juin 25

Buccaneer, quand l’imprimante 3D fait dans les petits prix

 

A l’instar des nouvelles télés et autres consoles Nextgen, la plupart des nouveaux appareils arrivant sur le marché coûtent parfois les yeux de la tête à leur sortie. Cela s’applique aussi au monde de l’impression mais alors que certains pensent  que les imprimantes 3D sont encore à l’état de projet farfelu, voici que ces dernières commencent petit à petit à se démocratiser et surtout se rendre plus accessible au commun des mortels.

La Buccaneer est le bébé d’une compagnie répondant au doux nom de Pirate3D  qui suite à une campagne sur Kickstarter a dévoilé sa machine de guerre aux yeux de tous.  Le but ultime de Pirate3D? Rendre l’impression en relief accessible au plus grand nombre de personnes possibles sans attendre la fin de la prochaine décennie! Outre son prix des plus abordables (comptez près de 347 dollars, 270 euros pour le prix de lancement), la Buccaneer joue aussi sur son design à la fois élégant et minimaliste pour flatter le regard.  Elle se voudra aussi très ergonomique et facile d’utilisation , les concepteurs planchant d’ailleurs sur un bouton on/off qui sera présent sur l’avant de la machine. Absolument tout est fait en tout cas pour que la machine séduise au maximum.

Au niveau de ses capacités, on sait déjà qu’elle pourra bénéficier du WIFI et les accros aux Smartphones pourront aussi se servir de leur appareil pour lancer des ordres à leur guise.  On sait aussi qu’elle disposera d’un filtre à l’arrière qui permettra aux mauvaises odeurs d’êtres réduites au silence. Quand on connaît les produits qui sont utilisés dans les imprimantes en 3D, on se dit que cette petite touche subtile sera loin d’être inutile!

Prévue pour arriver sur les rayons en décembre 2013, la Buccaneer pourra ainsi faire office de joli cadeau de noël pour certains. Reste à savoir désormais qu’elle sera la réponse des autres compagnies face au lancement de cette imprimante qui sera à coup sur l’un des événements majeurs de cette fin d’année. La balle est désormais dans leur camp!


La Carbon 3D : l’imprimante 3D inspirée de… par encros

juin 21

Quand l’imprimante fait ami ami avec votre tranche de pain!

Pour beaucoup d’entre nous, le réveil au petit matin est un  moment plus ou moins (dés)agréable et il n’y a rien de mieux pour se donner du courage qu’un bon petit déjeuner.  Histoire de rendre ce dernier moins austère et  un peu plus fantaisiste, voila qu’une nouvelle lubie est en train de se glisser sur la table de la cuisine. En effet, il faudra désormais faire de la  place entre le jus de fruit et le bol de céréales car voila que les imprimantes pour tranches de pain font leur apparition!

On a tous ou presque sur notre table un grille-pain au look plus ou moins ringard et histoire de dynamiser l’image de notre appareil, quelques designers ont eu l’idée de s’inspirer de nos chères imprimantes pour faire de vos petits-déjeuners un instant résolument plus ludique! Evacuons déjà le fantasme suivant : l’imprimante pour tranche de pain n’utilisera pas  (pas pour l’instant du moins)de cartouches remplies de confiture ou de beurre.  En guise d’impression, vous aurez surtout droit à un toastage en bonne et due forme de votre pain de mie avant qu’il ne finisse dans votre estomac.

Deux concepts sortent un peu du lot. Nous avons à notre droite la Zuse, grille-pain s’inspirant des premières imprimantes matricielles afin de donner un peu plus de personnalité à votre futur toast. Capable d’imprimer des “images” de 12 x 12 pixels, cette petite machine s’appuiera sur les quelques images disponibles dans son disque dur pour imprimer de manière aléatoire un joli petit dessin sur votre tranche de pain. Mignon et ludique, un joli petit moyen en somme d’avoir le sourire avant d’attaquer la journée!

zuse printer

 

De son côté, la Toaster Printer flattera surtout le regard avec son look classieux et épuré s’inspirant autant de la machine à faire des pâtes que de l’imprimante conventionnelle mais pas de jolis petits dessins de son côté, juste un petit coup de chaud bien ordinaire et puis voila. A réserver surtout aux amateurs de concepts un peu plus tape-à-l’œil

printer tioaster

 

Il va de soi que l’utilité de ces appareils est somme toute assez relative mais avouez quand même qu’une tranche de pain de mie a plus de panache quand elle arbore un joli dessin fraichement imprimé!


Découvrez Bocusini :l ‘imprimante qui imprime… par encros

juin 18

Canon sort l’artillerie lourde avec la Pixma MG6350

Il n’est pas rare de voir les grandes marques sortir de temps à autres des modèles d’imprimante censés représenter le haut de gamme dans leur catégorie. Canon ne déroge pas à la règle et nous propose aujourd’hui  sa Pixma MG6350, une imprimante qui devrait autant ravir les particuliers que les petites entreprises.

Difficile de parler de l’imprimante sans évoquer son très joli design, aussi minimaliste qu’élégant. Exit la sempiternelle machine noire (même s’il est possible de trouver des modèles de cette couleur) ou grise, la Pixma MG6350 opte pour un blanc immaculé  qui se marie parfaitement avec les lignes de la machine.  Vous trouverez aussi un écran LCD couleur du plus bel effet sur le dessus et on notera cependant que l’imprimante est d’une taille assez importante donc prévoyez de l’espace sur votre bureau!
Si la Pixma marque des points au niveau de son aspect, qu’en est-il de ses fonctionnalités? Tout d’abord elle possède une vitesse d’impression des plus correctes : on flirt avec les 15 pages par minute pour une impression en noir et blanc et 10 pour l’impression couleur (même si la vitesse peut varier selon les désirs de votre imprimante). La qualité est aussi très correcte et vous pourrez imprimer vos photos sans soucis, le détail et le rendu de ces dernières étant du meilleur aloi.

Tout serait presque rose si la Pixma ne prenait pas son temps pour démarrer et les plus impatients risque de faire la tête quand ils verront que la petite machine peut prendre plus d’une minute avant de lancer une impression.  On notera aussi que la machine a un peu lésiné sur le nombre de pages qu’elle peut stocké.
Quoi qu’il en soit, la Pixma offre des possibilités plutôt agréables et outre son design qui attire le regard, son prix de lancement (comptez dans les 150 à 160 euros) demeure très correcte. En définitive, si vous voulez une imprimante alliant belle performance et look agréable, vous savez vers qui vous devez vous tourner.


Désactiver les niveaux d’encre d’une imprimante… par encros

juin 14

Pencil Printer, l’imprimante qui a bonne mine

 

 

Toujours plus!!  Ces deux mots résument à merveille les envies et les velléités des acteurs principaux du monde de l’impression, les grandes marques voulant systématiquement doper leurs nouvelles imprimantes avec le haut du panier en termes d’applications et d’innovations techniques. On serait donc tenté de sourire et de hausser les épaules en regardant de plus prêt la Pencil Printer, même si au final cette dernière a le mérite de proposer une alternative originale et écologique aux monstres de guerre auxquels on a souvent droit.

Quelle est la particularité de cette fameuse Pencil Printer?  Pour les moins anglophones d’entre vous, Pencil Printer veut littéralement dire “imprimante à crayon”  et même si cela semble assez farfelu, cette imprimante utilise bien un crayon pour l’impression! Exit les cartouches de toner et autres consommables, cette imprimante low cost joue les outsiders  avec son procédé peu commun! C’est un designer du nom de  Hoyoung Lee qui a mit au point cette petite invention des plus originales.  Outre son design qui flatte le regard, son modus operandi attire résolument l’attention. La Pencil printer utilisera un crayon en guise de carburant, ce dernier se verra ainsi broyer et carbonisé pour finir en  substitut de toner sur votre papier. Histoire de pousser le concept jusqu’au bout, l’imprimante possède aussi une gomme qui vous permettra d’effacer les fautes que vous aurait laissé derrière vous.
Il va de soi que le véritable intérêt de cette imprimante pas comme les autres sera son rejet quasi nul de déchets ( mis à part sa consommation électrique, pas de  grosses consommations à prévoir ). Si vous êtes un consommateur assidu de crayons , ces derniers pourront très bien aller nourrir votre imprimante lorsque vous en aurez plus besoin, encore faudra t-il y penser!

Comme les nombreux autres concepts d’imprimantes que l’on peut voir à gauche et à droite, la Pencil Printer joue dans la discrétion et on ne sait pas encore si on aura droit à une commercialisation massive de celle-ci.  Quoi qu’il en soit, elle arrive à point nommé pour faire taire une fois de plus ceux qui pensent que les imprimantes ne sont que des pollueuses en puissance! Pensez en tout cas à ressortir vos tailles-crayons, on ne sait jamais!


Découvrez l’imprimante Prepeat qui imprime sans… par encros

juin 11

Printstik : quand on dit que la taille ne compte pas

printstik

Où va s’arrêter la miniaturisation?  Difficile de répondre à une telle question, surtout lorsque l’on voit à quel point les têtes pensantes de certaines compagnies s’évertuent à nous sortir des appareils de plus en plus petits chaque jour qui passe. Il fut un temps où on se disait que cette lubie techno-ergonomique n’allait jamais atteindre le monde de l’impression jusqu’à l’arrivée de la Pocket de LG et autre Canon Pixma iP100 . Loin de s’arrêter en si bon chemin, c’est au tour des Canadiens de la firme PlanOn de voir les choses en petit en remettant au gout du jour leur Printstik, la plus petite imprimante Bluetootch au monde, ni plus ni moins.

 

Pas de surprises au niveau de la taille, la Printstik  joue dans la cours des petits. Pesant à peine 513 grammes, elle affiche aussi  27,9 x 5,1 x 2,5 cm au compteur. La Printstik mise bien sur à fond sur son aspect portatif et elle se glissera sans soucis dans votre attaché-case ou votre sac à dos.  Au niveau de ses capacités , elle n’a cependant pas fait dans la demi-mesure. Jouant ainsi la carte de la connectivité, le Bluetooth sera mis  à l’honneur avec l’imprimante et vous permettra de vous connecter via votre Smartphone ou votre PC portable. Que l’on se rassure, vous pourrez aussi utiliser l’imprimante avec un bon vieux câble USB.
Au niveau de ses capacités d’impression, la Prinststik s’appuie sur l’impression thermique et dit ainsi au revoir aux cartouches d’encre. Il faudra néanmoins se montrer relativement patient car avec  vous pourrez imprimer seulement 3 pages par minutes. Il vaudrait ainsi mieux utiliser votre machine XXL pour imprimer votre thèse!

Très pratique si l’on est très mobile, la Printstik sera un véritable plus pour ceux nécessitant d’imprimer une document à la hâte, à condition quand même d’y mettre le prix car il faudra compter dans les 200 euros pour se procurer ce petit objet.


Maisons imprimées en 3D et en ciment : bientôt… par encros

juin 10

Quand l’impression en 3D se joue de la gravité.

 

 

Le modus operandi d’une imprimante en 3D commence à se faire connaître de tous. Cette dernière va en effet  “imprimer” l’objet de votre choix en superposant de nombreuses couches de matière jusqu’à obtenir le résultat souhaité. Jusque là rien d’extraordinaire. Imaginez maintenant que l’on soit capable d’imprimer des objets à tout va sans prendre en compte ce fameux assemblage de couches et ainsi imprimer sur n’importe quelle surface , plane ou pas, à sa guise. Impossible? Une firme du nom de Mataerial cherche à nous prouver le contraire.

Comme nous le disions plus tôt, l’impression 3D se rapproche d’un plat de lasagnes avec ses différentes superpositions d’éléments mais voila que les têtes pensantes de Mataerial auraient mis au point une imprimante 3D voulant faire dans l’avant-garde. Tout d’abord, l’imprimante en question, outre son design plus proche du robot industriel que de l’imprimante,  utiliserait non pas les matériaux habituels comme la résine et le plastique mais un type de polymère très particulier et à la composition tenue secrète. Ce polymère se durcirait immédiatement au contact de l’air, permettant ainsi à l’objet imprimé de se figer en un rien de temps.
Quels avantages pourraient-on tirer de cette nouvelle manière de concevoir les objets 3D? Selon les concepteurs du projet, on pourrait s’affranchir de certaines contraintes liées à l’impression 3D conventionnelle et ainsi donner aux objets 3D une forme plus proche du résultat souhaité. Aucunes contraintes non plus au niveau de la taille de l’objet, la forme du ” bras” imprimant conférant une liberté d’action quasi sans limites.

On se permet néanmoins d’avoir certaines réserves sur les réels avantages de la machine. Si le projet peut paraître séduisant en soi, on ignore à quel point le rendu des objets imprimés sera aussi fidèle qu’on le dit.  Le coût de l’ensemble risque aussi de faire fuir les plus téméraires et l’utilisation d’un polymère très particulier risque de limiter le champ d’action de la machine.  Aucun annonce concrète pour une commercialisation de la machine n’a encore été annoncée mais nous gardons néanmoins un œil sur cette manière d’imprimer au final assez originale.


Maisons imprimées en 3D et en ciment : bientôt… par encros

juin 05

Dell et son imprimante B1165nfw

 

 

Vous qui cherchez une imprimante capable d’imprimer mais aussi d’envoyer des fax, de scanner voir de copier ( l’option machine à café n’étant pas encore à l’ordre du jour! ) , la petite machine de Dell, plus connu sous le nom de B1165nfw, devrait combler d’aise ceux cherchant une imprimante pas cher et proposant diverses fonctionnalités.

Tout d’abord, que retrouvons nous au niveau du design? L’appareil joue à la fois la carte de l’élégance et de la sobriété en optant pour une colorie noire et des lignes épurées. Nous retrouvons aussi une machine jouant sur l’ergonomie et qui se fondra plutôt bien dans le décor, sans prendre de la place outre mesure. Quid alors des  capacités de celle-ci?

  Nous parlions plus tôt des nombreuses fonctions de la B1165nfw et vous pouvez rajouté dans le lot une batterie d’options permettant aux utilisateurs de WIFI et autres Smartphones d’imprimer à tout va grâce au Google Print ou à l’Air Print. Jouant la carte de la connectivité à fond, vous pourrez par la même occasion configurer votre machine en un tour de main grâce à l’Easy WiFi Installer. En ce qui concerne les capacités d’impression de l’imprimante elle-même, on bute tout d’abord sur une capacité de stockage de papier assez réduite (comptez 150 feuilles à la fois). Cela ne devrait pas être un problème si vous êtes un utilisateur léger mais à partir du moment ou vous sollicitez votre machine de manière constante vous risquez de réapprovisionner celle-ci assez régulièrement.
On notera aussi l’absence de mode duplex et ce sera donc à vous d’aller retourner les feuilles si vous besoin d’imprimer des feuilles en recto-verso.
La vitesse d’impression quand à elle est des plus correctes  ( près de 21 ppm) tandis que le rendu des impressions sera de bonne facture, même s’il faudra ne pas compter sur la B1165nfw pour vous fournir des photos de haute volée.

 

Au final nous avons une imprimante qui possède des fonctionnalités diverses mais qui se montrera moins effective si vous êtes un peu trop exigeant et gourmand en impressions. Elle sera surtout réservé à ceux qui souhaitent  en faire un usage parcimonieux plutôt qu’à ceux voulant un monstre de guerre imprimant à cent à l’heure!


Comment Nettoyer Vos Buses d’impressions… par encros

mai 30

Coup d’œil sur la WorkForce WF-3250 de Epson

 

Que vous soyez un particulier utilisant son imprimante de manière régulière ou une petite entreprise nécessitant une machine répondant systématiquement présente, la WorkForce WF-3250 d’Epson se présente comme un allié de choix, jouant à la fois la carte de la performance et du prix raisonnable.

 

Comme toute imprimante moderne qui se respecte, le bébé d’Epson joue allègrement la carte de la connectivité. l’Ethernet et le WIFI ne jouant pas aux abonnés absents, vous permettant ainsi d’imprimer à distance sans la moindre difficulté. A noter que les utilisateurs des services AirPrint et Print d’Apple et Google y trouveront leur compte avec cette imprimante.
Au niveau des performances de la bête, la Workforce n’a pas fait les choses à moitié et c’est au niveau de la contenance de papier que celle-ci  sort le grand jeu. Ce sera en effet prêt de 250 feuilles de papier qui pourront se loger dans le compartiment, vous laissant ainsi une belle marge avant d’être à sec.  Là où Epson fait fort, c’est dans les dimensions de l’imprimante qui sont étonnamment succinctes au vu des (grosses) capacités de la la Workforce.

Pour ce qui est de la qualité de l’impression, pas de soucis à avoir. L’encre  Durabrite sèchera en un rien de temps et saura résister aux affres du temps et à l’humidité de manière assez remarquable. La vitesse quand à elle est des plus correcte, vous compterez à peu prêt 15 ppm pour des documents recto et un peu plus de 7 ppm pour l’option recto-verso.  On est certes loin des cadors du genre mais les plus pressés seront quand même très satisfaits des performances de la machine.

Très fiable et jouant habilement sur ses fonctionnalités, vous aurez avec la Workforce droit à une imprimante ne payant pas de mine au premier abord ( même si son design est plutôt agréable) mais qui saura se montrer à la hauteur de vos attentes


Le système d’encrage en continue de la marque… par encros

mai 29

La Canon Pixma iP100 : l’imprimante qui vous suit partout

Si vous êtes du genre à être constamment sur les routes sans pour autant oublier tout votre petit attirail informatique,  la petite protégée de Canon, j’ai nommé la Canon Pixma iP100, devrait combler d’aise tous ceux qui ont la bougeotte.

 

 

Ce n’est pas la première imprimante de Canon a joué dans la cour des petits mais l’iP100, en comparaison par exemple à sa “grande” sœur l’iP90V , apporte quelques petites améliorations pas inintéressantes. Tout d’abord la contenance de l’îP100 a été vu à la hausse par rapport à ses prédécesseurs et vous pourrez ainsi charger votre machine avec une cinquantaine de pages (contre seulement 30 pour l’iP90V par exemple). La qualité d’impression et la vitesse ont aussi été dopé à la vitamine et vous pourrez grâce à l’iP100 imprimez des photos de très bonne facture (  la résolution avoisinant les 9600×2400 ppp) et le tout très rapidement ( 50 secondes pour une seule photo ).

Au niveaux des autres possibilités de l’imprimante celle-ci disposera d’un port USB qui vous permettra d’y connecter facilement votre ordinateur ou votre appareil photo. Petit bémol cependant, les accros du Bluetooth devront se procurer un module à part s’ils veulent profiter de cette technologie. Les plus accros à la connectivité regretteront pour leur part l’absence de WIFI sur l’imprimante.

 

 

Si l’îP100 n’est pas la plus complète des imprimantes portatives, elle compense néanmoins ses manques par une qualité d’impression des plus honorables. Plutôt discrète et possédant un design à la fois sobre et élégant, elle devrait être des plus utiles si vous êtes du genre nomade et que vous recherchez une imprimante fiable et surtout facilement transportable!


Little Printer : une imprimante aussi mignonne… par encros

mai 27

Quand l’impression vient au secours de l’estomac des astronautes

Sans forcément y être allé, on sait qu’un voyage dans l’espace comporte son lot de contraintes et au vu des conditions de vie très particulières d’une virée hors de l’atmosphère, l’alimentation des astronautes par exemple est parfois sujet à des contrôles très stricts.  Histoire cependant de varier la rata habituelle composée du sempiternel repas lyophilisé, voila que la NASA  a déboursé pas moins de 125 000 dollars pour la mise au point d’un système d’impression 3D permettant d’imprimer…des pizzas!

 

Il est évident que si l’envie d’une quatre fromages vous prend alors que vous faites l’idiot à plus de 30 000 km de la surface du globe, il sera difficile pour vous de vous faire livrer à domicile et c’est là que l’impression 3D vient au secours des gourmets.  C’est un ingénieur du nom d’Anjan Contractor qui s’est vu confié l’étonnante tache d’apporter un peu d’Italie dans l’espace. Il avait déjà fais des essais culinaires l’an dernier en usant de chocolat dans une imprimante et voila qu’il s’improvise désormais pizzaïolo pour voyageurs interstellaires.

La raison du choix de la pizza comme plat de substitution est assez simple. Le système d’impression d’une imprimante 3D s’appuyant sur la superposition d’une série de couches, la pizza était le plat parfait pour se plier aux exigences de la machine. Pas d’encres particulières mais les ingrédients habituels tels que la pâte et l’huile contenue dans des cartouches. Ajoutez à cela un système de cuisson immédiat et une conservation des “cartouches pouvant aller jusqu’à 30 ans et vous obtiendrez une délicieuse reconstitution d’un des mets les plus appréciés de la planète à des années lumières de celle-ci.

Avec les voyages de plus en plus long qui se préparent à la NASA, il est évident que cette imprimante à pizza apportera son lot de confort aux voyageurs mais Contractor espère aussi pouvoir faire profiter les terriens de son invention et pourquoi pas installer une imprimante dans chaque cuisine.  Reste à savoir si les puristes accepterons un jour de laisser tomber leur four à pizza habituel pour des cartouches d’huiles d’olive et de sauce tomate!


Imprimer un chat ou une pizza désormais possible! par encros