déc 24

Afrique : la fabrication d’imprimantes 3D recyclées en plein essor

imprimante africaine2

 

Qui a dit qu’il fallait avoir un budget illimité pour mettre au point une imprimante 3 ? Nous vous avions déjà évoqué l’histoire de cet inventeur africain qui avait créé une imprimante en s’aidant de matériaux de récupération.

Afate Gnikou a fati des émules, à l’image de cet étudiant togolais de 22 ans, qui s’est fabriqué sa propre imprimante 3D à partir de déchets électroniques, ou de ce groupe de cinq étudiants du Ghana ayant construit le leur. Ils ont construit l’imprimante 3D à partir de déchets électroniques, tout en utilisant des matériaux locaux respectueux de l’environnement, le tout en seulement deux semaines! Le groupe s’appelle KLAKS 3D et est composé de deux étudiants de l’Université des Mines et de la Technologie (UMAT) et de trois autres étudiants. Quant au maitre à penser de tout ça, il se nomme Kobina Abakah-Paintsil et vient de l’Université Kwame Nkrumah de Science et Technologie (KNUST).

Le groupe d’étudiants a été galvanisé par les témoignages d’experts locaux, appelant à plusieurs reprises à s’investir dans ce type d’innovation et de création, arguant que c’était la clé pour transformer l’économie du pays. Le petit exploit de KLAKS 3D a attiré l’attention de certains, et le petit groupe a même réussi à vendre l’un de leurs modèles, et ce ne serait que le début !

imprimante africaine

Une jolie initiative qui aura demandé de nombreux efforts, mais qui pourrait faire naitre tout un système parallèle où les déchets issus du monde de l’impression, ou autre, serviraient à fabriquer de nouvelles imprimantes. Dans un monde où les cartouches d’encre s’entassent par milliers dans la déchèterie, ce type de solution pourrait bien faire changer les choses.

déc 15

L’Etoile noire de Star Wars désormais imprimée !!

StarWars_Australia

À moins d’avoir vécu dans une cave depuis quelques semaines, vous n’êtes pas sans savoir qu’un nouveau film StarWars vient de sortir ces jours-ci. L’occasion pour les amateurs de science-fiction de (re)découvrir ce riche univers, ainsi que les divers paysages et vaisseaux qui y habitent.

En parlant de vaisseaux, il est question de l’Etoile noire dans le dernier opus et nombre de fans ont sans doute rêvé d’avoir une réplique de l’arme mythique dans leur salon. C’est désormais possible grâce aux imprimantes 3D, cette forme d’impression donnant la possibilité aux amateurs de créer ce que bon leur semble !

Ainsi, pour marquer la sortie de Rogue One, l’Espagne et l’Australie ont décidé de marquer le coup en imprimant une réplique de la station. Du côté des ibériques, la station se trouve sur la place Puerta de Alcalá à Madrid, et a été conçue grâce à la compagnie américaine ErctorBot. L’étoile imprimée, faisait près de 2m, a vu le jour au travers d’une technologie de dépôt de matières fondues. En raison de la taille massive de l’objet, celui-ci est toujours en cours d’impression et devrait prêt pour le 18 décembre.

Les Australiens ont fait preuve de plus de rapidité, leur version de l’Etoile ayant été imprimée en l’espace de trois semaines. Au final, un bel objet de 150 kilos a vu le jour, nécessitant l’utilisation de plusieurs imprimantes. L’arme de destruction stellaire est, elle, exposée à l’entrée du Event Cinemas de Sydney. StarWars_Madrid2

Dans un futur que l’on espère lointain, très lointain, on verra peut-être une véritable Etoile noire apparaitre. Imprimée bien entendu !

déc 03

Une nouvelle oreille imprimée pour une fille handicapée

oreille-imprimée

 

La petite Anya Storie est née avec une malformation à l’oreille, la microtie, lui causant un certain degré de surdité. Afin de lui venir en aide, des chercheurs ont décidé de passer par l’impression 3D, afin de lui créer une réplique de son oreille droite !

Selon Ken Stewart, qui va réaliser l’opération à l’hôpital pour enfants malades d’Edinburgh, recréer une oreille est une opération, mais le timing ne pouvait pas être plus parfait. Ainsi, grâce à un scanner et une imprimante, il va être possible d’offrir un beau cadeau de noël à la petite de neuf ans , a-t-il rajouté.

Cette opération pourra d’une part aider la malade à recouvrir une meilleure ouïe, tout en lui donnant un coup de pouce au niveau de sa confiance en elle et de son apparence. La petite fille s’est également exprimée, affirmant qu’elle était plus qu’heureuse de recevoir son oreille imprimée.

À noter que l’imprimante a été financée grâce à une donation d’une association, la Sick Kids Friends Foundation, donation qui se chiffrait à pris de 32,000 Livres.

L’impression 3D n’a pas cessé depuis son implémentation dans notre quotidien de venir en aide aux personnes handicapées. Pour rappel, cette nouvelle technologie d’impression aura permis à des victimes d’amputations et de malformations de reprendre une vie normale.

oreille-imprimée2

Avec le bioprinting en parallèle, la médecine compte utiliser les imprimantes de façon plus poussé dans les années à venir, en imprimante, pourquoi pas, des tissus humains résistants voire des organes.

nov 18

La nouvelle console de Nintendo est là…imprimée en 3D !

switch2

 

Si vous êtes un gamer avide, vous n’êtes pas sans savoir que Nintendo a annoncé la sortie prochaine de sa console. En attendant de pouvoir tenir le Saint Graal entre vos mains, vous pouvez toujours vous amuser à imprimer une réplique de celle-ci depuis chez vous.

Avec l’émergence, ces dernières années, de l’impression en relief, les geeks en tous genres se sont amusés à créer des goodies et ses objets rappelant leurs univers de prédilection. Entre sabre laser 3D et autre costumes de personnages de Marvel, il ne manquait plus que les consoles next gen !

Ayant buzzé en mars après avoir fait croire à la sphère internet qu’il possédait la manette de la nouvelle console de Nintendo, Frank Sandqvist refait parler de lui avec son modèle 3D du prochain bébé de la firme japonaise, la Switch.

Il a en effet utilisé son imprimante 3D pour créer une manette de bout en bout, reproduisant un modèle quasi parfait de l’objet. Il a même poussé le mimétisme jusqu’à reproduire les étiquettes de sécurité de la manette. On peut saluer l’exploit, surtout que Sandqvist n’avait à sa disposition que la vidéo de présentation de la Switch. Gageons ainsi que certaines parties de la manette imprimée sont du fait de l’extrapolation du jeune homme

. switch1

Pour information, notre inventeur a utilisé une imprimante Formlabs pour l’opération, tout en faisant appel à de la colle  forte pour fixer les différents éléments. Au rythme où vont les choses, nous devrions voir une version imprimée de la console entière. La console, elle, est prévue pour mars2017.

nov 17

Faites imprimer votre visage en chocolat !

british-startup-candy-mechanics-uses-printing-1

L’apparition des imprimantes 3D a, semble-t-il, dopé l’imagination de certaines personnes, que ce soit dans le domaine médical, voire culinaire. C’est ce dernier secteur qui nous intéresse et entre les pizzas, les cookies et les pancakes, le gourmand amateur de nouvelles technologies doit se régaler, au vues des possibilités offertes par l’impression en relief.

Dernière lubie en date, transformer ses selfies en bonbons imprimés ! S’il est désormais possible d’imprimer des photos de soi, certaines têtes pensantes ont poussé le concept encore plus loin, vous permettant de déguster des confiseries à votre effigie.

Le processus sera cependant plus complexe que la simple impression d’une photo, et il faudra dans un premier temps effectuer un scan du visage de la personne visée. A partir de là, une imprimante 3D va se charger d’imprimer un moule représentant le visage en question. Il suffira ensuite de verser du chocolat dans ledit moule, de laisser le tout figer au réfrigérateur, et vous pourrez déguster votre visage !

Candy Mechanics, la boite responsable de cette petite facétie, facture les trois bonbons à 23 euros et si jamais vous souhaitez vous aussi déguster votre visage, sachez que le service sera accessible à partir du mois de décembre.

 british-startup-candy-mechanics-uses-printing-5

Pour information, la compagnie distribue également des cartes en chocolat où vous pourrez faire graver ce que bon vous semble !

Si jamais vous souhaitez vous offrir, ou offrir, un cadeau qui sort de l’ordinaire, des chocolats « imprimés » pourraient faire bonne impression !

août 31

Il imprime des Pokemon et les cache dans sa ville !

 

pokemon 3d2

 

Si vous avez récemment vécu dans une grotte, vous n’avez sans doute pas suivi la folie Pokemon Go qui fait toujours rage actuellement. Armez de leur smartphone, on ne compte plus les chasseurs arpentant les parcs à la recherche de leurs bestioles favorites. Histoire de donner un petit plus à ces chasses effrénées, un Américain a décidé d’utiliser l’impression 3D, apportant une nouvelle dimension à l’univers des Pokemon.

Zach Hill a ainsi décidé d’utiliser son imprimante pour fabriquer ses propres Pokemon. Mais au lieu de les garder sur sa propre étagère, l’homme a décidé de disséminer ses créations imprimées un peu partout dans le monde réel, dans sa bourgade de Rockford.

Utilisant des photos postées sur sa page Facebook, ce créateur indique ainsi aux chasseurs où trouver les objets convoités.

Il a expliqué aux journalistes que son post initial a déclenché un tel buzz qu’il a décidé de continuer sa petite entreprise. Quant à la raison ayant poussé ce brave homme, il a déclaré qu’il voulait simplement faire sortir les gens, et rassembler la communauté de joueurs. Une belle entreprise qui semble en tout ravir les joueurs, qui s’en donnent à cœur joie pour traquer les bestioles imprimées. En sus de cela, Hill ne va pas cacher ses Pokemon tout seul, mais est systématiquement accompagné de sa famille. Un moyen d’allier l’utile à l’agréable.

 pokemon 3d

Loin de s’arrêter en si bon chemin, Hill compte déjà organiser une chasse en avril, en remplaçant les œufs de pâques par des Pokemon. Gageons que son imprimante sera réquisitionnée pendant encore un bon bout de temps.

août 23

On peut désormais s’imprimer un détecteur de Pokémon

Adafruit-Pokemon-Detektor-1-620x349

 

Si vous êtes un chasseur assidu de Pokemon, vous devez savoir qu’aller à la recherche de ces charmantes bestioles est un véritable parcours du combattant. Histoire de traquer plus facilement Mew, Dracofeu et consort, l’impression 3D a décidé de venir à la rescousse des chasseurs, pour leur offrir un engin des plus pratiques.

Vous devrez ainsi vous armer d’une imprimante 3D, d’un Raspberry Pi Zero et d’une bonne dose de bidouillage. Il vous faudra également penser à inclure un petit adaptateur WI-FI USB, afin que votre petit appareil soit au taquet. Vous allez également avoir besoin d’une batterie externe pour pouvoir alimenter le tout.

Il va sans dire que créer un tel engin nécessitera d’avoir quelques connaissances en électronique, ainsi que l’imprimante nécessaire à la création du boitier. Il est possible de trouver des plans pour monter le tout sur le Net, avant que vous n’alliez à la chasse aux Pokemon.

Si l’idée peut séduire, elle peut tout autant faire fuir les affionados. En effet outre des compétences échappant au commun es mortel, il est peu certain que Niantic ne veille que des gens s’amusent à utiliser d’autres éléments que leur application pour la traque. Qu’à cela ne tienne, si vous vous sentez l’âme d’un hacker, ceci est à faire à vos risques et périls

Adafruit-Pokemon-Detektor-2

Si jamais vous souhaitez utiliser l’impression pour vous aider, vous pouvez toujours vous rabattre sur le viseur imprimé, que vous pourrez placer à même votre Smartphone. Moins 2.0 certes, mais tout aussi ludique !

août 06

L’impression 3D passe la seconde chez les constructeurs de voiture de luxe

 

voiture 3D1

Fabriquer des voitures n’a jamais été facile. Les constructeurs ont cependant su, au fil des ans, trouver de nouvelles manières de produire des véhicules à la chaîne, en minimisant le temps et les efforts. Dernière innovation à être prise en compte, l’impression 3D, qui s’apprête à faire les beaux jours des grandes marques.

La prochaine fournée de grosses cylindrées  ne sera pas constituée de voitures imprimées à part entière, mais certains composants seront remplacés par des éléments conçus par impression. Les avantages sont évidents: le constructeur réduit le temps de construction, et les coûts de constructions sont réduits. Des composants, comme les feux de détresse, boutons de verrouillage central ou le frein de stationnement électronique seront amenés à être construits via impression.

Même si cela peut être décevant pour les acheteurs de belles voitures, comme les Rolls, qui s’attendaient à avoir des intérieurs fignolés par une main experte, il existe des avantages qui risquent de leur rendre le sourire. Les imprimantes 3D facilitent la personnalisation, ce qui vous permet, par exemple, le plâtrage de votre nom sur le support de montage. Une jolie manière d’apposer sa patte sur un véhicule. voiture 3d

Pour promouvoir la technologie, ainsi que son nouveau service de partage de voiture DriveNow, l’entreprise BMW a demandé aux Allemands de voter pour décider des noms qui seraient utilisés pour les 100 Minis disponibles via le service. BMW a ensuite procédé à l’impression de ces noms sur les indicateurs des voitures, histoire d’apporter une touche de personnalisation.

À l’avenir, les expérimentations impliquant voitures de luxe et imprimantes 3D risquent de se multiplier, pour le plus grand plaisir des amateurs d’innovations.

août 02

Un plâtre imprimé au secours des blessés

 

plâtre-3D

Celui ou celle qui s’est déjà cassé le bras a, bien souvent, dû subir le port d’un plâtre. Instrument aussi pratique que pénible, on ne compte plus les désagréments de ce procédé médical à faire passer le premier venu pour une momie. Fort heureusement, des ingénieurs sont en train de plancher sur une nouvelle attelle qui devrait faciliter la vie des blessés.

Odeurs nauséabondes, démangeaisons, infections, il ne fait pas bon garder un plâtre pendant longtemps, n’importe quelle victime vous le dira ! Afin d’apporter une bouffée d’air frais au monde médical, une équipe a décidé d’utiliser l’impression 3D pour créer un objet révolutionnaire. Le nom de celui-ci ? Medi-print !

On doit cette petite innovation à un jeune Mexicain, qui vient de lancer sa boite, afin de tabler sur la création d’attelles imprimées.

Selon lui, l’idée est de mettre au point des attelles qui s’adapteraient aux blessures et à l’anatomie de tout un chacun. Ainsi, outre un plâtre 3D « s’intégrant » parfaitement au patient, il serait aussi possible d’avoir un objet plus léger. Ce dernier serait également plus aéré, ce qui permettrait à la peau de mieux respirer,

blas platré

Pour créer l’attelle, le patient passe tout d’abord par une phase de scan, avant que l’imprimante ne prenne le relais. Trois à quatre heures plus tard, le patient est prêt à la recevoir !

Gain de temps pour les médecins et confort pour les patients, les avantages sont bien là, et l’on espère que l’on pourra profiter de cette innovation bien vite. En attendant, vos proches pourront toujours mettre des petits mots sur votre plâtre !

juil 27

Impression 3D : quel plastique pour ne pas polluer ?

PLA_plastique2

 

Impression et pollution font, hélas, bon ménage depuis des années, les cartouches d’encre étant un véritable fléau pour la nature. L’apparition des imprimantes 3D a légèrement changé la donne, au vu de certains matériaux utilisés lors de l’impression. À ce titre, la question suivante mérite d’être posée : quels sont les matériaux susceptibles d’être utilisés dans une imprimante en relief, sans polluer outre mesure ?

Deux plastiques reviennent régulièrement dans l’impression, l’ABS et le PLA. Ce sont tous les deux des thermoplastiques, les rendant plus aisés à la fonte Au niveau du duel écolo, c’est le PLA qui sort son épingle du jeu ! La raison ? Celui-ci est issu de produits recyclables (maïs, tapioca). Même si la matière n’est pas dénuée de défauts, il est, contrairement aux autres plastiques, non issue du pétrole, le rendant plus vert et moins polluant à créer. Mieux encore, il produira moins de fumée lorsqu’il sera fondu.

Même si celui-ci n’est pas compatible pour toutes les utilisations, les amateurs de produits verts devraient l’adopter à bras ouverts.

 PLA_plastique

De son côté, l’ABS peut faire office de bête noire, mais n’est pas dénué de qualité. Outre sa solidité (en témoignent les blocs de LEGO sur lesquels on a tous marché un jour), c’est un produit qui résiste au temps. Même s’il est issu de l’industrie pétrolifère, il n’en demeure pas moins un produit recyclable.

D’autres types de plastiques existent également (le PVA, le polycarbonate…), et les autres matières ne sont pas en reste (le bois, le verre…). On est encore loin de l’impression entièrement verte, mais l’impression 3D a su apporter des petites subtilités qui risquent de damer le pion aux détracteurs.