avr 17

Epson annonce l’arrivée de ses nouvelles imprimantes laser

La firme japonaise vient bouleverser le petit monde de l’impression laser en annonçant la sortie prochaine de son nouvel  arsenal de machines. Epson se focalisera sur deux gammes spécifiques, à savoir les WorkForce AL-M300 et AL-M400,  connues pour faire parties du haut du panier de la marque grâce à leur vitesse d’impression et la qualité du rendu.
Les modèles proposés seront les suivants : AL-M300D, AL-M300DT, AL-M300DN et  AL-M300DTN pour la gamme des 300 tandis que les modèles  AL-M400DN et AL-M400DTN viendront compléter le tout.  En ce qu’il s’agit des prix il y a à boire et à manger et ces derniers varieront entre 275 euros pour la AL-M300D tandis que la AL-M400DTN avoisinera plutôt les 995 euros.  Ces modèles seront surtout prévues pour les gros utilisateurs d’imprimante et auront plutôt leur place dans des petites entreprises que chez des particuliers.

 

 

Jetons un coup d’œil sur les spécificités des gammes précédemment mentionnées.  La AL-M400 ne laisse vraiment pas indifférent au vue de ses performances, la machine proposant un cycle d’impression des plus correctes, près de 200 000 pages et le tout avec une capacité de 45 pages par minute.  Même si ses capacités sont moindres par rapport à sa grande sœur, la M300 n’a pas à rougir avec son cycle proposant 100 000 pages, le tout pouvant aller jusqu’à 35 pages par minute. On retrouve bien entendu les petites subtilités telles que l’impression recto-verso et au delà de leur capacité et leur vitesse plus que correctes, n’oublions pas que ces imprimantes jouent aussi la carte de la connectivité avec la possibilité d’imprimer avec son Smartphone ou sa tablette. Les plus accros aux nouvelles technologies y trouveront ainsi parfaitement leur compte.

 

 

Nous reviendrons plus en profondeur sur ces imprimantes dans un futur billet et sachez que les plus impatients pourront déjà se procurer les modèles dès le mois d’avril.


Comment recharger une cartouche laser Epson… par encros

avr 16

Little Printer, une imprimante de taille!

Il va sans dire que l’une des tendances les plus rependues ces derniers temps est la miniaturisation des appareils. Téléphones ultra plats, téléviseurs filiformes…Le monde de l’impression n’échappe pas à la règle et alors que les marques rivalisent d’ingéniosité pour rendre nos imprimantes encore plus compactes, un tout petit appareil essaye de se démarquer des grosses pointures.

 

Little Printer.  Rarement un nom aura si bien sied à une machine, surtout quand on voit cette dernière. Les dimensions de cette imprimante sont effectivement assez succinctes et son design à la fois minimaliste et engageant font de la Little Printer un objet assez agréable voir mignon au regard.  Au niveau de ses spécificités la Little Printer fonctionne grâce à l’impression thermique et  n’est pas directement connecté à votre ordinateur mais passera par un routeur qui lui permettra d’aller comme une grande sur le Net pour vous permettre de récupérer diverses informations, allant de votre dernière grille de Sudoku au fil d’actualité de votre réseau social favori.  Vu la taille de l’objet vous vous doutez bien que vous ne pourrez pas imprimer des tonnes et des tonnes de documents et l’utilisation de la Little Printer se veut plus ludique que professionnelle.

 

Annoncée depuis l’an dernier, la petite bestiole a tout d’abord faut hausser bon nombre de sourcils au vu de son prix relativement exorbitant, surtout quand on regarde ses fonctionnalités plutôt limitées mais les responsables de la compagnie Berg Cloud ont rectifié le tir en proposant un  prix de vente passant désormais sous la barre des 200 euros. Un prix qui fera quand même réfléchir à deux fois avant de se le procurer mais les plus accros d’entre y trouverons sans doute leur compte tandis que ce n’y voyant qu’un vulgaire gadget rebrousseront sans doute leur chemin.


Little Printer : une imprimante aussi mignonne… par encros

avr 09

Les jets d’encre Lexmark passe sous le contrôle de Funai

Dans la valse des achats et des rachats de compagnie, voila que Lexmark se joint à la danse en cédant une partie de ses activités à autrui,  passant désormais sous l’égide de la marque japonaise Funai. En effet, la marque américaine avait annoncé depuis fin 2012 que sa section impression à jet d’encre n’était plus vraiment rentable et avait publiquement déclaré qu’elle voulait s’en défaire.

Il n’est pas étonnant quelque part de voir la firme nippone acquérir la section impression de Lexmark car les deux compagnies sont liées depuis très longtemps. En effet, Funai fabriquait des composants pour imprimantes Lexmark depuis plus de 15 ans. Un juste retour des choses en somme! En acquérant la partie consommable de Lexmark , Funai s’approprie  par la même occasion près de 1500 brevets différents , l’intégralité des parts ainsi que l’usine de manufacture se trouvant aux Philippines, le tout pour la coquette somme de 78 millions d’euros.

 

 

Quels seront concrètement les conséquences de ce rachat? Que les utilisateurs de la marque Lexmark se rassurent, les produits Lexmark ne disparaitront pas du jour au lendemain du marché et continueront à alimenter vos imprimantes pendant encore longtemps. Il faudra cependant bientôt compter sur un petit nouveau dans le landerneau des fabricants de produits pour imprimante, Funai comptant bien créer et commercialiser ses propres produits. La firme relativement inconnue continue en tout cas son petit bonhomme de chemin car elle avait déjà raflé l’an dernier la section “divertissement” de la firme Phillips.

Un géant est-il en train de naitre? Affaire à suivre!


Comment recharger une cartouche d’encre Lexmark 41 par encros

avr 05

Le bioprinting prend vie!

 

Grâce à l’impression 3D, vous savez déjà tous qu’il est possible d’imprimer son nouveau meuble au lieu de se déplacer dans le magasin le plus proche. Mais dans un registre  plus sérieux, votre imprimante pourra peut être bientôt sauver des vies! En effet,  dans une volonté de donner à l’imprimante 3D une fonction aussi utile que responsable, certains chercheurs ont eu l’idée de développer des technologies donnant la possibilité de fabriquer des tissus humains.

 

Ce fantasme d’allier technologie d’impression et biologie existe depuis un bout de temps déjà mais dans les faits il est moins évident d’empiler des cellules  que de la résine ou du plastique. La donne est cependant en train  de  changer, des chercheurs étant parvenus durant les derniers mois à créer du cartilage voir même des cellules souches. Ces dernières, particulièrement fragiles, étaient au départ pratiquement impossible à reproduire jusqu’à ce qu’une équipe écossaise parvienne à contourner cette difficulté en mettant au point un système de jet d’encre  stable contenant une encre “biologique” contenant elle-même des cellules souches. Là où cela devient intéressant c’est qu’une journée après le premier test, près de 95% des cellules répondaient toujours présent et 89%  subsistaient encore après deux jours. Même si on note une certaine chute en 48 heures, les résultats sont quand même très encourageants .

On se prend à rêver d’une imprimante 3D qui pourra reproduire des organes ou des membres mais de telles opérations risquent d’être bien trop complexes pour débarquer chez nous . Pour l’instant du moins. Les fantasmes vont bon train en tout cas, d’autant plus qu’un collectif vient de mettre en ligne toutes les étapes nécessaires afin de fabriquer sa propre imprimante 3D biologique à la maison. A ce rythme,  la seule chose qui pourra nous empêcher d’imprimer ne sera plus le manque d’encre dans nos cartouches mais l’éthique qui interdira la reproduction d’êtres humains chez soi!

 


Une imprimante 3D sauve le crane d’une patiente par encros

avr 03

L’impression 4D, quand vos objets prennent une nouvelle dimension

 

4d

Alors qu’on est encore à un stade où l’impression 3D demeure pour beaucoup un gadget hors de prix qui n’est pas prêt de se démocratiser, certains ont commencé à voir plus loin et il se peut que l’impression en quatre dimensions vienne déjà taper à nos portes. Vous vous grattez la tête en vous demandant ce qu’on pourrait faire de plus que l’impression en relief? Explications.

C’est un professeur du MIT, Skylar Tibbits, qui a présenté en février cette innovation des plus intrigantes. En quoi consisterai donc cette technologie? Elle se base tout d’abord sur la technologie 3D, avec la création en relief d’un objet en dur. C’est par la suite que les choses deviennent intéressantes car un facteur temps vient se rajouter à la modélisation de l’objet. Là où votre création 3D se figera une bonne fois pour toute, l’impression 4D permettra à votre objet d’évoluer dans le temps, en étant en contact avec certains éléments , que ce soit l’air, l’eau, la chaleur etc.  Tibbits a ainsi effectué une démonstration avec un tube utilisant un polymère spécial réagissant à l’eau, se “transformant” ainsi au contact de cette dernière.
En somme, plus besoin pour l’homme d’intervenir directement dans la modification d’un élément, le processus se fera de lui même.

Les applications d’une  telle technologie, notamment dans le milieu industriel, seraient plutôt nombreuses. Imaginez donc un meuble qui se monterait tout seul sans que vous n’ayez à essayer de déchiffrer la notice! Vos déboires avec une certaine marque suédoise ne serait alors qu’un lointain souvenir!
L’impression en 4D demeure encore à l’état de projet, le professeur Tibbits cherchant encore des partenaires qui seront à même de l’aider à concrétiser ce projet assez fou. Il vous faudra donc attendre encore un bout de temps avant d’envoyer vos tournevis et vos marteaux à la poubelle.


Après l’impression 3D, l’impression 4D arrive… par encros

avr 01

La Photon 3D, future alliée de votre imprimante 3D

L’impression 3D est en passe de devenir LA technologie qui va redynamiser le monde de l’impression mais comme toute bonne nouvelle technologie qui se respecte, il va falloir un certain temps avant qu’elle soit vraiment démocratisée et que l’utilisateur lambda sache s’en servir correctement. En attendant donc de pouvoir dompter convenablement une telle machine, les plus impatients d’entre nous pourront se rabattre sur un scanner en 3D et la firme Matteforme nous propose avec sa Photon 3D une petite machine maligne et ne coutant pas les yeux de la tête.

Encore à l’état de projet, la firme compte sur le crowdfunding pour pouvoir finaliser et lancer concrètement son bébé mais elle affiche déjà clairement ses ambitions.  La machine se veut plus facile d’utilisation que les imprimantes 3D, ces dernières nécessitant parfois un diplôme d’ingénieur pour pouvoir se sortir d’affaire.  Plutôt compacte et ergonomique, la Photon 3D ne prend pas beaucoup de place et se range facilement. A contrario, il ne vous sera pas possible de scanner de gros objets, le scanner prenant en compte des objets d’une taille maximale de 24cm.

 

 

Comment la machine marche t-elle concrètement? Rien de plus simple! La Photon possède un socle circulaire sur lequel vous posez votre objet ainsi qu’une caméra haute définition et deux rayons lasers qui permettent de reproduire en à peine 3 minutes un scan de toute beauté. Il ne vous restera plus ensuite qu’à faire imprimer votre objet et le tour est joué.
Les deux concepteurs misent vraiment tout sur la facilité d’utilisation et l’aspect passe-partout de la machine et si le projet parvenait à terme, la Photon serait disponible aux alentours de 350 dollars, prix relativement accessible au vu de la technologie employée. Vous pouvez ainsi donner un petit coup de pouce à la firme si le cœur vous en dit afin de voir peut être trôner un jour à côté de votre imprimante 3D une petite boite qui sera sans doute des plus utiles!


Après l’impression 3D, l’impression 4D arrive… par encros

mar 29

La HP Officejet Pro X576dw, une multifonction au sommet de sa forme!

 

 

La bataille entre les différentes marques d’imprimantes n’a jamais était aussi vivace et la firme HP tente depuis quelques temps de prendre le pas sur ses concurrents, s’octroyant même une jolie petite place dans le livre des records avec l’une de ses dernières petites créations. Les têtes pensantes d’HP ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin, comme nous le montre aujourd’hui la HP Officejet Pro X576dw.

 

L’une des caractéristique de cette dernière est l’utilisation d’une technologie nommée Pagewide. Grâce à celle-ci, la vitesse d’impression attends des sommets, se permettant même de faire la nique aux meilleures imprimantes laser du marché. Cette technologie s’appuie en fait sur les têtes d’impression qui, au lieu de faire des va-et-vient sur la feuille de papier , seront fixes tandis que le papier sera celui qui bougera dans la machine. Simple, efficace mais surtout plus rapide!  Avec cette petite innovation , on atteint facilement les 43 pages par minutes (en noir et blanc) et les 40 pour les versions couleurs.

Si les limitations de vitesse ne font pas peur à cette HP,  d’autres qualités viennent titiller le consommateur à la recherche d’une bonne machine. Parmi les tares attribuées aux imprimantes, la grosse consommation d’encre et les déchets qui en résultent sont souvent pointés du doigt. Pas de soucis à ce niveau,  la X576 est l’une des imprimantes multifonctions les moins consommatrices d’encre sur le marché .
On n’oublie pas pour autant les nombreuses fonctionnalités de la machine, connexion Wifi ainsi que fax, scanner , copie etc. cohabitent en parfaite harmonie et le tout se contrôle grâce à un bel écran tactile facile d’utilisation.

Nous avons la une belle imprimante jouant à la fois la carte de l’innovation et de l’économie, tout en étant relativement économique. Mis à part quelques petites bémols comme un bruit assez désagréable durant l’utilisation, HP continue à nous dévoiler son jeu de la plus belle des manière et nous attendons de pied ferme LE modèle d’imprimante qui arrivera à supplanter toutes les autres. Réponse dans les mois à venir?


Comment utiliser une station de recharge… par encros

mar 27

L’imprimante Prepeat, ou quand l’encre joue aux abonnées absentes

 

prepeat-printer_YffxY_24429

 

Il est intéressant de voir à quel point l’univers de l’impression, bien souvent pointé du doigt pour la pollution qu’elle peut générer à cause de ses cartouches ou autre éléments toxiques, fait toujours des pieds et des mains pour faire taire les mauvaises langues en proposant des solutions alternatives visant avant tout le bien être de notre environnement.

 

Les Japonais, toujours en quête  de l’innovation qui prendra tout le monde de court ont encore fait fort en mettant au point la” Prepeat”,  imprimante qui n’utiles pas de toner ou d’encre spécial, mais tout simplement…rien!
Alors vous vous demandez mais comment cela est-il possible? C’est très simple. Grâce à un procédé thermique particulier faisant intervenir les UV, la machine peut en effet effacer les documents précédemment imprimés et les réimprimer à son aise si besoin est. L’économie de papier est bien là, d’autant plus qu’on peut imprimer et réimprimer jusqu’à 1000 fois la même page.  Pratique n’est-ce pas?  Vous vous doutez bien que le papier utilisé ne sera pas votre Offset habituel qui prendrait cher à force de subir un tel traitement mais une feuille très particulière faite à base de polyéthylène téréphthalate ( ou de plastique pour faire plus simple).

 

Tout irait bien dans le meilleur des mondes si le prix  de la Prepeat n’était pas aussi exorbitant. En effet, non content d’être verte, cette machine vous fait aussi voir vert avec ses 500 000 yens ( 4000 euros) de cout tandis que la feuille elle-même coutera 2,40 l’unité. Pas de quoi sauter au plafond en effet. Comme la plupart des grosses innovations, il faudra sans doute attendre un certain temps avant que cette soit  machine soit plus accessible mais en tout cas l’idée est là et il faut se dire que dans un futur proche la nature ne fera plus la tête quand on ira imprimer ses faire-part ou sa dernière thèse!


Découvrez l’imprimante Prepeat qui imprime sans… par encros

mar 25

Consommables contrefaits : comment repousser l’envahisseur

Depuis quelques temps déjà des voix s’élèvent contre la prolifération des consommables pour imprimantes qui nous viennent de Chine. Les grandes marques mais aussi les fabricants de cartouches remanufacturées sont de plus en plus nombreux à pointer du doigt ce problème, craignant ainsi une invasion encore plus massive de produits pas forcément très honnêtes dans nos imprimantes.

 

 

Il est actuellement assez difficile de donner des chiffres exactes quant au nombre exacte de produits se baladant sur le territoire français, même si on pense que ce sont près de 30% de ces produits qui occupent le marché. En effet, ce sont certains organismes responsables de la collecte de cartouches usagées qui ont aidé à tirer cette conclusion, certains d’entre eux récupérant près de 3000 cartouches clonées par an. Voulant tirer au plus vite la sonnette d’alarme, les grands marques se sont donc constituées en syndicats afin de faire valoir leurs droits. Juridiquement parlant, on pourrait évoquer la concurrence déloyale ainsi que la tromperie sur la marchandise surtout lorsque ces clones se revendiquent comme étant des produits remanufacturés. Néanmoins, la justice tarde à aider les plaignants, aucune action majeure n’ayant étant lancé pour le moment, à contrario des Etats-Unis qui à balayer la concurrence en un rien de temps.

 

cartouche

 

Seul une campagne de communication efficace pourrait servir d’atout face à la prolifération de produits contrefaits.  Le public, avide de méthodes alternatives pour faire baisser ses couts d’impression peut facilement tomber dans le panneau et des guides ont par exemple étaient édités, mettant l’accent sur la qualité plus que douteuse des ces cartouches et leur impact  négatif sur l’environnement.

Imprimer pour pas cher est possible sans pour autant faire appel à des produits résolument médiocres. Reste néanmoins à savoir si des mesures radicales seront prises pour stopper toute prolifération douteuse.


Cartouches d’Encre : Révélations édifiantes sur… par encros

mar 22

L’impression au bout de la rue avec la Dreambox

Nous vous parlions il y a quelques temps de l’impression 3D qui est en passe de devenir l’une des innovations majeures dans le petit monde des imprimantes.  Alors que ces nouvelles imprimantes dernier cri arrivent petit à petit chez les particuliers, quelques têtes pensantes ont eu idée afin de rendre ce petit bijou technologique plus accessible au grand public.

 

 

On a tous entendu parler des Photomatons. Vous allez bientôt entendre parler de la Dreambox!!! Non il ne s’agit pas d’un nouvel opérateur Internet mais d’une borne qui mettrait une imprimante 3D à la disposition de tout le monde. Aussi simple que ça!
Ce sont trois étudiants de l’Université de Berkeley en Californie qui ont eu l’idée du concept, qui permettrait ainsi de faire fabriquer son petit objet au coin d’une rue. Pour l’utilisation, le geste serait des plus simples. Il suffirait de prendre sa clé USB avec le modèle que l’on souhaite voir en dur ou choisir parmi une petite gallérie de près de 1000 références déjà disponible sur la machine. Si vous avez quelque chose à faire vous pourrez aller vaquer à vos occupations et un SMS  vous sera alors envoyé pour vous prévenir de la fin de “l’impression
Les possibilités sont comme vous le voyez plutôt intéressantes, d’autant plus que la machines à rêves, comme toute bonne imprimante en 3D qui se respecte, pourra imprimer sur divers matériaux tels le bois, le nylon ou le plastique.

 

 

 

Pour l’instant le projet est encore en phase de financement, nos trois étudiants cherchant de potentiels investisseurs, mais le concept en tout cas à de belles chances de séduire, d’autant que certains concurrents pointent déjà leur nez avec leur propre concept.  Affaire à suivre!


Obama se fait imprimer un buste en 3D! par encros