fév 28

Lenovo offre une imprimante à Motorola

motorolaprinter

 

On ne jure souvent que par l’iPhone et les Samsung quand on parle de smartphones. Cela dit, les autres marques ne sont pas en reste et proposent parfois des petites options et applications non négligeables. Ainsi, si ces modèles précités ont une technologie de pointe, elles n’ont pas forcément une imprimante portative en option !

C’est lors du Mobile World Congress, qui s’est déroulé à Barcelone il y a peu, que Lenovo a montré au grand public de nouveaux gadgets pour la nouvelle gamme de téléphones Motorola. Pour information, Lenovo a racheté la marque Motorola à Google et propose ainsi des gadgets spécialement prévus pour les smartphones depuis l’an dernier. On peut ainsi retrouver une nouvelle imprimante estampillée Polaroid, qui vous permettra d’imprimer vos photos en un rien de temps. L’appareil pourra se greffer au dos des Motorola de la game Z et vous permettra d’imprimer des images de 5×7 cm environ. Le petit appareil intégrera même un petit bouton de déclenchement physique et vous pourrez également imprimer les clichés issus de vos réseaux sociaux favoris comme Facebook ou Instagram. .

Lenovo a sorti son nouveau bébé depuis le mois dernier, au Royaume Uni, pour la modique somme de 119 livres (soit près de 134 euros ). Aucune nouvelle quant à une éventuelle sortie en France mais gageons que l’on retrouvera très rapidement cette imprimante photos sur nos étagères.

motorolaprinter2

Pour les autres, sachez que les imprimantes pour possesseurs de Smartphones sont en vogue depuis quelques années et qu’il ne serait pas très compliqué de trouver son bonheur.

                                  

fév 24

Un défilé de mode avec des têtes de mannequins imprimés

head1

L’impression et le monde de la mode se tournent autour depuis quelque temps déjà, et de ce mariage inattendu sont nés les vêtements imprimés en relief. Mais les têtes pensantes derrière les défilés ont voulu aller encore plus loin, en utilisant les imprimantes dans un but assez étrange.

En effet, lors du dernier événement s’étant déroulé à Milan, la maison Gucci a causé un petit buzz avec sa dernière idée en date : faire défiler deux de ses mannequins avec des répliques de leur tête imprimé.

Ces accessoires somme toute originaux ont nécessités près de six mois de conception, et ont été imprimés grâce à des scans haute définition deux modèles : Dwight Hoogendijk et Unia Pakhomova. Cela dit, aucun détail concernant la technologie d’impression utilisée n’a filtré.

Selon Alessandro Michele, qui œuvre chez Gucci, a déclaré que cette idée lui était du Manifeste cyborg, un essai féministe publié au début des années 80. L’usage de têtes imprimées avait ainsi pour but de représenter toute la difficulté de trouver et d’accepter son identité propre dans le contexte actuel. Un concept qui n’a pas manqué en tout cas de remuer les réseaux sociaux, de nombreux memes ayant fait surface après le défilé.

head2

Ce n’est pas la première fois que l’impression s’attaque au faciès d’individus. On se souvient par exemple de l’ancien président Barack Obama qui s’était vu offrir un remodelage en 3D, suivi d’une impression de son buste à son effigie.

Et vous, aimeriez-vous avoir une tête ou un buste imprimé ?

                                   

fév 23

Il imprime une prothèse pour son père amputé

 

robbie1

Que faire lorsque l’un des membres de sa famille se retrouve privé de l’un de ses membres ? D’aucuns opteront pour une prothèse tandis que d’autres passeront par des solutions plus innovantes et originales.

C’est le cas de Robbie Frei, qui a décidé de venir en aide à son père, victime de la guerre en Irak. Afin d’aider le vétéran, le jeune homme a ainsi appris à se servir d’une imprimante 3D, non sans des heures de travail.

Le lycéen vivant à St-Louis, et qui souhaite par la suite se diriger vers des études d’ingénierie, a tout d’abord passé près de trois mois à concevoir son projet avant de passer à l’action. Mais avant d’imprimer le nouveau bras, l’inventeur en herbe s’est mis en tête de créer un adaptateur pour que son père puisse à rejouer à la console.

Après de nombreux essais, le lycéen fut en mesure de créer un bras gauche adapté à la morphologie de l’ancien soldat. La création du jeune homme n’a pas manqué de lui amener de nombreux compliments, certains allant jusqu’à dire que sa petite invention n’était pas vraiment surprenante au vu du talent du jeune homme. Ainsi, un expert en robotique le suivant depuis des années, Derek Ward, a rajouté que Robbie était dans un groupe de robotique depuis près de 6 ans, d’où ses aptitudes poussées en la matière.

3d-arm

L’avenir de Robbie semble en tout cas tout tracé, le monde de l’impression et surtout celui en relief ne cessant de produire de nouvelles possibilités et autres têtes pensantes.                 

                                      

fév 22

Incroyable : une imprimante crayon lowcost

pencil

On barde parfois les imprimantes de technologies diverses et variées, suffisamment pour donner le tournis à l’utilisateur pas forcément averti. Il est ainsi bon, parfois, de revenir aux bases et de proposer un produit tout aussi simple qu’efficace.

C’est un peu le cas de l’imprimante du Youtuber Terrormink , qui se placera à des kilomètres des monstres de guerre que les grandes marques sont capables de nous sortir. Jugez plutôt. 

En effet, en guise de tête d’impression, l’imprimante en question utilisera…un crayon. Un simple crayon qui pourra ainsi donner vie à vos notes et autres dessins en un rien de temps. Idéal pour ceux n’en pouvant plus d’acheter des cartouches d’encre par dizaines. Notre inventeur s’est contenté de prendre le strict minimum pour mettre au point sa petite création : l’imprimante est en effet constituée d’un vieux scanner, d’un disque dur et d’un vieux lecteur de CD-ROM. Un sommet de minimalisme mais qui fait quand même son effet, cette imprimante lo-fi arrivant à imprimer malgré tout.

 

pencil

Ce n’est pas la première fois qu’un appareil utilisant ce type de concept fasse surface. On peut, par exemple, évoquer la Pencil Printer, qui avec son concept et son allure des plus élégantes, a de quoi flatter le regard des amateurs de facéties liés à l’impression.

On se demande ainsi si l’avenir des imprimantes ne se situe pas dans le DIY. Avec tous les scandales liés au monde des compatibles, il se peut ainsi que le public se tourne de plus en plus vers les solutions alternatives. À suivre.

 

                                             

fév 21

Un artiste qui se prend pour une imprimante

david bayo

 

Difficile d’associer au premier abord l’art et l’impression, mais il arrive parfois qu’un individu sorte du lot et s’inspire du modus operandi des imprimantes pour nous offrir des œuvres qui sortent de l’ordinaire !

C’est un peu le cas de David Bayo, artiste de son état qui nous sort des œuvres tout simplement sublimes. N’utilisant pas de pinceau ou autre pour donner vie à ses tableaux, notre artiste est, en quelque sorte, une imprimante humaine. En effet, son style rappellera beaucoup le système d’une imprimante jet d’encre, avec les microgouttes d’encre posées une à une sur une page blanche.

Mais là où une imprimante conventionnelle prendre quelques minutes pour donner vie à une feuille, il faudra un peu plus de temps (près de 12 jours) pour que l’artiste « imprime «  l’une de ses œuvres.

D’aucuns pourraient sourire en voyant le temps de réalisation d’un dessin mais quand on sait à quel point l’encre peut couter une fortune, on se dit qu’une personne prenant autant de temps reviendrait bien moins cher que de faire appel à des cartouches d’encre.

david bayo2

Quoi qu’il en soit, nous avons parfois eu l’occasion de voir des concepts d’imprimante qui, au-delà de simplement donner vie à une feuille de papier, cherchent à donner une vraie plus-value à l’impression. On pourra par exemple penser à la printbrush, ou littéralement imprimante-pinceau, qui vous permettra de peindre sur une feuille tel un vrai peintre.

Gageons en tout cas que Bayo n’est pas prêt de troquer son stylo contre une imprimante, quand bien même celui lui prendrait moins de temps.                   

                                           

fév 02

Des oreilles imprimées au secours des enfants

Oreille3D1

Les malformations corporelles ne sont jamais agréables à voir, et il faut parfois de nombreuses et couteuses opérations pour pouvoir réparer tout cela. C’était sans compter l’impression 3D, qui arrive désormais à faire des miracles au niveau médical.

Nouvel exploit en date : des chercheurs en Chine ont découvert un moyen de venir en aide aux enfants atteints d’une malformation à l’oreille. Mieux encore, les têtes pensantes seraient arrivées à leurs fins en utilisant une imprimante ainsi que les cellules des patients. Ce sont cinq enfants atteints de microtie qui ont été choisis pour essayer cette nouvelle forme de greffe.

S’il existe des moyens pour « effacer » cette malformation, il n’existait jusque-là aucun moyen de redonner aux malades des oreilles ressemblant aux vraies. C’est désormais possible, grâce aux imprimantes 3D.

C’est en s’aidant de cellules se trouvant dans le cartilage de l’oreille que l’opération a été réalisée. Lesdites cellules ont ensuite étaient développés au cœur d’une moulure conçue par impression. Les patients ont ensuite reçu le tout en greffe, à la place de leurs oreilles (ou du moins là où devaient se trouver leurs oreilles).

Avec le temps, les greffes ont commencé à se mêler au reste du corps des enfants, la peau de ces derniers épousant au fil du temps les contours des greffes.

enfant2

Cela fait maintenant deux ans que cette technique a été utilisée pour la première fois et si cette technique s’avère aussi efficace qu’on le dit, les personnes souffrant de cette malformation à l’oreille auront enfin une solution à leurs problèmes.

                                         

fév 01

Il crée une imprimante qui résiste au temps

imprimante2

 

L’actualité autour de l’obsolescence programmée n’a jamais été aussi vivace, notamment avec l’affaire des constructeurs d’imprimantes, accusés par la HOP de réduire drastiquement la durée de vie de leurs appareils. Fort heureusement pour les consommateurs, la résistance s’est désormais organisée et certaines personnes proposent d’intéressantes solutions pour imprimer plus facilement.

C’est le cas de Paul Morin qui s’est lancé dans un ambitieux projet : la mise au point d’une imprimante composée de pièces facilement remplaçables, ne forçant ainsi pas l’utilisateur a changé d’appareil en cas de panne. Mieux encore, le jeune homme de 27 ans a mis au point une application qui permet à des utilisateurs environnants d’utiliser imprimante. Un habile moyen de faire profiter son entourage de l’appareil, tout en limitant la consommation abusive.

Afin de surveiller au mieux la consommation, l’inventeur s’est appuyé sur des réservoirs d’encre extérieurs, permettant ainsi de savoir en un coup d’œil combien d’encre subsiste. Un système qui n’est pas sans rappeler les systèmes CISS, solution encore peu connue en France.

imprimante1

Bien décidé à continuer sur sa lancée, Paul Morin veut développer une entreprise avec comme fer de lance son imprimante à toutes épreuves. Détail important, celui-ci refuse qu’une grande compagnie ne mette la main sur son bébé. Un moyen ainsi de conserver les spécificités de son appareil sans parasitage externe.

Avec les scandales qui apparaissent régulièrement, il n’est pas dit que les consommateurs se tournent de plus en plus vers des solutions d’impressions alternatives pour ne plus subir le joug des constructeurs.

                                          

jan 30

Il perd ses doigts et se fabrique sa propre prothèse imprimée

personne1

Avec l’émergence de l’impression 3D, on a assisté à l’émergence de nombreux appareils aux aptitudes aussi nombreuses que pratiques. S’il y a un domaine qui a su profiter de ce nouvel engouement, c’est la médecine, qui a permis ainsi de donner une seconde vie aux personnes amputées, par exemple.

C’est un peu le cas de Francis Personne, qui est victime d’un grave accident en 2006, le laissant sévèrement estropié. Commence alors un long chemin de croix pour trouver une prothèse lui permettant de vivre plus facilement. Peine perdue, celles-ci ne conviennent pas vraiment à l’homme, qui décide en 2015 de passer par la solution de l’impression pour se créer la prothèse parfaite.

Il se dirige alors vers les têtes pensantes de l’Icam afin de soumettre son projet et après de nombreuses cogitations, il se procure sa propre imprimante, coutant 2500 euros, afin de se fabriquer son outil. Ce sera une fois de plus une véritable aventure avant que la prothèse magique ne voit le jour, mais le bricoleur arrive finalement à donner vie à l’objet parfait. Ce ne sont pas moins de 15 heures de façonnage qui auront été nécessaires pour que Francis trouve chaussure à son pied.

Il arrive désormais à effectuer des petites tâches du quotidien, comme tenir un crayon ou même couper des branches. Une véritable bouffée d’air frais qui permet désormais à cet ancien outilleur-fraiseur d’avoir une vie plus paisible.

personne2

Une belle leçon pour les personnes victimes d’un tel accident, l’impression pourra se révéler être une solution aussi innovante que salvatrice.    

 

                                      

jan 08

La Smart Magic Wand : un joli concept d’imprimante

smart_printer

 

L’ingéniosité des concepteurs d’imprimante n’est plus à prouver, et nous avons vu, ces dernières années, des kyrielles de concept permettant de transcender l’impression pour offrir de véritables bijoux sortant de l’ordinaire.

On peut, par exemple, citer l’impression 3D, qui entre ses appareils permettant d’imprimer des pizzas et des cookies et autres vêtements, l’utilisateur se retrouve ainsi avec un champ des possibles quais infini.

Une autre problématique qui s’est vu doter de nombreuses solutions ces derniers temps : le transport d’imprimante. On connait tous les imprimantes, machines relativement lourdes et compliquées à déplacer. Certains ingénieurs ont ainsi eu l’idée de créé des imprimantes portatives, permettant aux utilisateurs nomades de sortir documents et photos en tous genres.

Des concepts fleurissent désormais régulièrement, à l’image de la Smart Magic Wand, un prototype qui devrait en faire rêver plus d’un. Conçue par le designer Nam Gyun-Kim, cette imprimante vous permettrait d’imprimer, et de scanner, où bon vous semble.

Cette « baguette magique » est intéressante à bien des égards. Son design fin et stylisé ne laisse, ainsi pas indifférent. Quid des propriétés ? On notera la présence d’un dock permettant d’y mettre votre iPhone, afin d’imprimer article ou photos en un rien de temps. L’imprimante aurait ainsi un scanner, si jamais vous souhaitez imprimer les pages d’un magazine ou d’un livre.

Petite touche design non négligeable, on notera la présence d’un petit manche sur le côté, vous permettant de transporter votre petit appareil à votre guise.

smart_printer4

Comme nombre de concepts, cette imprimante a peu de chances de voir le jour. À moins que l’idée ne fasse mouche chez un constructeur !

 

                                              

déc 28

Insolite : des fidgets spinners imprimés microscopiques !

mini spinner

Si vous avez n’avez pas vécu dans une grotte durant l’année passée, vous n’êtes pas sans savoir que les Fidget Spinners ont pris le monde d’assaut, pour le plus grands bonheur des bambins et le cauchemar des parents.

Si l’impression n’a pas tardé à s’emparer de l’affaire, offrant aux joueurs des fidgets spinners imprimés, des chercheurs ont poussé le bouchon encore plus loin, en créant des jouets encore plus spéciaux.

En effet, des scientifiques du laboratoire Oak Ridge ont mis au point des versions XXS des fameux jouets. Peu de chance en effet de pouvoir y jouer, ces fidgets étant uniquement visibles à l’aide d’un microscope électronique. Les jouets mesurent à peine 100 microns, les rendant 130 fois plus petits que leurs comparses conventionnels.Il aura fallu une imprimante haut de gamme, une petite goutte de liquide (composée de polymère spécial) et pas mal d’heures pour que les chercheurs arrivent à leurs fins.

Selon Adam Rondidone, de Oak Ridge, ce petit exercice était un beau moyen de sensibiliser les jeunes quant au fait que leur laboratoire, comme de nombreux autres, permettait de donner vie à ces projets aussi farfelus qu’ingénieux.

De manière générale, Oak Ridge veut offrir aux esprits créatifs et aux scientifiques de tout bord des solutions d’impression réellement innovants.Le laboratoire ne va, bien entendu, pas commercialiser son fidget spinner microscopique, mais compte bien l’exposer dans ses différentes conventions, afin d’amuser les enfants.

Si l’idée de ce jouet miniature peut faire sourire, la technologie utilisée pourrait être d’un grand secours dans le domaine de la nanotechnologie et la construction. En attendant, vous pouvez quand même admirer l’objet imprimé tourner à tout va sous un microscope !