temps, offrant ainsi des prothèses encore plus pratiques.

Autrefois cantonnées à imprimer feuilles et photos, les imprimantes servent désormais à redonner le sourire aux personnes peu gâtées par la vie !