mar 11

Quand l’impression reprend des couleurs avec la ProDesk3D

Il est certes bien joli d’imprimer les objets que l’on désire en relief mais force est de reconnaitre que le résultat peut être assez terne vu le peu de couleurs arborées. Que les Picasso que vous êtes se rassurent, la ProDesk3D devrait satisfaire les amateurs de couleurs, cette nouvelle imprimante permettant (enfin!) d’appliquer quelques touches plus vives sur vos créations en 3D.

Fini les objets à une ou deux couleurs, vous allez pouvoir avec la ProDesk3D obtenir quelques jolis dégradés et ainsi donner plus de personnalités à vos diverses impressions. Ce procédé était jusque là réservé qu’aux professionnels mais s’ouvre enfin au grand public, non sans que ce dernier ait eu à attendre un certain temps. La ProDesk3D avait en effet commencer à faire parler d’elle depuis l’an dernier mais était devenu une arlésienne depuis, les nouvelles concernant la machine se faisant de plus en plus rare. Heureusement, une vidéo toute récemment posté est venu rappeler les amateurs à l’ordre, la ProDesk3D semblant enfin prêtre à faire ses premiers pas au dehors.

Pour ce qui est du modus operandi de l’appareil,  celui-ci est aidé par cinq cartouches spéciales utilisant les couleurs courantes de l’impression ( a savoir le magenta, cyan, jaune, noir et blanc)  , couleurs qui se verront fixées grâce au contenu d’une sixième cartouche.  Histoire d’orchestrer le tout, l’imprimante possède également un logiciel qui vous permettra de modéliser vos créations  à votre guise, avec des résultats qui semblent être des plus avenants ( on serait proche des 25 microns en terme de résolution ).

prodesk3d

Vous voulez à votre tour faire des objets de toutes les couleurs chez vous? Si vous êtes prêt à débourser près de 3500 euros, la machine est à vous! Si vous n’êtes toujours pas prêt à vendre un rein pour obtenir une imprimante, contentez vous pour l’instant d’imprimer vos documents avec votre bonne vieille machine jet d’encre ou toner!

mar 05

Les imprimantes jet d’encre et toner bientôt obsolètes?

 

Vous êtes particulièrement attaché à votre imprimante et vous vous voyez mal vous en débarrasser? Certains experts prédisent  que votre indispensable appareil sera à priori obsolète dans les années à venir, la faute à la démocratisation galopante de certains autres technologies.

Le boom des tablettes tactiles ces dernières années pourrait ainsi avoir une incidence sur notre manière d’utiliser les imprimantes.  En effet, il est de bon ton ces temps-ci de se passer les fichiers et autre documents de tablette en tablette, d’autant plus  que des nouvelles manière d’échanger comme l’e-impression commencent à percer. Le prix des tablettes étant en constante baisse (l’Inde se joignant désormais de la partie en proposant des appareils low coast ne dépassant pas les 50 euros), l’impression papier risque de faire la tête sur le long terme, certains donnant une espérance de vie d’à peine 4 ans à notre manière actuelle d’imprimer.

Là où l’impression conventionnelle a des chances de tirer son épingle du jeu, c’est en proposant des techniques plus innovantes, à l’instar des imprimantes solaires et autres concepts permettant d’utiliser des morceaux de crayons ou autre fond de tasse de thé!
Tandis que l’impression 3D gagne également du terrain (même si ses fonctionnalités ne sont absolument pas  identiques à l’impression habituelle et que le prix encore important d’une machine ne permette pas une démocratisation importante) , les grands constructeurs se retrouvent ainsi dans l’obligation de contre –attaquer sans plus attendre!

 

On attends ainsi une hypothétique baisse des prix au niveau des consommables (même si les solutions vous permettant d’économiser sur vos impressions sont bien présentes) ou tout autre idée  miracle, les grands constructeurs se devant de s’adapter aux besoins des consommateurs, au risque de disparaitre pour de bon dans les  années à venir.

mar 03

Une jeune femme retrouve l’usage de ses jambes grâce à l’impression 3D

L’actualité du monde de l’impression est plus que jamais dominée par…les prouesses médicales! Après que les imprimantes 3D aient servi à opérer le cœur d’un enfant, c’est une jeune femme qui a à son tour pu profiter de cette technologie, celle-ci ayant pu remarcher après de nombreuses années clouée sur un fauteuil roulant.

Victime en 1992 d’un accident de ski, Amanda Boxtel était condamnée à rester toute sa vie privée de l’usage de ses jambes mais c’était sans compter le mode d’impression nouvelle génération qui allait lui donner un coup de pouce. C’est en effet grâce à un exo-squelette entièrement imprimé que la jeune femme allait redécouvrir la joie de la marche, une prouesse qui aura demandé des mois de travaux intensifs.
Il aura fallu dans un premier temps effectuer un scan complet du corps d’Amanda afin que l’armature lui aille comme un gant. Selon le directeur du projet, chaque centimètre du corps de l’accidentée devait ainsi être passé au crible afin qu’aucune proéminence osseuse ne vienne gêner le bon fonctionnement de l’ensemble, que ce soit au niveau du confort ou de la sécurité. Un travail parfaitement minutieux qui a pour le coup porter ses fruits, l’imprimante 3D ayant par la suite fait sortir un appareil parfaitement fonctionnel qui a permis à la jeune femme de pouvoir se mouvoir après des années.

 

Si l’impression en relief devait permettre sur le long terme de pouvoir imprimer tout et n’importe quoi, peu d’entre nous auraient cependant parié sur les nombreuses avancées médicales que ces imprimantes du 21ème siècle allaient apporter! Vers une guérison prochaine du cancer à l’aide d’une Makerbot? On se prend à rêver!

fév 14

Les secteurs qui vont se voir bouleverser par l’impression 3D

 

recherche-medicale

 

L’arrivée d’une nouvelle technologie, ici l’impression 3D, est bien souvent synonyme de changements et ce serait un doux euphémisme de dire que les imprimantes en relief vont bouleverser bien des secteurs, si ce n’est déjà fait!

L’environnement

Alors que l’impression lambda est bien souvent pointée du doigt à cause des déchets engendrés ( notamment à cause des cartouches d’encre), l’impression 3D pourrait bien changer la donne. Entre une utilisation moindre d’éléments polluants (certains allant même jusqu’à utiliser des matériaux comme les algues), des transports d’objets moins fréquents et une durée de vie plus accrue des objets fabriqués (ou du moins c’est le souhait de beaucoup de gens), notre chère planète risque de pousser un ouf de soulagement avec cette technologie ( à condition qu’entretemps les chercheurs arrivent à rendre les imprimantes 3D moins gourmandes en énergie!) .

 

L’art

Vous voulez voir une jolie petite sculpture de Rodin mais vous habitez à l’autre bout du monde? Pourquoi de pas reproduire directement le Penseur chez vous!  L’impression 3D risque de rendre l’art plus accessible chez le quidam et certaines firmes comme Fujifilm ont déjà conclu des deals avec des musées pour pouvoir reproduire certaines œuvres d’artistes comme Van Gogh.

 

L’aéronautique

Entre la construction de futures bases sur la Lune ou Mars et l’amélioration de la station spatiale internationale, il semblerait que la NASA ait trouvé un allié de choix avec l’impression 3D, technologie qui permettrait ainsi de construire directement des éléments en gravité zéro plutôt que de tout acheminer dans l’espace. Et dans un registre plus gustatif, les astronautes pourront enfin déguster des pizzas depuis leur cabine, les imprimantes 3D s’apprêtant à jouer les pizzaiolos  en apesanteur!

iss-station

La médecine

Le bioprinting est en train de prendre de l’essor petit à petit. Même si créer des membres humains tiens pour l’instant plus du fantasme qu’autre chose, les chercheurs sont déjà arrivés à recréer des cellules souches saines. Dans un avenir qu’on espère proche, il se peut qu’une imprimante 3D trône fièrement dans la salle d’opération de votre hôpital!

 

Les droits d’auteur

Si reproduire tout et n’importe quoi chez soi fait saliver bien des personnes, certains industriels risquent quant à eux de s’arracher les cheveux au vu des modèles et autres plans d’impression qui risquent d’envahir le Net tôt ou tard. Gageons qu’entretemps un moyen sera trouvé pour empêcher la reproduction illégale d’objets divers, en espérant que cela ne bride pas la créativité de certains!

jan 30

Besoin d’une manucure? Faites vous imprimer vos ongles!

 

ongle manucure gel uv

Nous vous avions parlé,il y a quelques temps de cela, d’une imprimante qui vous permettait de vous faire votre manucure. Il semblerait que cette idée ait faites des émules, car voila que l’impression 3D se mêle à la danse, par l’entremise de deux créatrices ayant de l’imagination à revendre.

Les Laser Grils,comme elles se font appeler, ( leurs vrais noms étant Sarah C. Awad et Dhemerae Ford ) proposent ainsi aux plus coquettes d’entre nous des faux ongles nouvelle génération, conçues grâce à l’impression 3D.  Leur conception serait des plus simples. En effet, grâce à du plastique de nylon et à une imprimante Form 1 de la société Formlabs, les deux créatrices proposent toute une variété de faux ongles, aux couleurs et aux formes différentes, afin de plaire à tout un chacun.

C’est après avoir exposé leurs petites créations au musée d’Art et de Design de New-York que les deux amies se sont fait connaitre , causant un engouement tel qu’elles ont décidé, dans la foulé, d’ouvrir leur petite  boutique en ligne, afin de toucher le maximum de personnes.  Une occasion spéciale pointe à l’horizon? Vous pourrez ainsi choisir les sets d’ongles disponibles, les couleurs et les tailles variant, tout comme les prix, allant de 5 à 50 dollars.

Alors qu’on vient d’apprendre que les imprimantes 3D permettront bientôt l’impression de vêtements, il semblerait que la mode fasse de plus en plus les yeux doux à cette technologie qui est en train d’envahir toutes les strates de notre existence!  Besoin de se refaire une beauté? N’hésitez plus à investir dans une imprimante 3D!


Une imprimante spéciale pour les manucures par encros

jan 22

Donnez naissance à votre fœtus avec une imprimante 3D

Non, il n’est pas encore possible de créer un humain de toutes pièces en vous servant de votre imprimante 3D ( pour l’instant du moins) mais si vous êtes impatient de tenir votre enfant dans vos bras avant même qu’il soit née , une société américaine vient de mettre au point un concept qui vous permettra de cajoler non pas une poupée quelconque mais bel et bien une version imprimée de votre fœtus!

Derrière cette idée assez saugrenue se cache  un couple de parents,  Gérard et Katie Bessette, qui ont récemment fondé leur petite start-up sous le soleil californien. 3D Babies a ainsi pour mission de donner “vie” a une réplique grandeur nature ou customisable de votre futur bébé. Pour ce faire rien de plus simple, il vous suffira d’envoyer une photo de votre dernière échographie via le site de la compagnie et le tour est joué! Bien évidemment une telle opération aura son petit cout et dépendant de la taille de “l’enfant”, vous paierez entre 200 et 400 dollars la sculpture! Histoire de  pousser la customisation jusqu’au bout, vous pourrez même choisir le teint que vous souhaitez donner à votre réplique.

Plus qu’enthousiastes à l’idée de créer des répliques de futurs nouveaux-nés, les deux parents, qui se sont payés une imprimante 3D à 15 000 dollars l’an dernier, ont ainsi expliqué que cela permettait aux parents de partager leur joie et leur attente avec leurs proches et leurs amis. On a connu procédé moins iconoclaste mais loin de vouloir s’arrêter en si bon chemin, le couple propose même à la vente des répliques de fœtus provenant de couples célèbres comme Kim Kardashian et Kanye West.

bebe-imprimante

Si vous voulez en tout cas voir trôner sur votre étagère (voir dans un bocal) une réplique de votre futur bébé en attendant de pouvoir tenir l’original dans vos bras, vous savez ce qu’il vous reste à faire!

jan 15

Impression 3D : Epson prépare son avenir

 

Difficile de ne pas entendre parler des imprimantes 3D ces derniers temps mais chose curieuse, les grandes marques semblent pour l’instant se tenir à l’écart de cette nouvelle technologie, se focalisant toujours sur les valeurs sures comme le jet d’encre ou le toner. Histoire de montrer que les grands constructeurs gardent quand même l’œil ouvert sur l’impression  en relief, le président de la firme Epson a récemment déclaré que la marque comptait entrer dans la course d’ici 5 ans.

Présent durant le CES 2014 pour présenter leurs derniers joujoux (notamment au niveau des…montres), Epson via son PDG Minoru Usui, a ainsi exprimé le plan d’attaque de la firme qui consistait à attendre quelques années avant de se mettre à produire des imprimantes 3D. Citant entre autres la fiabilité encore discutable de certains matériaux, Usui a aussi mentionné que le temps d’impression et la précision des machines actuelles laissaient encore à désirer, les quelques expériences menées par la firme confirmant selon lui ses dires.
Histoire d’enfoncer un peu plus le clou, le président a aussi déclaré que l’engouement actuel pour les imprimantes 3D était juste bon à alimenter le buzz et que peu de personnes avaient actuellement besoin d’imprimer des morceaux de plastique chez elles.  Il reconnait néanmoins que dans les années à venir l’impression 3D pour le grand public allait connaitre un certain essor, même si Epson compte dans un premier temps se focaliser sur l’impression industrielle, visant notamment l’industrie automobile. Une machine imprimant des voitures serait-elle en cours de conception?

On ignore si l’entrée tardive de la marque dans la course à l’impression 3D ne causera pas plus de préjudice à celle-ci qu’autre chose, surtout quand on voit le nombre de petites compagnies bombardant systématiquement le marché de nouveaux concepts.  Gageons que le géant nippon possède plus de ressources que l’on ne croit et rendez vous est pris aux alentours de 2019 pour voir l’un des cadors de l’impression enfin présenter son bébé.

jan 10

CES 2014 : Les imprimantes 3D sur le devant de la scène

 

 

Est-il besoin de préciser à quel point l’impression 3D est venu révolutionner notre manière de concevoir l’impression? Encore un gadget “futile” il y a quelques années, les imprimante 3D sont en train de déferler dans le monde à vitesse grand V et s’apprête à venir squatter le salon de tout un chacun.

Durant le mois de janvier s’est tenu à Las Vegas le CES ( pour Consumer’s Electronic Show ), une belle occasion pour les concepteurs et autres grandes marques de venir présenter leur dernier bébé au grand public. L’occasion était trop belle pour les cadors de l’impression 3D et deux imprimantes en particulier ont capturé l’attention.

Makerbot fait son show

makerbot

L’un des spécialistes de l’impression 3D n’a pas manqué l’occasion de venir attirer le chaland avec ses dernières innovations et outre  sa  Replicator Mini Compact qui devrait débarquer d’ici peu sur nos rayons, la firme américaine a aussi présenté son dernier monstre de guerre, à savoir la Z18. Avec sa capacité supérieur de 35 fois à la Replicator, la Z18 se destine principalement à un usage industriel (son prix de lancement avoisinant les 6500 dollars étant suffisant pour faire fuir le commun des mortels) et permettrait aux utilisateurs de se passer d’ordinateur pour choisir quel objet imprimer. Une belle bête à réserver donc aux plus fortunés.

Fins gourmets, faites place à la Chefjet

L’histoire d’amour entre l’impression 3D et la cuisine n’a pas fini de faire parler d’elle et c’est désormais la Chefjet qui devrait faire battre le cœur des marmitons férus de nouvelles technologie. C’est grâce au rachat de  la boite des responsables de la Sugarlab que cette machine a pu voir le jour. Le principe reste quasiment le même et si vous êtes un amateur de sucreries, sachez que le Chefjet vous concoctera chocolats et autres sucreries en quelques minutes.

A noter que l’imprimante sera disponible en deux modèles, une “normale” possédant une seule tête d’impression et qui limitera les utilisateurs à une seule couleur pour leurs créations culinaires tandis que la version pro, équipée de quatre têtes d’impression, pourra donner libre cours à votre imagination sans aucune limite de colories!

Rendez-vous en tout cas courant 2014 pour scruter de près la sortie de ces petites merveilles!

jan 02

Le premier haut-parleur imprimé voit le jour

 

A la longue liste des objets pouvant  voir le jour au travers d’une imprimante 3D vient désormais s’ajouter le haut parleur. Même si elle peut faire pale figure aux côtés d’éléments plus attirants ou farfelus ( squelette de dinosaure ou pizza), cette petite invention représente quand même une jolie petite prouesse technique ouvrant encore plus le champ de possibilités de l’impression en relief.

C’est grâce à une équipe de l’université Cornell aux Etats-Unis que l’appareil a pu voir le jour. Si la conception d’un haut-parleur semble à première vue relativement aisée, les chercheurs ont quand même du faire face à quelques petits problèmes techniques.  En effet, le haut-parleur étant composé de divers éléments faites de matières différentes, il a fallu gérer l’impression en plusieurs temps, demandant ainsi l’utilisation de trois encres différentes.
Tout d’abord, le châssis  de l’appareil , composé de plastique , a été relativement facile à mettre en place tandis que les éléments électroniques ont demandé un peu plus de doigté et de méticulosité. Pas de plastique cette fois ci mais une encre à nano particules d’argent a été nécessaire pour les circuits électriques tandis que l’aimant lui a pu voir le jour avec une encre composée de ferrite de strontium et d’un polymère. Inutile de préciser que ces encres particulièrement toxiques nécessitent des précautions particulières, sans compter que la température des imprimantes doit être réglée à la perfection pour que les composants soit opérationnels.

Après quelques heures de travail, le résultat fut plutôt satisfaisant même si la qualité du haut-parleur n’atteignait pas des sommets. Ce petit essai pourrait en tout cas donner des idées aux inventeurs pour mettre au point des prototypes bien plus sophistiqués et fabricables chez soi sans l’intervention d’une pléthore d’encre différentes et de protocoles de sécurité divers!

nov 29

Les imprimantes 3D débarquent dans votre poste

 

Dans quelques temps vous n’irez plus dans le  bureau de poste du coin pour déposer votre colis ou envoyer un petit recommandé mais plutôt pour  imprimer une petite coque pour votre téléphone ou n’importe quel objet de votre choix. En effet, voila que la Poste viens de mettre à disposition de ses usagers trois imprimantes afin que vous puissiez approcher de plus près cette technologie dont tout le monde en parle mais qui au final demeure mystérieuse pour bien des gens.

Visant à la fois le particulier et le professionnel, vous pourrez par exemple vous faire imprimer une nouvelle coque pour votre Smartphone pour la somme de 30 euros ou tout autre objet qui sera disponible dans le catalogue sur place . Pas d’inquiétude si vous êtes un néophyte, des postiers ont été formés de leur côté et pourront vous apporter l’aide nécessaire afin que vous ne fassiez pas n’importe quoi. A noter que si vous comptez utiliser l’imprimante 3D à des fins plus professionnels (et par conséquent pour imprimer des objets plus volumineux) , un devis devra alors être effectué.

Pour l’instant ce test ne couvre que trois postes sur le territoire et si vous êtes dans la capitale vous pourrez choisir parmi les trois postes suivantes pour vous initier à l’impression 3D: celle de Boulogne-Billancourt/Hôtel de Ville, de Paris/Bonne Nouvelle et de Paris/La Boétie. Pas de chance pour ceux habitant en Province car le test sera d’abord effectué dans les trois bureaux sus-mentionnés et ce pendant six mois. Au bout de cette période d’essai, il y aura de fortes chances pour que le projet se repende sur l’ensemble du pays. Patience donc.

 

On ne peut que saluer l’initiative du service publique qui vous permet ainsi de gouter à moindres frais aux joies de l’impression 3D. En attendant que vous fassiez le grand pas et que vous achetiez votre propre petite machine!